Les Nouvelles Aventures de Sabrina : la saison 2 est-elle meilleure que la saison 1 ? [avis]

(image © Netflix)

La série Les Nouvelles Aventures de Sabrina revient quelques mois seulement après la fin de la 1ère saison et un épisode de Noël assez raté. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette 2e saison reste exactement dans le prolongement de la 1re. Beaucoup de défauts, beaucoup de longueurs et d’emprunts à des séries classiques. Mais les Nouvelles Aventures de Sabrina débordent toutefois d’un enthousiasme certain et surtout d’une réelle volonté de changer le statu quo lors des derniers épisodes.
■ par Doop

(image © Netflix)

 

Nous avons laissé notre sorcière préférée dans une position inconfortable. En effet, Sabrina vient de signer le fameux livre de la Bête et donc de donner son âme au Diable, réalisant, de manière inconsciente ou pas, un réel choix de vie. Choix qu’elle conteste dès les 1ers épisodes de cette nouvelle saison. On comprend bien que l’on ne peut pas faire de Sabrina une véritable sorcière, méchante sans aucune morale. Les scénaristes et producteurs en profitent donc pour nous livrer une intrigue qui tourne cette fois-ci autour du fait que Sabrina refuse son destin. Elle ne souhaite pas se faire enfermer dans un carcan. Ses idées « rebelles » vont se diffuser autour d’elle, contaminant ses proches. Choisir son destin, c’est véritablement le mot d’ordre, un peu lourd parfois, des Nouvelles Aventures de Sabrina. On le retrouve avec ses amies sorcières, ses tantes, ses compagnons humains qui vont à chaque instant prendre des décisions contraires à ce que l’on attend d’eux. On pense par exemple à Théo qui refuse son statut de fille pour jouer dans l’équipe masculine de basket, de Prudence, qui va aller contre son rôle de méchante ou bien des tantes de Sabrina qui vont constamment sortir de leur rôle. Même Ambrose, le personnage gay sort un peu bizarrement de ses clichés. Il n’y avait, à mon sens, pas d’autre manière de gérer la série que de partir dans cette direction.

 

(image © Netflix)

 

Des acteurs toujours aussi peu impliqués

C’est l’un des problèmes majeurs de la 1ère saison des Nouvelles Aventures de Sabrina. Et malheureusement, on ne peut pas dire que le niveau de jeu se soit globalement amélioré d’une année sur l’autre. Si Kiernan Shipka, qui joue Sabrina, s’en sort plutôt bien, je trouve que les autres acteurs sont soit creux soit cabotinent à mort. Cela concerne d’ailleurs plutôt les acteurs adultes (Miranda Otto et surtout Michelle Gomez), qui donnent l’impression de jouer comme dans un épisode de La Famille Adams alors que le ton des Nouvelles Aventures de Sabrina est plutôt sérieux. La réalisation est correcte et les effets spéciaux plutôt réussis, à l’exception toutefois du Dark Lord. Avec son corps de bouc, son maquillage peut faire penser aux pires épisodes de Buffy contre les Vampires (rappelez-vous la femme mante religieuse de Buffy saison 1 !). D’ailleurs, cette saison des Nouvelles Aventures de Sabrina emprunte énormément à la série de Joss Whedon, sans toutefois atteindre son niveau d’originalité.

 

(image © Netflix)

 

Dark Sabrina contre les Vampires

Si l’on veut être honnête, on ne peut pas éviter la comparaison entre cette 2e saison des Nouvelles Aventures de Sabrina et la série Buffy contre les Vampires. On y aborde exactement les mêmes thématiques : une jeune adolescente rebelle qui refuse son destin et qui s’émancipe au fil des épisodes, un groupe de jeunes qui va combattre les forces du mal et une volonté de proposer au spectateur une version moderne de la société. On y apprend même que la petite ville dans laquelle se trouve Sabrina est un « nexus », construite sur un portail de démons. Le seul problème, c’est que Buffy a 20 ans, et que ce qui en faisait l’originalité et la nouveauté à l’époque est aujourd’hui vu et revu, usé jusqu’à la corde. Et c’est souvent lourdement exécuté. Le côté féministe revendiqué des Nouvelles Aventures de Sabrina est parfois trop lourd pour être honnête, et c’est dommage car cela fait perdre, comme bien souvent actuellement, de la force au message. Clin d’œil ultime, Alexis Denisov (Wesley dans Buffy) joue un rôle semi-récurrent dans la série. Mais les Nouvelles Aventures de Sabrina n’empruntent pas qu’à Buffy, une grande partie de l’intrigue est aussi basée sur la Saga du Phénix Noir, chère au cœur des lecteurs de comics ! C’est tellement évident que même les scénaristes prennent une bonne minute de temps d’antenne pour expliquer les tenants et les aboutissants de l’histoire créée par Chris Claremont et John Byrne, comme s’ils voulaient s’éviter de futures critiques. De fait, cette saison des Nouvelles Aventures de Sabrina ne brille pas, à première vue, par son originalité. Mais il y a toutefois des points positifs qui peuvent donner envie de regarder la 3e saison.

 

(image © Netflix)

 

Les points positifs des Nouvelles Aventures de Sabrina

On en a déjà parlé, la série est d’entrée rendue sympathique par la prestation de son actrice principale, Kiernan Shipka. Elle ne sombre jamais dans le cliché et sa performance ajoute de l’énergie à une histoire parfois un peu trop longue. De plus, les derniers épisodes nous proposent réellement une mise à plat de l’univers de la série, se débarrassant d’une manière ou d’une autre d’une grande partie du casting secondaire. On ne peut donc pas nier le désir d’évolution des auteurs et c’est, à mon sens, le meilleur aspect des Nouvelles Aventures de Sabrina. Tout en restant dans un cadre assez défini, les personnalités s’affirment et la série promet du changement. Reste à savoir si les auteurs oseront aller jusqu’au bout. Sans être révolutionnaires, Les Nouvelles Aventures de Sabrina, saison 2 sont en définitive assez agréables à regarder si l’on fait abstraction d’un discours parfois un peu lourd et d’épisodes qui traînent en longueur. La fin de la saison 2 est particulièrement rythmée et peut donner confiance pour la suite. ■

(image © Netflix)




A propos Doop 236 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.