Marvel contre DC : le guide complet des 20 crossovers Marvel-DC Comics !

Les X-Men contre les Teen Titans (1982)

(image © Marvel Comics, DC Comics)

À LIRE AUSSI : Le top 7 des meilleures périodes des X-Men (partie 1)
Marvel and DC Present featuring The Uncanny X-Men and The New Teen Titans No. 1
rassemble les 2 équipes des titres les plus vendeurs de l’époque, les X-Men (après la Saga du Phénix Noir) et les Teen Titans (avant The Judas Contract). Darkseid entend recréer le Phénix et commence par littéralement rassembler les souvenirs qu’ont les X-Men de Jean Grey. Ces actions alertent Raven et Starfire, qui rassemblent les Teen Titans pour les informer de la menace. Alors que les X-Men tentent d’empêcher les Paradémons de Darkseid de collecter les énergies résiduelles du Phénix, Starfire attaque Charles Xavier, croyant que le Phénix est sous sa responsabilité. Les deux équipes sont bientôt confrontées à Darkseid lui-même et à son sbire, Deathstroke… Ce crossover est resté comme un standard du genre. Son auteur, Chris Claremont, est l’un des auteurs qui a le plus marqué le destin des X-Men. L’artiste, Walt Simonson, a beaucoup travaillé sur les personnages créés par Jack Kirby (Thor, Orion ou les 4 Fantastiques) Ce one-shot est également la 1re apparition du « Source Wall » qui n’était qu’indirectement mentionné dans la série de Jack Kirby. Cette création du one-shot réapparaît dans les séries liées au Quatrième Monde. Une suite de cette aventure, cette fois écrite par Marv Wolfman et George Pérez, respectivement les auteur et artiste de New Teen Titans, a été prévue mais a été annulée après l’échec du projet suivant.
En VF : X-Men 5 (Lug)

 


La Justice League of America contre les Avengers: le crossover de la discorde (1983)

(image © Marvel Comics, DC Comics)

Après le succès artistique et commercial du crossover entre les X-Men et les Teen Titans, Marvel et DC tentent de mettre en place un face-à-face entre leurs équipes iconiques : la Justice League of America et les Avengers. Le pitch utilise les voyageurs temporels Epoch et Kang qui opposent les héros des 2 univers dans des combats fratricides dans le but de récupérer une gemme toute puissante… C’est ici au tour de DC de réaliser le titre : Len Wein est désigné pour chapeauter le projet, écrit par le vétéran Gerry Conway et illustré par George Pérez, tous 2 auteurs du titre Justice League of America. Cependant, Marvel n’approuve pas le script soumis. En fonction des versions, les changements demandés sont minimes (selon DC) ou le scénario est inexploitable (selon Marvel). Un jeu de va-et-vient se met en place jusqu’à ce qu’un exécutif de DC dise à George Perez de commencer à dessiner les pages. Jim Shooter, représentant de Marvel, estime qu’on tente de le forcer à approuver le script soumis et bloque le projet. Dick Giordano, pour DC, indique qu’un changement de calendrier rendra impossible la réalisation par l’équipe en cours. Frustré, Pérez se retire et le crossover finit par mourir tout comme le contrat de collaboration entre DC et Marvel. Quelques éléments de cette histoire seront cependant réutilisés dans le crossover JLA/WildCATS.

 

 

Batman contre le Punisher (1994)

(image © Marvel Comics, DC Comics)

Durant les 10 années qui suivent, ce sont les comics indépendants qui multiplient les rencontres entre héros et les publications conjointes. DC se lance à nouveau dans le partenariat avec d’autres éditeurs en 1991 en proposant avec Fleetway un 1er crossover entre Batman et Judge Dredd ainsi qu’un affrontement entre le Chevalier Noir et le Predator de Dark Horse. Toutes ces tentatives ne sont pas des réussites : on se souviendra notamment du désastre de Deathmate qui fusionne les univers Image et Valiant. Marvel tente à nouveau l’aventure des crossovers en 1994. Les plus grosses ventes sont les séries Batman et Punisher, ce sont donc ces héros qui sont choisis pour marquer cette nouvelle collaboration. Batman/Punisher : Lake of Fire a ceci de particulier qu’il ne met pas en scène Bruce Wayne mais son remplaçant de l’époque, Jean-Paul Valley. Ce dernier remplace un Batman brisé physiquement et mentalement par Bane, mais va lui-même sombrer dans la violence en créant un costume aux armes plus agressives et létales. Jigsaw (l’un des rares adversaires récurrent du Punisher) a pour objectif de détruire la réserve d’eau de Gotham pour en devenir l’unique fournisseur. Valley et Castle tentent de l’en empêcher, chacun à leurs manières… Batman/Punisher : Lake of Fire est réalisé par l’équipe DC de l’époque : Dennis O’Neil est le « père » du personnage d’Azrael alias Jean-Paul Valley qu’il chouchoute peut-être un peu trop en le mettant en avant. L’histoire dépend beaucoup de votre attachement à ce fanatique religieux hanté par les visions de Saint Dumas… Le graphisme de Barry Kitson est plaisant mais limité par l’histoire.
En VF : Batman/Punisher (Semic)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos JB 27 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.