Critiques doopiennes, le marathon comics : semaine 14 !

critiques doopiennes marathon comics 14
(image © Panel Syndicate, DC Comics, Dark Horse, Image Comics)

Les critiques doopiennes, le « marathon comics » est un challenge de taille : une review de comic-book par jour ouvré enrobée dans une rubrique hebdomadaire!  Une seule question se pose : jusqu’à quand vais-je tenir ?  Et ça dure déjà depuis 14 semaines, 3 mois et demi de critiques quotidiennes. Quels sont les comics que je vais chroniquer cette fois-ci ?
■ par Doop

 

Les comics au sommaire de cette semaine

Deux séries récentes Image au programme de cette semaine : Fire Power et Big Girls, qui sort ce mois-ci en France. On prendra ensuite notre envol avec la nouvelle série Hawkman de Robert Venditti et Bryan Hitch avant de faire un petit retour dans le passé avec la confrontation entre Batman et Predator. On finira ensuite par un classique : Barrier de Brian K. Vaughan et Marcos Martin!

 

Avant propos

 Les Critiques Doopiennes, le marathon comics sont le reflet de mes lectures « à chaud » et assurément trop passionnées. Je vous promets toutefois de rester le plus impartial possible, de ne pas mettre de spoilers et de toujours développer mon avis. Une règle immuable : « Lorsqu’on lit une critique, le meilleur moyen de se faire un avis, c’est toujours de lire le comics en question » ! Ces critiques sont surtout là pour vous permettre de découvrir des titres et pourquoi pas, échanger vos opinions sur notre page Facebook. Alors ? Brocoli (comics de qualité notés de 1 à 5) ou Chamois (comics qui ne sent pas très bon) ? C’est parti !

 

 

Big Girls

(Jason Howard)

critiques doopiennes
(image : © Image Comics, Jason Howard)

Big Girls : ça raconte quoi ?

Nous voici dans un monde postapocalyptique où un virus vient de décimer la population. Et il est quand-même assez bizarre ce virus, puisqu’il transforme petit à petit les hommes en sorte de monstres géants et sans cerveau ! Mais bizarrement, ce virus agit bien différemment sur les femmes ! Elles deviennent géantes, plus hautes qu’un building mais conservent leur intégrité physique et mentale. The Preserve, l’une de seules villes encore protégée du virus peut donc compter sur l’aide d’Ember et de ses 2 amies de 100m de haut pour pouvoir protéger les habitants de ces monstres. Mais peut-être existe-t-il un revers à la médaille ? Est-ce que le Marshall Tannick, qui gère ces « grandes filles » dit bien toute la vérité ? En tout cas, certaines de ses attitudes choquent Ember, qui se pose beaucoup de questions.

Jason Howard tout seul

J’ai découvert Jason Howard sur Trees avec Warren Ellis. Et en toute franchise, je ne suis pas son plus fervent défenseur. Qu’on ne s’y méprenne pas, c’est un bon dessinateur, efficace et dynamique mais je ne suis pas très fan de son style. Mais les goûts et les couleurs… Après, la question c’est surtout de savoir si un dessinateur peut devenir un bon scénariste. Et ce n’est généralement pas souvent le cas. Les exemples sont très nombreux de grands dessinateurs qui n’arrivent pas à proposer des récits construits. Il y a eu l’exemple des Image Boys et plus récemment, de Sean Murphy, qui n’arrive absolument pas à transcender ses histoires avec ses capacités d’écriture. Parce que le principe de départ de ce Big Girls est assez intéressant. Il reprend un peu tous les thèmes qui fonctionnent en ce moment : les Kaiju (ces gros monstres façon Godzilla), les femmes fortes et puissantes et les mondes postapocalyptiques détruits par les virus. Certains diront qu’il surfe un peu sur la vague, mais bon, cela me faisait assez envie. Jason Howard est-il un bon scénariste ? La réponse est mitigée.

De bons débuts

En toute sincérité, le début est vraiment réussi. Il y a des scènes fortes dans le tout 1er épisode, qui arrivent à nous montrer la cruauté et le jusqu’au-boutisme des gens dont la fonction est de protéger The Reserve coûte que coûte. C’est plutôt pas mal. Le personnage d’Ember, jeune fille de la campagne recrutée un peu contre son gré est une grande réussite. Le monde se met doucement en place et les personnages sont vraiment bien campés. Les dialogues ne sont pas extraordinaires, mais font le job. Bref, c’est assez captivant et vraiment intéressant. Mais malheureusement, le récit s’étiole petit à petit au fil des pages. En gros, j’ai trouvé que Jason Howard avait un peu de mal à conclure de manière satisfaisante son 1er arc. La fin est un peu rapide, pas assez structurée, manque un peu de corps. Après, le récit reste vraiment sympathique, mais on n’a l’impression qu’une fois dépassé le concept de départ, Jason Howard a du mal à faire progresser ses personnages. À les faire évoluer. Au niveau de dessins, l’auteur se fait vraisemblablement plaisir en montrant des grosses scènes de bagarre et de destruction. C’est bien réalisé mais son style à quand-même du mal à m’impressionner.  Sans être extraordinaire Big Girls reste quand-même au-dessus de la moyenne. Conseillé !

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

Big Girls est une série publiée aux Etats-Unis par Image Comics et en France par 404 Comics. Le premier volume contient les épisodes n°1 à 6

critiques doopiennes
(image : © Image Comics, Jason Howard)

 

A suivre :  Hawkman !


LIRE AUSSI :Les 10 MECHAS géants les plus PUISSANTS des comics Marvel

mechas Marvel comics
(image © Marvel Comics)




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*