Critiques doopiennes, le marathon comics : semaine 14 !

Batman/Predator

(Dave Gibbons/Andy Kubert-Adam Kubert)

critiques doopiennes
(Image : © DC Comics, Dark Horse Comics )

Batman/Predator : ça raconte quoi ?

Le Predator est arrivé en ville. Et comme d’habitude, il va petit à petit tuer tous les champions, les criminels  de la ville pour asseoir sa supériorité lors d’un jeu de massacre très codifié. Seulement voilà, la ville en question c’est Gotham City, et son champion est un peu différent des autres.

De l’ancien qui marche

Tiens, un vieux truc ! Non, je ne parle pas de mon rédacteur en chef adoré, mais plutôt d’une bande dessinée que je n’avais plus dû lire depuis 25 ans et que j’avais à l’époque beaucoup aimé. Je pense d’ailleurs que c’est la 1ère fois que mon œil découvrait les dessins des frères Kubert, dans ce qui me semble être l’un de leurs premiers travaux chez DC. En cette période où les Alien et Predator ont débarqué chez Marvel, c’est amusant de voir ce qu’un crossover entre ces personnages de film et de vrais super-héros pouvait donner. De plus, c’est quand-même scénarisé par Dave Gibbons, qui s’il n’est pas reconnu avant tout pour ses talents de scénariste, avait livré un très joli World’s FInest avec Steve Rude aux dessins à la même époque.
Après relecture attentive, c’est assez classique.

Un peu facile

Dave Gibbons ne se foule pas trop en s’orientant vraisemblablement sur une intrigue qui pourrait faire penser au 2e film de la franchise, celui où le Predator se retrouve dans un cadre urbain. L’histoire n’est pas mauvaise, on a une trame de fond sur les différents gangsters de Gotham, de son maire, mais surtout de la manière dont ils se font salement zigouiller par la créature. Le schéma est très classique. La créature arrive, dégomme les gens, Batman intervient, se prend une dérouillée et prépare sa vengeance. Pas grand-chose de plus à se mettre sous la dent. C’est passe-partout, pas très original mais ça se lit bien.

Le début des frères Kubert

Au niveau des graphismes, c’est quand même plutôt réussi. C’est du Andy Kubert des débuts, avec un style un peu plus sombre qu’actuellement. Et j’aimais bien ça. Les dessins sont très bons, et la splash page de Batman dans une nouvelle armure est vraiment magnifique. Il est encré par son frère Adam Kubert, avant que celui-ci ne devienne à son tour un illustrateur hors-pair mais je ne vois quasiment pas son influence à l’encrage. Ce dernier est lui aussi assez sombre et convient plutôt bien aux dessins d’Andy. Après, si les personnages, les postures sont vraiment bien campées, il manque un tout petit peu de fluidité dans la lecture, les compositions sont agréables mais parfois il manque 1 ou 2 détails pour rendre le projet plus lisible. L’effort est toutefois assuré en ce qui concerne la description du Predator ou de Batman, qui ressemblent exactement à ce que l’on peut imaginer. C’est assez amusant quand on pense ce que fera Andy Kubert avec Batman presque 20 ans plus tard. Un récit qui se laisse lire, il n’y a pas de grand moment épique, la fin est classique mais c’est du bon dessin et un bon comics. En revanche, je sais qu’il y a eu 2 suites (pas du tout par les mêmes auteurs), que je n’ai pas lues.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

Batman vs Predator est une mini-série en 3 épisodes publiée en 1992 par DC Comics. Elle a été diffusée en France par Comics USA et par Wetta Comics.

critiques doopiennes
(Image : © DC Comics, Dark Horse Comics )

 

Page suivante : une grand comics !

LIRE AUSSI :Les 10 meilleures armures de Batman !

Batman armure costume

(image © DC Comics)

 




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*