Man of Steel : quand John Byrne redéfinissait les origines de Superman ! [la critique]

Pour les 80 ans de Superman, Urban Comics fait un beau cadeau aux fans du personnage en rééditant le mythique Man of Steel de John Byrne. Ce récit a-t-il encore autant de force aujourd’hui ?
■ par Sonia Dollinger

 


LA PISTE AUX ÉTOILES

Scénario : ★★★★★

Dessin : ★★★★☆

Feeling : ★★★★★


 

Superman, l’ « lHomme d’Acier » dans une pose devenue classique

Quand John Byrne revisite le mythe

En 1986, John Byrne a quitté Marvel et DC Comics cherche, de son côté, à recomposer son univers devenu trop complexe. Marv Wolfman confie donc à Byrne la lourde tâche de réécrire les origines de Superman et de ses adversaires.
Le récit s’ouvre sur une Krypton au bord de l’Apocalypse. Jor-El se décide à envoyer son fils sur la lointaine planète Terre malgré les craintes de sa femme Lara. Les deux kryptoniens espèrent que leur rejeton pourra régner sur cette planète peuplée de primitifs. On retrouve plus tard un Clark Kent champion de football américain à Smalville, une petite bourgade américaine peuplée de fermiers. Jonathan et Martha Kent décident qu’il est temps de dire à Clark qu’il est leur fils adoptif. Dans le récit de John Byrne, Clark Kent n’a donc jamais été Superboy et c’est la révélation de son origine extraordinaire qui le pousse à quitter Smalville pour Metropolis et à devenir un Superman au service de son prochain.
Au-delà de Superman lui-même, John Byrne place dans son ouvrage les personnages principaux déjà existants auparavant comme Loïs Lane au caractère bien trempé, un Lex Luthor plutôt bedonnant et pas encore chauve qui fait une fixation sur un Superman trop parfait à son goût. Byrne confronte également Superman et Batman, opposant même leurs méthodes et leur philosophie. L’auteur revisite tout aussi bien les adversaires de l’homme d’acier en donnant de nouvelles origines au dramatique Bizarro ou le terrible Metallo.

 

Rencontre avec Batman

 

Man of Steel : John Byrne, entre hommage au King et références politiques

Ce premier volume de Superman – Man of Steel regroupe 2 scénaristes de premier plan, John Byrne et Marv Wolfman. Non seulement, ces derniers profitent de leur présence sur le titre pour offrir leur vision de Superman mais ils se servent également de l’occasion qui leur est donnée pour faire un hommage appuyé à Jack Kirby, le King ! Superman se trouve propulsé sur Apokolips où il affronte Darkseid mais fait plus largement connaissance avec les New Gods comme Orion. Dans un autre épisode, Byrne fait intervenir Etrigan, une autre des créations de Kirby. Si John Byrne a pour mission de revisiter les origines de Superman, il souhaite malgré tout s’inscrire dans une histoire des comics en rendant hommage à son illustre prédécesseur. Man of Steel est donc un titre hyper référencé qui ne peut que réjouir les fans qui s’intéressent à l’histoire des comics. Les jeunes lecteurs de comics auront, par contre, sans doute un peu plus de mal à s’y retrouver.
Un autre point important de l’écriture de John Byrne est l’hommage appuyé à l’Amérique. Superman se présente comme le défenseur des valeurs portées par les Etats-Unis. Malgré son origine extra-terrestre, le héros se revendique être Clark Kent, citoyen américain et Byrne livre un discours qui peut sembler parfois à la limite de la propagande. Le contexte international marque tout autant ce récit puisque Superman doit affronter à la fois des rebelles venus d’Amérique du Sud ou des terroristes d’un pays à peine imaginaire le Kurak ou encore un vétéran du Vietnam. Cet ancrage dans les problématiques contemporaines n’est pas négligeable et offre un aspect réaliste aux histoires de Byrne.

 

 

Un trait tout en puissance

Si John Byrne est au scénario de Man of Steel, il en assure aussi la partie graphique. Byrne donne à voir un Superman à la mâchoire carrée, puissant, tout en muscles qu’il met en valeur dans des pleines pages de toute beauté. Il forme un duo très efficace avec l’encreur Dick Giordano qui sait mettre en valeur la puissance des personnages de Byrne et la sensualité des femmes fortes qui entourent l’homme d’acier. On retrouve même pour un épisode le duo magique qu’il forme avec Terry Austin, son meilleur encreur. Byrne s’inscrit à la fois dans l’héritage de Kirby et celui de Jim Aparo tout en apportant sa patte à ces personnages iconiques. Par contre, les épisodes dessinés par Jerry Ordway sont de moins belle facture offrant des dessins parfois assez brouillons qui contrastent avec l’œuvre de Byrne.
Ce 1er tome de Man of Steel fait partie de l’histoire des comics puisque John Byrne a redéfini les origines de Superman. Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis mais il est toujours bon de pouvoir découvrir ou redécouvrir ce grand classique. ■

 

Superman – Man of Steel, tome 1 est un comics de 480 pages écrit par John Byrne et Marv Wolfman et dessiné par John Byrne et Jerry Ordway. Cet album est publié en France par Urban Comics au prix de 35,00 €. Les épisodes originaux (Man of Steel #1-6, Superman #1-4, Action Comics #584-587, Adventures of Superman #424-428) sont parus aux USA chez DC Comics.




A propos Sonia Dollinger 10 Articles
Sonia est tombée amoureuse de Jean Grey à l'âge de six ans et lit des comics depuis bientôt quarante ans. Créatrice du blog Comics have the Power, elle participe également au collectif LesComics.fr et au podcast les GG Comics. Son gros problème est qu'elle ne sait pas choisir et qu'elle lit tous les titres qui lui passent sous la main en gardant une affection particulière pour tout ce qui touche aux X-Men.