Iron Fist : la saison 2 est-elle plus réussie que la première ?

Iron Fist : la saison 2 est-elle plus réussie que la première ?
(image © Netflix)

Après une 1re saison assez décriée (mais que j’avais trouvé plutôt agréable à regarder), Netflix nous propose depuis le 7 novembre 2018 la suite des aventures de Danny Rand et de tous ses camarades de jeu.
■ par Doop

 

Une saison 2 avec les mêmes qualités et défauts que la 1re

Iron Fist a la réputation d’être la plus mauvaise série de Marvel/Netflix. Pourtant, je dois vous avouer que j’ai trouvé plus d’intérêt à cette dernière qu’à une série comme Luke Cage (trop surjouée à mon goût) ou même la saison 2 de Daredevil. Bien sûr, cette série possède de nombreux points faibles, qu’elle réitère encore pour ce 2ème opus. Ainsi, l’acteur principal est trop fadasse et se fait complètement voler la vedette par les rôles secondaires qui gravitent autour de lui. Ou bien encore les scènes de dialogue et d’exposition sont encore une fois trop longues. Autant vous dire que ceux qui n’ont pas aimé la 1re fois n’aimeront pas non plus, et pourtant, il y a quand-même des points positifs dans cette saison 2 d’Iron Fist.

 

Iron Fist : la saison 2 est-elle plus réussie que la première ?
Typhoid Mary et Danny Rand dans la saison 2 d’Iron Fist (image © Netflix)

 

Une intrigue basée sur celle de Marvel Team-Up, Typhoïd Mary en prime

Cette fois-ci, Danny Rand se retrouve confronté à son frère adoptif, Davos, qui tente de lui dérober l’Iron Fist, l’esprit du dragon. Cette intrique ressemble un peu à celle de Marvel Team Up 63 et 64 par Chris Claremont et John Byrne. Tous les personnages de la saison précédente sont présents : Coleen Wing, Misty Knight, les Meachum. Nous avons même droit à la 1re apparition de Typhoïd. Au 1er abord, son rôle n’est pas éloigné de celui qu’Ann Nocenti lui avait alloué dans les pages de Daredevil. Typhoïd, joué par Alice Eve (Star Trek) est plutôt bien vu dans le cadre urbain des séries Netflix (une détective privée aux personnalités multiples). Mais, autant vous le dire tout de suite, elle n’a rien à voir avec le sulfureux succube que l’on connaît dans les pages des comics et forcément, on est un peu déçu. J’aurais tellement aimé la voir mettre feu à un bout de papier avec son esprit ! Cela reste à mon sens un point fort de la série. L’interprétation de l’actrice est plutôt subtile et nous fait bien ressentir les phases de transition entre les différentes personnalités de Mary.

 

 

Le personnage principal d’Iron Fist n’est pas celui qu’on croit !

Si la série est bien intitulée Iron Fist, Danny Rand est encore une fois plutôt en retrait. L’acteur Finn Jones a fait quelques progrès dans sa manière d’appréhender le personnage de Danny Rand (il est un peu plus à l’aise dans les combats). Mais il reste toujours très effacé et se fait totalement vampiriser à l’écran par l’actrice Jessica Henwick dans le rôle de Coleen Wing, la véritable star de cette saison 2. Dès qu’il y a une mauvaise décision à prendre, Danny tombe toujours dans le panneau et se comporte comme un parfait abruti avec tout le monde. C’est très rageant car on se dit qu’en 2 saisons le personnage n’a pas du tout évolué ! Au vu du dernier épisode de la série, je pense même que les auteurs ont décidé de mettre fin à Danny pour ne se concentrer que sur Coleen. Une décision qui risque de faire rager les puristes (voir à ce propos notre article sur le Comicsgate). La dernière scène contredit cependant cette idée.

 

Iron Fist : la saison 2 est-elle plus réussie que la première ?
Coleen Wing et Misty Knight, un duo de choc qui vole régulièrement la vedette au héros (image © Netflix)

 

Les « poings » faibles et les « poings » forts d’Iron Fist saison 2

La saison 2 d’Iron Fist n’est pas dénuée de points forts. On pourra citer en vrac le jeu des acteurs, certaines scènes de combat plutôt réussies, le duo formé de Coleen et de Misty Knight qui pourrait laisser entrevoir une série Daughters of The Dragon. Citons aussi la trame d’ensemble, qui ne se disperse pas dans plusieurs sous-intrigues. J’ai beaucoup aimé l’acteur qui joue Davos (Sasha Dahwan) et son accent anglais impeccable ainsi que la fraîcheur de Jessica Henwick, qui est véritablement la pierre angulaire de la série. On pourra en revanche déplorer quelques décisions totalement absurdes : la blessure de Danny qui guérit on ne sait trop comment, Coleen qui devient le senseï de Danny, les erreurs stupides de Joy Meachum. Mentionnons aussi la volatilité de l’esprit du dragon et ses aller-retours incessants entre les personnages. La toute dernière scène, si elle permet de faire un lien avec la chronologie des Iron Fist (et notamment le run de Matt Fraction et David Aja) est tout simplement ridicule et mal filmée. C’est dommage car la série est réellement sympathique, si l’on enlève son personnage principal. ■




A propos Doop 83 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.