Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 6 !

Crossover n°1-3

(Donny Cates / Geoff Shaw)

(image : © Image Comics, Donny Cates, Geoff Shaw)

Crossover : Ça raconte quoi ?

En 2017, dans le ciel du Colorado, tous les super-héros de comics connus apparaissent dans une bagarre géante. Et cela fait des dégâts. L’endroit est rapidement enfermé sous une bulle impénétrable qui protège l’extérieur. Le nombre de morts est incalculable. 5 ans plus tard, nous suivons le parcours de Ellie, une jeune vendeuse de comic-shop. Et désormais, vendre des comics, c’est dangereux ! Amassés devant la vitrine, tout une horde de protestants l’accusent d’être une traitresse, complice des terroristes qui œuvrent encore sous la bulle. L’apparition d’une étrange petite fille va tout bouleverser dans la vie d’Ellie et des personnes autour d’elle.

Un point de départ vraiment original

Donny Cates, je n’ai pas lu beaucoup de lui. Je sais qu’il est très apprécié mais je n’ai lu que son Venom que j’avais trouvé vraiment mauvais. Mais ce titre, Crossover, m’intéressait ! Je l’ai abordé sans rien en connaître du tout, parfois j’ai une intuition. La plupart du temps cette intuition passe totalement à côté. Pas cette fois-ci ! Il faut dire que Donny Cates nous propose sans exagérer l’un des points de départs les plus originaux de ces dernières années ! Alors qu’on a l’impression que le moindre récit doit livrer un monde post apocalyptique pour être original, l’auteur nous propose dans Crossover une intrigue vraiment percutante. Et si tous nos superhéros de papier prenaient vie sans crier gare ? Il y aurait énormément de dégâts ! Comment réagirait-on ?

Une vision périphérique

Ce que j’ai beaucoup aimé dans Crossover, c’est que cet incident, ce « crossover » comme on l’appelle n’est pas que le centre du récit. Là où Donny Cates joue encore l’originalité, c’est qu’il s’intéresse avant tout aux problèmes autour de cet incident. Il invente des autodafés de comics, et désormais, tenir un comic-shop est l’un des métiers les plus dangereux du monde ! De la même manière, la plupart des auteurs de comics sont assassinés ou disparaissent les uns après les autres. Pire encore, certains personnages issus des comics papiers se sont échappés du dôme et se cachent parmi la population. Le rendu de ces personnages dans Crossover est d’ailleurs une idée géniale, avec l’utilisation du zipatone, ces gros points qui servaient à mettre des couleurs dans les comics des années 70 ou 80. Le personnage de Ellie, jeune vendeuse dont les parents sont coincés de l’autre côté de la bulle, est vraiment touchant et bien développé. Le boss du comic-shop est lui aussi bien campé et c’est lui qui a les meilleures lignes de dialogue, avec notamment un superbe T-Shirt « Wertham was right ». De fait, on part d’un indicent d’ampleur mondiale pour s’intéresser aux conséquences individuelles. C’est très bien fait !

Une lettre d’amour aux comics

J’ai beaucoup aimé aussi le fait que les auteurs s’amusent un peu avec le medium dans Crossover. Nous sommes chez Image, et pourtant TOUS les superhéros de toutes les compagnies ont débarqué ! De fait, les auteurs utilisent des phrases détournées ou des petits dessins pour nous faire comprendre de qui l’on parle sans jamais les représenter ! C’est vraiment amusant et une planche en particulier, où l’on ne voit que les mains de ces héros, peut vous faire perdre un bon moment à essayer de deviner qui est qui. Par la narration d’Ellie, on comprend que Donny Cates et Geoff Shaw nous délivrent une véritable déclaration d’amour aux comics de leur enfance. Ils aiment les comics, ils aiment ce medium et cette histoire est une occasion de leur rendre hommage. Crossover nous propose un concept « méta » innovant et j’attends de voir ce que Donny Cates va faire de ça. J’espère qu’il va le pousser au maximum, mais au vu des premières phrases de dialogue, ça me semble bien parti.

Un épisode 3 qui promet

Et on atteint le paroxysme avec l’épisode n°3, où Donny Cates commence réellement à jouer avec les références comics et à intégrer de véritables personnages ! Pour tout dire, on attaque direct avec une référence à Watchmen et le poulpe pour faire écho à la situation de la série. Et pire :  les auteurs se permettent même des petites fantaisies en parodiant un personnage Marvel assez connu ! Bon, ce n’est pas une nouveauté puisqu’il s’agit d’une création de l’une de leurs précédente série, The Paybacks. C’est excellent. Si l’on n’est pas surpris de retrouver des créations antérieures de Donny Cates, en revanche, le personnage qui apparaît à la fin du 3e épisode laisse présager le meilleur !  Il semblerait que les auteurs aient eu l’autorisation de jouer avec les créations des autres, et vraiment c’est assez surprenant !

Si vous rajoutez à cela des dessins assez stupéfiants de Geoff Shaw, que je ne connaissais pas mais qui semble être un complice de longue date de Donny Cates, vous tenez entre les mains trois numéros qui promettent beaucoup. Le dessinateur arrive à restituer parfaitement le changement d’ambiance entre les pages « dessinées » et les pages « réalistes ». La narration est impeccable et les planches très détaillées. C’est vraiment très bon. Il ne faut pas s’enflammer mais avec Crossover, on tient peut-être une véritable pépite entre les mains. Reste à ne pas gâcher le concept !

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

Crossover est une série publiée par Image Comics est encore inédite en France.

critiques doopiennes
(image : © Image Comics, Donny Cates, Geoff Shaw)
Dernière critique de la semaine : Bowie par Mike Allred

À LIRE AUSSI :

Best of : les 19 meilleurs comics sortis en 2020 en France

best of comics 2020 france
(image © DC Comics, Marvel Comics)




A propos Doop 354 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*