Les points forts et les points faibles de Marvel Heroes, le nouveau magazine Panini !

Les points faibles et les points forts de Marve Heroes, le nouveau magazine Panini

Vous le savez : l’offre kiosque de Panini Comics va radicalement se modifier dans les mois à venir. Je vous conseille de lire notre article sur Marvel Legacy et la nouvelle offre mensuelle). Voici venir le premier numéro de Marvel Heroes, un des derniers magazines de la compagnie. Son format est encore inédit à ce jour puisqu’il ne contient pas moins de 272 pages ! Top Comics revient dans le détail sur cette nouvelle revue, qui se veut aussi un point d’entrée idéal pour les lecteurs…
■ par Doop

 

Autant vous prévenir, je n’accompagne plus que de loin la majorité des séries Marvel depuis maintenant deux ou trois ans. Marvel m’a complètement écœuré avec des reboots et des events incessants, modifiant son univers et sa ligne directrice tous les 6 mois. Et, il faut bien le reconnaître, la grande majorité de ses séries est d’un niveau assez moyen, avec des scénaristes sans idées et des dessinateurs qu’on pourrait qualifier au mieux de passables. Ce n’est évidemment pas le cas de toutes les séries Marvel. Il reste heureusement quelques pépites. Mais le niveau global était trop peu élevé à mon goût pour que je continue à suivre en VO. Reste alors la publication en VF, moins chère. Mais, là aussi, la relance quasi annuelle des magazines et l’impossibilité de suivre une série sans avoir à changer deux ou trois fois de magazine a eu raison d’une assiduité de presque 40 ans envers les héros de la Maison des Idées.

 

Les points faibles et les points forts de Marve Heroes, le nouveau magazine Panini

 

L’envie d’accueillir ce format inédit avec curiosité et bienveillance

Et pourtant, je reste un éternel optimiste. Du genre à faire confiance. À tester des choses. Ce Marvel Heroes, dernier né de la compagnie française, me semblait assez alléchant pour y jeter, au moins, un coup d’œil. Son format est inédit en kiosque (12 épisodes pour 15 euros) et composé de séries mineures débutant toutes au numéro 1. On ne pourra donc pas m’accuser de partialité, puisque n’ayant plus suivi l’univers Marvel depuis le crossover Infinity, j’aborde ce magazine et ces séries d’un œil assez neuf et je dirais même bienveillant ! Cela me permet aussi d’évaluer si la revue est accessible pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas l’univers Marvel.

 

Les points faibles et les points forts de Marve Heroes, le nouveau magazine Panini

 

Épais… Mais pas trop !

Je vous l’avoue j’ai été assez surpris par le format du magazine Marvel Heroes. J’imaginais un bouquin un peu plus gros, qui se distinguerait dans le rayon de mon kiosque. Ce n’est pas du tout le cas ! Il s’agit d’une revue du même format qu’un Spider-Man ou que de toutes les autres publications mensuelles de la compagnie. Marvel Heroes est juste légèrement plus épais. Mais encore une fois, rien ne le distingue, de loin, d’une revue lambda de Panini.

 

Un éditorial très complet

Première remarque : il y a de l’éditorial dans Marvel Heroes. Et on a souvent reproché à l’éditeur son absence de contenu éditorial ! La première série commence en effet en plein crossover Secret Empire, ce qui n’est pas idéal. Seulement le texte d’introduction est très bien fait et précise parfaitement les tenants et les aboutissants de la série. L’idéal pour commencer sa lecture en ayant toutes les données. Chaque série a d’ailleurs droit à une introduction d’une page, ce qui m’a permis de combler mes lacunes. C’est sur ce point-là très satisfaisant. De plus, nous avons droit aux couvertures originales que, la plupart du temps, Panini essaie d’intercaler entre les épisodes. Ce n’est pas toujours le cas, certainement pour des raisons de pagination. Mais c’est là-aussi très appréciable.

 

Dans les pages suivantes, je détaille le contenu de ce premier numéro de Marvel Heroes série par série.




A propos Doop 97 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.