14 travaux oubliés et surprenants de Mike Mignola

Phantom Stranger

(image © DC Comics)

Ce qu’il faut à Mike Mignola, surtout dans les années 80, ce sont des personnages sombres, des univers oniriques et un encreur capable de pouvoir retranscrire la poésie et la finesse de ses traits. Et c’est chose faite avec sa première production pour DC Comics, Phantom Stranger, avec le talentueux P. Craig Russel à l’encrage. Il ne faut pas se mentir, le scénario de Paul Kupperberg est assez verbeux et pas vraiment intéressant. Notre héros, agent de l’ordre, doit empêcher la fin du monde tout en étant privé de ses pouvoirs. Si l’histoire est anecdotique, les dessins de Mignola s’affirment véritablement.
Phantom Stranger 1-4, inédit en France

 

 

World of Krypton

(image © DC Comics)

À LIRE AUSSI : Dans Man Of Steel, Bendis fait table rase du passé de Superman [Man Of Steel #1-6, la critique]
Mike Mignola
enchaine avec la mini-série World of Krypton, scénarisée par John Byrne, qui a relancé quelques années plus tôt les titres Superman. Avec World of Krypton, il nous donne une vision précise de l’histoire de Krypton en nous narrant les aventures d’un ancêtre de Kal-El. Et l’entreprise est assez pharaonique puisque J. Byrne et M. Mignola dévoilent tout simplement l’apogée d’une civilisation ! Mike Mignola est encré par Rick Bryant, qui n’est pas son meilleur encreur, mais son style continue de s’affirmer de plus en plus ! Le duo a du bien s’entendre car Mike Mignola demandera de l’aide au scénariste canadien lors des 1ers épisodes de Hellboy.
World of Krypton 1-4, Inédit en France

Page suivante : Darkseid contre les superhéros DC et Batman contre Jack L'Éventreur !




A propos Doop 252 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.