Arrowverse vs Titans ! : 10 raisons pour lesquelles les séries du Arrowverse sont meilleures que Titans (et inversement) !

La passion pour les comics (avantage : Arrowverse)

(image © DC Comics)

Titans s’inspire des comics DC mais prend énormément de libertés avec le matériel originel. Les séries du Arrowverse, elles, ne cessent de faire des références aux comics, que ce soit à travers des clins d’œil furtifs ou bien carrément des adaptations d’arcs entiers. Barry Allen affrontant Néga-Flash, le costume de Citizen Steel, ou bien la présence de persos comme Deathstroke… Le Arrowverse est une déclaration d’amour permanente aux comics ! Pas la série Titans. Quel lecteur de comics n’a pas un minimum d’intérêt pour le principe des épisodes Elseworlds, par exemple ?

 

 

Les costumes (avantage : Titans)

(image © Warner Bros. Television)

Avec son budget plus important, Titans propose des costumes plus réussis. Robin, Hawk et Dove font partie des tenues les plus réussies jamais conçues pour une série télévisée. De son côté, Arrow a du mal à soutenir la comparaison. Les costumiers doivent souvent se contenter de costumes en cuir avec des couleurs qui rappellent les codes des comics. Bof.

 

 

Une ambiance sombre comme il faut (avantage : Arrowverse)

(image © Warner Bros. Television)

Question « darkitude », Titans en fait beaucoup trop, histoire de séduire le public adolescent en quête de ce genre d’ambiance. C’est bien joli de vouloir faire une série « adulte, parce que tu comprends, c’est sombre et violent », mais Titans n’arrive jamais à trouver un juste équilibre. Dans son ensemble, le Arrowverse est parvenu à trouver la bonne formule. Il y a plusieurs épisodes sombres et torturés, mais les séries se ménagent aussi des moments plus légers. Le tout à chaque fois de manière appropriée à son héros principal et à ses intrigues générales (bon allez, OK, peut-être pas Legends of Tomorrow…).

 

La suite page suivante !




A propos Stéphane Le Troëdec 278 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.