Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 6 !

Injustice Année 2

(Tom Taylor/Bruno Redondo-Mike S. Miller-Tom Derenick-Xermanico et  autres)

critiques doopiennes
(image : © DC Comics)

Injustice année 2 : ça raconte quoi ?

Après la grande bataille entre l’équipe de Superman et celle de Batman qui a vu la mort de nombreux de leurs alliés, les équipes se reforment. D’un côté celle concentrée autour de l’homme d’acier qui veut continuer d’imposer la loi du talion sur Terre afin d’éradiquer le crime. De l’autre les amis de Batman, James Gordon en tête, qui veulent remettre l’humain au centre du débat. Certaines alliances se créent, d’autres se défont et cette 2ème année est plutôt centrée sur le ralliement (ou pas) du corps des Green Lantern et du corps de Sinestro à l’une ou l’autre des 2 équipes.

Une confirmation ?

Après l’excellente surprise du premier tome découvert lors de l’opération à prix réduit, j’ai décidé de franchir le pas et d’acheter cette fois au prix fort l’intégrale de cette 2ème saison proposée par Urban. Tom Taylor allait-il confirmer son aisance sur le titre ou allais-je au-devant d’une déception ? Eh bien non ! Cette 2ème année d’Injustice se révèle aussi bonne que la 1ère, avec pourtant un effet de surprise en moins. Sans être extraordinaire, Injustice année 2 se révèle tout aussi passionnante, Tom Taylor n’hésitant pas à faire monter la pression au niveau cosmique avec la présence des Gardiens et de tous les membres du corps des Green Lantern. Nous allons encore avoir des choix drastiques, des déceptions, des trahisons et, comme l’on pouvait s’y attendre, des morts. Si les personnages sont complètement respectés (on en reparle plus bas), il est bien évident que l’allégorie autour du pouvoir et de la dictature est forte. D’ailleurs, voir les héros envahir le sénat pour empêcher une décision politique est assez révélateur au vu des évènements récents ! Inconsciemment, Tom Taylor nous livre finalement un récit beaucoup plus d’actualité que prévu. Après avoir posé les enjeux durant la 1ère série, il laisse un peu de côté ses héros pour se concentrer sur 2 autres aspects de cet univers en guerre : le cosmique et l’humain ! L’humain tout d’abord avec la forte présence de Jim Gordon et de ces héros urbains sans trop de pouvoirs, mais aussi le cosmique avec, on le répète depuis le début, la présence des Gardiens de l’univers. Cela donne donc une histoire à très grande échelle, qui recouvre tout le pan de l’univers DC et c’est impeccable.

Un 1er degré pour une fois bienvenu sur les personnages

Tom Taylor nous livre une histoire très 1er degré, totalement fidèle à l’esprit « classique » des personnages. Et je pense que pour une fois, c’est exactement ce qu’il faut faire. En effet, la plupart du temps les fameux Elseworlds, ces récits imaginaires, se proposent de détourner l’esprit ou la définition des héros qu’ils emploient pour leur donner une nouvelle approche. Ici, c’est tout le contraire. Ce sont le vrai Batman et le vrai Superman qui se battent, et cela donne une intensité beaucoup plus forte à tout ce qu’il peut se passer, surtout au niveau de leurs choix. Mais tous les personnages sont maîtrisés, que ce soit Black Canary ou même Harley Quinn, ce qui est assez satisfaisant dans la mesure où, on se rappelle, ce comics est sensé s’inspirer d’un jeu vidéo.

Pas révolutionnaire mais vraiment agréable

Les pages et l’action de Injustice Année 2 s’enchaînent sur 12 numéros et un annual dans un recueil qui est rapidement dévoré, ce qui est toujours bon signe. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est loin d’être révolutionnaire mais cela propose une très bonne histoire, qui se lit très bien avec des enjeux clairement posés. Les dessins sont en grande partie signés Bruno Redondo (avec un encrage impeccable de Julien Hugonnard Bert) et c’est là aussi une très bonne surprise. Le dessinateur est parfaitement à l’aise avec tous les personnages et tout l’univers DC. Lorsqu’il passe parfois le relais à Mike S. Miller, c’est un peu moins maîtrisé mais toujours lisible. Au final, Injustice année 2 confirme tout le talent de son équipe créative qui a réussi à proposer à la fois une histoire originale et respectueuse des personnages avec les contraintes imposées par le jeu vidéo. Cela laisse songeur et cela montre que c’est toujours possible quand on est un bon scénariste et qu’on a des bonnes idées !

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

Injustice Année 2 est un album publié par Urban Comics en France et contenant la série Injustice : Gods Among Us Year 2 n°1 à 12 et Annual n°1.

critiques doopiennes
(image : © DC Comics, Urban Comics)
La suite ? Crossover de Donny Cates ! Et ça va roxxer !

À LIRE AUSSI :Injustice : Année un – la surprise du chef à 4,90 euros !

Injustice année un 4,90 euros
(image © DC Comics)




A propos Doop 354 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*