Les morts de Superman : 30 comics où l’Homme d’Acier soi-disant « invincible » a succombé !

La destruction de la Terre

Superman: Distant Fires
(image © DC Comics)

Au début de Superman: Distant Fires, une guerre nucléaire dévaste la Terre. Dans les ruines de Métropolis, un Kal-El qui a perdu ses pouvoirs pense être le dernier survivant au monde. Il découvre cependant que l’humanité a régressé en tribus cannibales. Pourtant, il retrouve bientôt les dernières traces de la civilisation. En effet, les surhommes sont devenus humains et vivent en communauté. Le retour de Kal El est presque unanimement célébré. Un seul homme ronge son frein : Billy Batson, qui jalouse l’ancien Superman et sa compagne Wonder Woman. Peu à peu, ces survivants retrouvent leurs pouvoirs. Billy Batson rompt avec Superman et crée une nouvelle communauté dont l’objectif est de conquérir ce qui reste de la Terre. Cependant, Superman découvre que l’état de la Terre est critique. Les dégâts des bombes ont continué à fragiliser la Terre, et à chaque fois que Batson prononce SHAZAM, il précipite un peu plus la fin du monde. Les superhéros s’affrontent en une ultime bataille alors que le magma commence à recouvrir la surface. Peu avant l’ultime destruction, Kal El construit un vaisseau pour son fils Bruce, qui devient le dernier fils de la Terre.

 

 

Martyr de la Guerre des Mondes

Superman: War of the Worlds
(image © DC Comics)

Superman: War of the Worlds utilise la 1re version de Superman. En 1938, le héros est loin d’être aussi puissant que son incarnation moderne. Cependant, alors que Clark Kent vient de rejoindre le Daily Star, il est dépêché avec Lois Lane sur les lieux d’un crash de météorite. Il s’agit cependant d’une soucoupe volante, occupée par l’un des martiens que décrit HG Wells dans La Guerre des Mondes. Le 1er contact est aussi violent que dans le roman : les martiens tirent des rayons qui incinèrent plusieurs personnes présentes. Clark Kent s’interpose entre un tir et Lois Lane. Le rayon détruit ses vêtements et révèle son costume rouge et bleu, qu’il n’a pas encore utilisé en tant que justicier. Pour autant, Superman se lance à l’attaque des envahisseurs. Ceux-ci finissent par le capturer. Clark Kent se retrouve dans un laboratoire, sous l’observation de Lex Luthor. Ce dernier aide les Martiens à découvrir la cause d’une maladie qui ravage leurs rangs. Mais le scientifique réalise bientôt que les Martiens présents dans le laboratoire sont bien portants : Superman doit en être la cause. Cependant, dès que Luthor élabore un vaccin, les martiens se retournent contre lui. Luthor libère Superman, qui reprend la lutte. Cependant, épuisé et pris entre plusieurs tirs, Superman meurt de ses blessures. L’humanité se souvient pourtant de lui comme le sauveur de la planète.

 

 

Superman au bûcher

Superman: At Earth's End
(image © DC Comics)

2012. Dans Superman at Earth’s End, l’apocalypse a été déclenchée par les machines. Superman a erré des décennies sans voir le soleil. C’est diminué que l’androïde Ben Boxer le retrouve. La mission du robot est de reconstruire la société, même au prix d’innombrables victimes. Leur prochaine cible est Gotham City. Superman proteste, et se rend dans la ville de son vieil ami. Il n’y découvre que des mutants et des gangs de jeunes enfants. Lorsqu’il descend dans la Batcave, il la trouve convertie en laboratoire pour des expériences atroces. Les DNA Diktators, des clones d’Hitler, ont pris possession des lieux pour créer une nouvelle race de conquérants. Superman doit même affronter dans son état diminué une créature construite à partir des restes de Batman ! Blessé à mort dans l’affrontement avec les Diktators, Superman refuse l’aide de Ben Boxer et se laisse détruire par les flammes afin d’empêcher qu’une telle expérience puisse se reproduire.

 

LIRE AUSSI : Superman : Year One, les origines ratées de Superman par Frank Miller et John Romita jr !

superman year one
(image : © DC Comics)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos JB 140 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.