Hawkman #1 modernise les origines de Carter Hall [avant-première VO]

Hawkman #1 critique avant-première VO

DC Comics relance une série consacrée à Hawkman. Car depuis Dark Nights : Metal, le super-héros ailé a pris une place plus importante dans l’univers DC. L’occasion pour Robert Venditti de moderniser le personnage, tout en lui conservant un passé complexe. Le tout avec les dessins d’un Bryan Hitch en forme. Un bon épisode d’introduction pour tous les lecteurs, novices comme vieux routards.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Hawkman #1 critique avant-première VO
Hawkman et les aventuriers du temple perdu

 

Qui est Hawkman ?

À LIRE  : Les critiques VO de la semaine
De toute évidence, Robert Venditti tente ici de mettre à plat le passé (complexe) du personnage pour les nouveaux lecteurs. Que vous arriviez ici sans avoir lu aucune aventure d’Hawkman ni même la saga Metal, vous ne serez pas perdu. Cette première aventure va tourner autour de cette idée : comprendre qui est vraiment Hawkman. Quelles sont ses origines ? Car selon les époques, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Hawkman a connu des ruptures de style. En 1940, Gardner Fox et Dennis Neville nous l’ont présenté comme un archéologue, en réalité la réincarnation d’un prince d’Égypte. Grâce au métal nth, ce Carter Hall là combattait le crime équipé d’armes trouvées dans son musée, d’ailes artificielles et d’un masque.
Dans les années 50, DC a transformé radicalement le personnage. Hawkman vient alors de la planète Thanagar où il est une espèce de policier. Un peu à la manière du Limier martien, il part traquer un criminel sur Terre puis finit par y rester, prenant l’identité d’un conservateur de musée…

 

Hawkman #1 critique avant-première VO
Carter Hall et Madame Xanadu, deux personnages destinés à collaborer

 

Un nouveau ton pour une nouvelle vie

Ces dernières années, DC Comics nous a dépeint Hawkman comme un guerrier laconique, sans finesse et violent. Autant dire que Robert Venditti remodèle complètement le personnage. Dans Hawkman #1, il le présente comme un explorateur, un chasseur d’objets antiques, un héros quelque part entre Indiana Jones et Tomb Raider. Venditti lui redonne des dialogues, un ton, et une vie sociale. La présence en fin d’épisode de Madame Xanadu est aussi une bonne idée, logique et pour le moment bien exploitée. En tout cas, on est très loin de la brutasse des dernières années. Reste à savoir comment Venditti va articuler sa série par rapport à la présence d’Hawgirl dans la nouvelle Justice League.

 

Hawkman #1 critique avant-première VO
Le trait spectaculaire de Bryan Hitch convient parfaitement à l’orientation Indiana Jones/Tomb Raider de la série !

 

Bryan Hitch à son aise

Après un passage compliqué sur Justice League, Hitch délaisse le scénario pour se concentrer sur les dessins. Hawkman semble parfaitement lui convenir. Toute la première partie, sur un mode « Indy meets Lara Croft », lui permet de laisser libre court à son style spectaculaire. Et la vision que subit par la suite Carter permet au dessinateur de nous offrir deux belles splash pages dont il a le secret (et où il distille quelques références et autres clins d’œil). L’ensemble est bien plus convaincant que ce qu’il a pu produire dernièrement. Et si ce premier épisode n’était qu’un tour de chauffe, je suis curieux de voir la suite. Vraiment, un bon premier numéro de lancement. ■

 

Hawkman #1 critique avant-première VO




A propos Stéphane Le Troëdec 222 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.