Hey Kids ! Comics ! : Howard Chaykin charge l’industrie des comics !

Hey Kids ! Comics ! Howard Chaykin
(image © Image Comics)

Avec Hey Kids ! Comics !  le vétéran Howard Chaykin nous donne sa propre version fantasmée de l’industrie du comics, alternant les anecdotes et les histoires vraies. Les noms ont simplement été changés, même si avec un peu de patience et de culture on peut reconnaître immédiatement qui est qui. Et le moins qu’on puisse dire c’est que l’auteur ne prend pas de gants, faisant passer sous couvert de la caricature un point de vue assez radical sur l’industrie de l’époque : ça éparpille façon puzzle !  ■ par Doop

 

Hey Kids ! Comics !
image : © image comics

Le parcours de trois artistes

Hey Kids! Comics  nous propose de revivre les grands moments des comics à travers la vie de trois artistes fictifs, Ted Whitman (l’un des premiers dessinateurs noirs), Benita Heindel (l’une des rares femmes à travailler dans ce media) et Ray Clarke, dessinateur freelance. Contrairement au reste des personnages, nos trois héros sont des amalgames de dessinateurs déjà existants. On retrouve un peu de Gil Kane dans Ted, et Benita semble être un mélange entre Ramona Fradon, Flo Steinberg et Marie Severin. L’histoire commence en 1945, à la fin de la guerre, lorsque les hommes rentrent du front et se termine au début des années 2000 avec leurs enterrements respectifs. Nos trois héros vont enchaîner compagnies sur compagnies, vexations, moments de joie ou de désespoir, en bref, tout ce qui fait la vie d’un auteur de comics.

 

Hey Kids ! Comics !
image : © image comics

Une vision réaliste ?

Howard Chaykin n’a pas la réputation de faire dans la dentelle ! Et disons-le clairement, la charge de Hey Kids ! Comics ! est extrêmement lourde envers non seulement l’industrie des comics (ce que l’on peut comprendre) mais aussi certains personnages « fictifs ». Le pauvre Stan Lee (pardon… Bob Rose) en prend notamment pour son grade en le décrivant comme un personnage qui tire toute la couverture à lui sans jamais avoir rien inventé. J’aurais aimé un peu de nuance. Si on peut comprendre que Howard Chaykin tape sur Harry Rosenfeld (oh pardon…M. Hershenson) ou encore sur un composite Todd Mc Farlane/Joe Quesada, j’ai un peu plus de mal lorsqu’il s’en prend à tout le monde sans exception. Même ses personnages ne sont pas sans défauts. Je ne connais bien évidemment pas la vie de Joe Maneely sur le bout des doigts, même si vous pouvez en apprendre plus sur lui dans un article de Top Comics, mais le décrire comme un ivrogne n’hésitant pas à frapper sa femme me parait assez hors contexte. Après, c’est une écriture fantasmée de la réalité et certainement biaisée par le point de vue de Chaykin, dont l’unique motivation est de montrer à quel point cette industrie a spolié, spolie ou spoliera les pauvres artistes. Évidemment, le message de Hey Kids ! Comics ! est important et certaines choses méritent d’être précisées. Peut-être pas avec un bazooka quand-même. Mais c’est le style et la force de Howard Chaykin.

 

Hey Kids ! Comics !
image : © image comics

Un comics difficile à suivre

Derrière des couvertures assez surprenantes et intrigantes, Hey Kids ! Comics ! se révèle être une série très difficile à suivre. Tout d’abord parce que le récit effectue des bonds incessants dans le temps, en avant comme en arrière. Les personnages vieillissent donc. Et comme Howard Chaykin n’est pas dans sa meilleure forme en ce qui concerne les postures et les visages de ses personnages, on se demande très rapidement qui est qui. De plus, si l’on se prend rapidement au jeu de vouloir identifier les protagonistes, le grand nombre d’intervenants qui ne sont nommés qu’une ou deux fois et qu’on retrouve quarante ans plus tard vieillis ajoute vraiment à la confusion. Je défie quiconque de s’y retrouver sans faire une liste. C’est d’ailleurs le gros problème de cette série : elle ne s’adresse définitivement qu’aux lecteurs qui ont déjà une connaissance assez fournie de l’histoire des comics. Car en dehors des anecdotes et de quelques faits historiques, il n’y a pas véritablement d’histoire. Howard Chaykin n’arrive pas à créer un récit, une trame qui englobe toutes les anecdotes qu’il propose. Cela fait donc un mélange de personnages qu’on reconnaît difficilement et qu’on a du mal à cerner. Les dernières pages sont en revanche une véritable réussite, même si ce sont certainement les plus chargées en ironie. Une suite serait en cours. Intéressant mais très difficile à lire et réservé à un lectorat plutôt expert. Un point de vue sans nuance et pas mesuré du tout. Mais je serai là pour la suite.   ■

 

Hey Kids ! Comics ! est un comics publié par Image Comics.

Hey Kids ! Comics !
image : © image comics

 

À LIRE AUSSI : Made in Plastic, ou le tragique destin de Jack Cole




A propos Doop 330 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.