5 raisons pour lesquelles la saison 3 de la série Daredevil est une réussite totale !

(image © Marvel Entertainment)

Depuis le vendredi 19 octobre 2018, Netflix diffuse les 13 épisodes de la saison 3 de Daredevil. Plus recentrée sur son intrigue, cette saison propose des personnages bien développés et des scènes fortes. Il n’y a pas de ventre mou et la fin est une réussite. Selon toute vraisemblance la meilleure des saisons Netflix/Marvel tous héros confondus. Une saison 3 d’enfer pour le Diable de Hell’s Kitchen !
■par Doop

 

 

Une saison 2 mise de côté

Dans la saison 2 de Daredevil, grandement ratée, les scénaristes avaient trop voulu en faire. En effet ils avaient introduit au forceps 2 personnages forts, le Punisher et Elektra. L’intrigue de la saison 2 ne faisait pas grand sens car trop alambiquée. La saison 3 de Daredevil se recentre sur les bases de la 1re saison à savoir une intrigue à dimension humaine et une ambiance très urbaine, sans ninjas mystiques. On ne voit jamais Matt dans son affreux costume et c’est vraiment pour le mieux. Les éléments de la saison 2 ne sont pas réutilisés et c’est une bonne nouvelle. Les scénaristes repartent sur les bases de départ, à savoir une confrontation entre Wilson Fisk et Matt Murdock.

 

(image © Marvel Entertainment)

 

De nouveaux personnages très bien développés

La base du casting de Daredevil reste la même (Foggy, Karen, Matt), mais la saison 3 nous propose 3 nouveaux rôles qui tiennent une place plus qu’importante. En effet, la série se bonifie avec l’arrivée des 2 agents spéciaux (Rahul « Ray » Nadeem et Ben Poindexter) et de sœur Maggie. Des personnages tous les trois au cœur de la série et de ses rebondissements. Ainsi, Rahul Nadeem prend la place d’un observateur neutre qui se retrouve victime des manigances qui opposent Matt Murdock et Wilson Fisk. Par contre, je ne dévoilerai rien sur les 2 autres, que les fans du comics ont certainement déjà identifiés. Contrairement à ce que l’on a pu voir auparavant, les scénaristes prennent beaucoup de temps pour les développer. Sœur Maggie a droit à énormément de scènes qui permettent de créer un personnage subtil, parfaitement interprété par Joanne Whalley. Quant à Ben Poindexter, il a quasiment plus de temps d’exposition à l’écran que Matt Murdock ! De plus, les scénaristes prennent aussi (et enfin) le temps de nous présenter plus en profondeur Foggy Nelson et Karen Page. Alors qu’on nous présente la famille du 1er, un épisode spécial lève totalement le voile sur le mystérieux passé de la secrétaire de Foggy Nelson et Matt Murdock. C’est exactement ce qui manquait depuis 2 saisons et cette fois-ci cela n’alourdit pas l’intrigue. Il n’y a pas d’épisode inutile. La saison 3 de Daredevil est dense et ne se disperse pas.

 

(image © Marvel Entertainment)

 

Des vilains charismatiques et impressionnants

Alors que les films Marvel sont connus pour proposer des méchants assez 1er degré, cette saison 3 de Daredevil nous offre 2 adversaires de grande envergure. La prestation de Vincent d’Onofrio est excellente dans le rôle du Caïd (mais la saison 1 nous avait déjà convaincus). Il est quasiment le personnage principal plusieurs épisodes en début de saison 3. Terrifiant de placidité, on sent qu’il peut « péter les plombs » à chaque instant, ce qu’il fait parfois. Il faut aussi décerner une mention spéciale au développement et à la caractérisation de Bullseye, le 2e méchant de la saison 3, vraiment flippant. On assiste tout doucement à sa descente aux enfers et sa fin fera frémir tous les fans du comics. De plus, la réalisation arrive à restituer ses capacités hors du commun sans trop en faire. C’est vraiment excellent. Daredevil a enfin trouvé des méchants à sa hauteur après des ninjas sans âme et une Elektra totalement fadasse.

 

(image © Marvel Entertainment)

 

Des interprétations et une réalisation à la hauteur

Chose assez rare dans les séries TV, tous les acteurs jouent à peu près juste. Charlie Cox est toujours aussi crédible dans le rôle de l’avocat aveugle et propose une interprétation tout en retenue. On pourra aussi noter le fait que cette fois-ci l’actrice Deborah Ann Woll arrive à rendre Karen Page attachante. Foggy Nelson est un peu plus en retrait mais parvient à transmettre l’idée qu’il est le cœur de l’équipe formée par nos 3 héros, enfin réunis. J’ai énormément apprécié le rôle de sœur Maggie ainsi que celui de Rahul Nadeem, très touchant et subtilement interprété par l’acteur d’origine indienne Jay Ali. La saison 3 de Daredevil propose aussi des scènes très intenses, comme celle où Bullseye fait irruption dans la rédaction du journal de Karen ou encore la bagarre entre Matt et le Caïd. Comme d’habitude, Matt en prend plein la figure mais arrive toujours à se relever. C’est parfois un peu trop et on se demande comment il fait pour tenir debout, mais cela fait partie du cahier des charges de la série.

 

(image © Marvel Entertainment)

Des références appuyées aux comics

La bande annonce de la saison 3 de Daredevil faisait immédiatement penser à la saga Renaissance de Frank Miller et David Mazzucchelli. Mais il y a aussi des tonnes d’autres références qui servent de base à l’intrigue. En effet, on peut retrouver pas mal de clins d’œil au run initial de Frank Miller, notamment en ce qui concerne le personnage de Bullseye. De plus, un aspect particulier de l’intrique nous rappelle un arc du 1er volume de Daredevil réalisé par Lee Weeks et Ann Nocenti. Et si je vous dis que le Tireur se retrouve à un moment dans une église avec Karen Page et une matraque, vous allez frémir en pensant à l’arc Sous l’aile du Diable de Kevin Smith et Joe Quesada ! L’issue sera-t-elle la même ? Je vous laisse regarder les épisodes de cette saison 3 pour le savoir ! ■




A propos Doop 208 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.