Punisher, saison 2 : Frank Castle toujours aussi bourrin dans une saison à 2 visages

punisher saison 2
(image © ABC Studios, Marvel Entertainment)

Retour à la case départ

À LIRE AUSSI : 5 raisons pour lesquelles la saison 3 de la série Daredevil est une réussite totale !
La 2e histoire reprend les personnages de la 1re saison là où on les avait laissés. On y retrouve le toujours très charismatique Ben Barnes (Billy Russo alias le Puzzle), sorti à peine du coma dans lequel Frank l’avait plongé un an plus tôt. Avec l’aide de sa psychiatre (jouée par Floriana Lima de Supergirl) le Puzzle doit faire face aux conséquences de son visage ravagé et de son amnésie. De son côté, l’agent Madani (Amber Rose Revah) n’arrive toujours pas à encaisser ce que ce dernier lui a fait. On rentre un peu dans de la psychologie de bas étage et c’est assez décevant finalement. J’avais trouvé les acteurs plutôt bons dans la 1re saison mais cette fois-ci j’ai eu le sentiment qu’ils n’étaient pas très à leur avantage. Les dialogues entre Billy et sa psy sont gnangnans et je trouve le développement de cette dernière un peu trop forcé. Ce n’était pas la peine de lui donner un passé, une phobie et une personnalité trouble pour faire avancer cette intrigue qui n’apporte vraiment pas grand-chose. On aurait pu largement s’en passer et tous les allers-retours entre Frank, Madani et le flic à ses trousses deviennent rapidement lassants. C’est dommage car cela ralentit véritablement le rythme de la série. Amber Rose Revah et Floriana Lima ne parviennent pas à nous rendre leurs atermoiements crédibles. Ben Barnes a tendance à surjouer sa folie et sa psyché brisée. Cela s’arrange sur la fin mais c’est bancal. On retiendra une seule bonne idée, qui ne sera malheureusement pas bien exploitée : celle de briser Frank psychologiquement en lui faisant affronter sa peur la plus ultime. On retrouve aussi dans un épisode Karen Page, tout droit sortie de la série Daredevil mais qui ne s’en sort pas mieux que le reste du casting initial.

 

punisher saison 2
(image © ABC Studios, Marvel Entertainment)

 

Je ne suis pas celui qui meurt, je suis celui qui tue

Cette phrase de Frank est assez prophétique dans la mesure où le pauvre garçon se fait continuellement tabasser, tirer dessus et éventrer tout au long de ces 13 épisodes ! On sait bien que le fait que ce dernier soit inarrêtable fait partie du cahier des charges du personnage, mais les scénaristes y sont parfois allés un peu fort. Le Punisher semble parfois avoir les mêmes pouvoirs de régénération que Wolverine ! Comme lors de la 1re saison, la violence est parfois un peu trop excessive. Les auteurs y vont allégrement sur le sang et les blessures par armes blanches, proposant parfois des scènes assez difficiles à regarder pour les plus sensibles d’entre nous (dont je fais partie). Ça gicle, ça défouraille à tout va, ça éventre, mais cela paraît logique sur une série Punisher. Il faut quand même avoir parfois le cœur bien accroché.

 

 

On passe quand même un bon moment

À LIRE AUSSI : Titans, saison 1 : comment on est passé d’une purge à une série réussie [avis]
Si la 2e intrigue rajoute de nombreuses longueurs (la série dure 13 épisodes d’à peu près 50 minutes), il y a toutefois de très bons moments. Comme on l’a dit plus tôt la relation entre Frank et Amy est un réel bonheur de caractérisation. Mais il y a aussi des passages nerveux. Par exemple le 3e épisode se situe dans un commissariat encerclé par des mafieux russes et la tension est non seulement palpable mais parfaitement intégrée par la caractérisation des personnages secondaires (les flics) que l’on ne verra que le temps de cet assaut mais à qui on tient parfois plus qu’à Madani ou Russo. Cet épisode est à mon sens un véritable petit bijou de narration. En réalité, les trois 1ers épisodes sont excellents, avec un développement des personnages secondaires généreux et réussi (je pense à la petite amie de Frank dans le 1er épisode). Ensuite, le Punisher revient à New York, tout l’ancien casting refait son apparition et c’est là que cela devient un peu lourd. Mais dans l’ensemble cela reste une bonne série, avec des longueurs mais qui ne décevra pas les amateurs de la 1re heure. En espérant que Netflix nous propose une 3e saison, après tout, la série est très déconnectée de l’univers Marvel classique. ■




A propos Doop 337 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.