Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 2 !

Batman/Catwoman n°1

(Tom King/Clay Mann)

critiques doopiennes semaine 2
(image : © DC Comics)

Batman/Catwoman n°1 : Ça raconte quoi ?

Une Selina Kyle âgée vient rendre visite à un vieil ami pour lui annoncer la mort d’un de leurs compagnons de route. En même temps, elle se remémore une aventure avec Batman, qui semble avoir encore des répercussions dans le futur.

 

Pas vraiment un label rouge

Il a mis du temps à arriver ce Batman/Catwoman. Tout d’abord prévu pour clore le run de Tom King sur le chevalier noir, il a été ensuite reporté de nombreux mois, pour finir en mini-série, reportée elle aussi et devenue, il me semble, hors continuité. D’ailleurs, elle est publiée sous le Black Label. Le Black Label, c’est plus ou moins ce qui a remplacé Vertigo, c’est à dire une ligne un peu plus adulte. Sauf que pour le moment, c’est totalement à côté. En effet, le Black Label ne propose pas des histoires au thème forts et dérangeants, simplement des sortes d’Elseworlds. Des histoires de qualité très variable et qui surtout ne proposent finalement rien de nouveau, uniquement des variations sur les super-héros que l’on connaît. D’ailleurs, 75% de la production Black Label ne s’intéresse qu’à Batman et aux personnages du Bat-Universe. Et surtout, pas de nudité !

 

Du Tom King de base

Après la débâcle de Heroes in Crisis, Tom King a un peu de mal avec ses nouveaux projets DC Comics. Cette maxi-série (je crois qu’elle est en 12 épisodes) permettra-t-elle de redonner un peu d’éclat au scénariste ? Il faut dire qu’après de très bons moments, il nous avait laissés complètement sur notre fin avec son run sur Batman et son vrai faux mariage. C’est difficile de le dire après 1 seul épisode, surtout que, dans la tradition de ce qu’il produit, Tom King ne donne pas beaucoup d’éléments. Mais il y a quand-même 2 ou 3 moments assez forts dans ces 20 pages. Après, c’est vraiment très problématique de juger la série sur ce qu’il s’y passe. Parce que concrètement, c’est du Tom King pur jus. On sent bien que l’on reprend à partir de son run sur Batman, que ce qui a eu lieu après n’entre pas en ligne de compte. Et de fait, la lecture passe très vite et l’action est rare. Mais le scénariste est assez doué pour donner quand-même quelques éléments qui nous donnent envie de voir plus loin. Le retour d’un personnage un peu issu de la continuité alternative, la mort d’un acteur essentiel de la série et surtout, ce mystère entourant cette aventure du passé qui a, selon toute vraisemblance, de nombreuses répercussions sur le présent.

Clay Mann progresse encore

Une bonne surprise toutefois, ce sont les dessins de Clay Mann. En effet, le dessinateur nous a toujours habitué, depuis ses débuts sur les séries de l’univers X-Men, à des lignes très claires, des compositions solides. Bref, du très joli dessin, très fin et peut-être parfois un peu trop sexualisé. Eh bien avec cette mini-série, Clay Mann change totalement son style ! Si on le reconnaît quand-même au détour de quelques scènes, son dessin est devenu beaucoup plus sombre, beaucoup plus haché. Lui qui livrait des planches extrêmement propres, commence à parsemer ses visages, ses personnages de petites rayures, en exagérant, il commence à mettre un peu de Leinil Yu dans ses dessins. Ce qui peut sembler bizarre tellement les deux illustrateurs ont des styles opposés. J’ai d’ailleurs dû retourner une fois à la page des crédits pour voir si c’était bien lui qui réalisait toutes les planches. Et vous savez quoi ? J’aime beaucoup ! Ce n’est pas comme si cela convenait à l’histoire, qui n’est pour l’instant ni sombre, ni violente, mais si c’est une évolution de son style, c’est en tout cas pour le meilleur. C’est nettement plus nerveux et viscéral. Et c’est pour le moment la seule nouveauté dans une histoire qui ressemble trait pour trait à ce que Tom King nous présentait habituellement sur le chevalier noir. A suivre donc.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

Batman/Catwoman n°1 est publié aux Etats-Unis par DC Comics.

critiques doopiennes semaine 2
(image : © DC Comics)

 

Prochainement

On ira faire un tour du côté de chez Wonder Woman Dead Earth, puis on analysera les premiers épisodes des X-Men de Jonathan HIckman. Je pense aussi vous présenter Post Americana, le tout nouveau titre de Steve Skroce ainsi que le nouveau comics de Kieron Gillen et Esaad Ribic : Eternals chez Marvel. Et certainement d’autres surprises !

 

LIRE AUSSI : Connais-tu toutes les actrices qui ont joué Catwoman à l’écran ?

Connais-tu les actrices qui ont joué Catwoman à l'écran ?

 




A propos Doop 338 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

1 Commentaire

  1. J’ai l’impression, pour Black Widow, qu’il n’y a pas ou trop rarement de récit « mythique ». Dans le sens où, si on me demande quoi lire, je peux citer un peu la mini-série Marvel Knights, mais… ça n’est pas du Born Again, ou du Year One, etc.
    Non pas que chaque personnage « doit » avoir une oeuvre aussi marquante que celles-ci, mais j’ai l’impression qu’il n’y a pas une oeuvre somme de Black Widow, qui acte ce qu’elle est.

    Dans les années 2000, on a eu Batman : Hush de Jeph Loeb et Jim Lee ou Marvel Knights : Spider-Man de Mark Millar et Terry Dodson. Des maxi-séries de 12 épisodes, faites par un duo d’auteurs unique, qui permettent une intrigue classique mais qui offre la possibilité de voir tout l’univers du personnage, et les personnages autour.

    Black Widow n’a pas un univers qui justifie 12 épisodes, mais au moins 5 ou 6.
    Le personnage manque d’oeuvre-somme, notamment au regard de son importance cinématographique. Et ce n’est pas Waid & Samnee, qui se font plaisir, qui changent ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*