Iron Man 2020 : Tony Stark perdu dans une des pires catastrophes éditoriales de Marvel Comics

Iron Man 2020 événement
(image © Marvel Comics)

2021 débute enfin, après une année 2020 rendue si compliquée par la crise pandémique. Les éditeurs comics ont réussi à sortir leurs histoires… bien que certaines ne le méritaient pas forcément. Retour sur Iron Man 2020, événement VO de l’an passé, et véritable catastrophe industrielle décortiquée ici. Attention spoilers.
■ par Ben Wawe

 

Iron Man 2020 événement
(image © Marvel Comics)

 

Iron Man 2020, événement tiré d’une idée des années 80

Iron Man 2020 comprend une mini-série principale éponyme, et plusieurs numéros annexes, formant une saga de 18 épisodes. L’intrigue s’inspire d’un personnage créé dans Machine Man 2020 n°2 en novembre 1984 : Arno Stark, Iron Man du futur terrible de 2020. Il est le fils de Morgan, cousin de Tony Stark, héritier de la fortune du superhéros disparu. Arno est un Iron Man agressif et violent, employé par Sunset Bain, une femme âgée et manipulatrice. Les fans adhèrent à l’époque à ce supervilain brutal au design léché, qui revient régulièrement dans des récits annexes. Le scénariste Dan Slott s’en inspire en reprenant la franchise Iron Man après le passage de Brian Michael Bendis, et construit la série Tony Stark : Iron Man pour parvenir à l’année 2020 avec Arno dans Iron Man 2020 n°1… mais pas l’Arno initial.

 

Iron Man 2020 événement
(image © Marvel Comics)

 

Le nouvel Arno Stark

Arno Stark hante longtemps la franchise Iron Man, et le scénariste Kieron Gillen saute le pas pour l’introduire dans la continuité en 2013. Ce n’est cependant pas le fils du cousin de Tony, mais… le véritable fils de Maria et Howard Stark. L’auteur révèle que Tony n’est pas l’héritier naturel des Stark, mais un enfant adopté pour « remplacer » leur fils, malade et soigné à l’écart. Une approche complexe et polémique, avec Arno mis de côté au départ de Kieron Gillen. Dan Slott récupère le personnage dans ses numéros et en fait un super-génie froid et sans émotion. Arno entend soumettre toutes les intelligences artificielles du monde pour préparer une guerre contre une « Extinction Entity », menace cosmique qu’il serait le seul à pouvoir stopper. Un Iron Man plus agressif et violent, donc, mais pour de « bonnes » raisons. Une volonté de ménager toutes les parties, sans jamais se positionner pleinement, et sans jamais convaincre ; un bon résumé de tout Iron Man 2020.

 

Iron Man 2020 événement
(image © Marvel Comics)

 

Iron Man 2020, ça parle de quoi ?

Arno Stark est Iron Man après la fuite de Tony Stark, ou plutôt de son ersatz. Brian Michael Bendis a tué puis ressuscité le superhéros, mais à la fin de Tony Stark : Iron Man Dan Slott explique que le revenant n’est pas l’original. C’est une intelligence artificielle qui pense être Tony, dans un corps cloné. Arno Stark s’associe à Sunset Bain et engage sa campagne de conquête des intelligences artificielles, ce qui provoque une révolution des robots. Ces derniers sont menés par le mystérieux Mark One, en fait l’intelligence artificielle qui croyait être Tony. Iron Man 2020 montre ainsi le soulèvement des machines contre l’oppression, et la lutte entre les Stark. Avec, évidemment, la révélation finale que Mark One est bien l’esprit original de Tony, dans une explication trouble et fumeuse.

 

LIRE AUSSI : X-O Manowar intégrale, tome 1 : Aric de Dacie et son armure sacrée de Shanhara dans un « pavé » bourré d’action et d’aventure !

comics X-O Manowar intégrale
(image © Bliss Éditions, Valiant Comics)

 

La suite ? Tout de suite !




2 Commentaires

  1. Après avoir massacré Spider man (supérior) et avoir fait de P. Parker un ersatz de T. Stark, Dan Slott détruit Iron-Man avec des choix éditoriaux uniquement axés sur le buzz et la question : que faire pour en utilisant des idées bateaux (filiation, soulèvement des machines, addiction) quand on est scénariste et qu’on a aucune réelle idée novatrice pour quand même faire parler de soit. (Et je ne parle pas du design immonde de l’armure d’Arno).

    • Le design vient essentiellement du 1er Iron Man 2020, considéré comme un favori des fans. 🙂
      Cela ne justifie pas le look, mais cela déculpabilise Dan Slott de cet élément.

      Après, pour le reste…
      Je crains que Dan Slott ne soit guère responsable seul des choix éditoriaux. J’ai beaucoup aimé sa série Tony Stark : Iron Man, et j’admets que, en arrivant à l’année 2020, l’occasion était trop belle pour ne pas faire quelque chose avec Iron Man 2020.
      Maintenant, c’est raté.

      Pourquoi ?
      Parce que Dan Slott et ses collègues n’ont pas su avoir une assez bonne idée, en tout cas sortir d’un classicisme lourd et sans entrain.
      Mais aussi parce que Marvel a transformé ce qui était initialement une mini-série de six épisodes en événement avec des numéros annexes loupés. Et c’est une décision d’éditeur, pas de Dan Slott.

      Je suis surpris par ce rejet de Dan Slott, qui m’a souvent beaucoup plu, notamment en sortant les personnages des sentiers battus…
      Ici, il était évident que Arno ne resterait pas Iron Man, comme il était évident que Otto Octavius ne resterait pas dans le corps de Peter Parker. Superior Spider-Man a été pour moi non pas un massacre mais une parenthèse rafraîchissante, comme ça aurait pu l’être avec Arno – si ça avait été bien fait. Mais non.

      Dommage !
      Merci du commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*