25 grosses polémiques qui ont choqué les fans de DC Comics !

John Constantine

(image © DC Comics)

À LIRE AUSSI : Hexed : On a trouvé la fille illégitime de Constantine et Buffy, elle s’appelle Lucifer ! [omnibus – critique]
En 1984, Alan Moore et Steve Bissette imagine le personnage de John Constantine dans Saga of the Swamp Thing 25. Il devient plus tard le personnage principal de la série Hellblazer. Techniquement, cette série fait partie de l’Univers DC. Mais son ambiance et ses thèmes en font une série vraiment à part. En 1993, Hellblazer rejoint le label adulte Vertigo. Le logo Vertigo commence à orner les couvertures de Hellblazer à partir du numéro 62. Et pendant une vingtaine d’années, John Constantine va vivre réellement en marge de l’univers DC. En 2010, pendant le crossover Brightest Day, Constantine est réintroduit officiellement dans l’univers DC et rejoint la Justice League. En 2015, il apparait même dans le Arrowverse après l’annulation de sa propre série télévisée.

 

 

Le retour de Barbara Gordon

(image © DC Comics)

À LIRE AUSSI : Batman : 13 détails complètement fous que les fans voudraient oublier
Killing Joke
est une des histoires DC Comics les plus controversées. En 1988, le Joker agresse Barbara Gordon alias Batgirl. Si la jeune héroïne survit, elle n’en est pas moins paralysée. Malgré ses blessures aussi bien physiques que psychologiques, elle revient quelques temps plus tard sous l’identité d’Oracle. Être clouée dans son fauteuil roulant ne l’empêche pas de co-créer les Birds of Prey ni de rejoindre les rangs de la Justice League. Petit à petit, DC Comics défait les conséquences de Killing Joke. Avec le New52, l’éditeur amplifie le phénomène et modifie l’histoire de Batgirl. Barbara Gordon est de nouveau sur pieds et combat le crime sous le costume de Batgirl.

 

 

Harley Quinn et Poison Ivy tournent mal

(image © DC Comics)

À LIRE AUSSI : VERY BAD GIRLS : les 20 SUPER-VILAINES les plus DANGEREUSES de l’univers Marvel !
Harley Quinn et Poison Ivy commencent toutes les 2 leur carrière en tant que supervilaines. Au fil du temps, leur popularité chez les lecteurs ne cesse d’augmenter. Petit à petit, DC Comics en fait des antihéroïnes. Mais leur passé est toujours là, et ce sont encore des criminelles ! Si Harley Quinn s’est depuis rangée (son excentricité permettant pas mal de choses narrativement), Poison Ivy continue à naviguer sur le fil, un coup antihéroïne, la fois suivante clairement supervilaine (comme dans le récente Batman Rebirth tome 6).

 

La suite ? Tout de suite !




A propos Stéphane Le Troëdec 435 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.