5 Jeux olympiques auxquels les superhéros de comics ont assisté

jeux olympiques comics
(image © DC Comics

Après un an de décalage, les Jeux olympiques de Tokyo 2021 sont enfin lancés. L’occasion de passer en revue les Olympiades vues par le biais des comics. Pourtant, les Jeux olympiques sont souvent transposés dans l’espace, l’océan ou dans le monde criminel. L’intégration des véritables JO est plus rare. Top Comics vous propose une sélection de 5 Olympiades que les héros ont eu à protéger !
 par JB

 

Jeux olympiques de Berlin, 1936 : Doc Savage Annual 1989

(image © DC Comics)

Clark Savage Jr. est né en 1901. Son père rassemble une équipe d’experts pour faire de lui le pinacle de l’humanité. Le Dr. Gunther Asch supervise cet entraînement. Mais après quelques années, il disparaît en emportant avec lui les notes de ces entraînements. Clark devient Doc Savage, génie universel, athlète et aventurier. En juillet 1936, alors que les premiers athlètes arrivent à Berlin en prévision des Jeux olympiques de Berlin, Doc Savage déjoue une tentative d’assassinat à son encontre. Il se rend à Berlin et en découvre la raison : une conspiration pour remplacer les dignitaires venus assister aux Jeux olympiques par des sosies nazis. Doc Savage y retrouve Gunther Asch et sa création, Siegfried, qui a reçu un entraînement basé sur les notes de Clark Savage Sr. Le Superman américain et l’Übermensch nazi s’affrontent ainsi au cœur du Stade Olympique de Berlin, en utilisant le javelot et le marteau de lancer. Le combat culmine devant la flamme olympique. Siegfried prend feu et tombe sur le Dr. Asch, emportant avec lui son créateur.

 

 

Jeux olympiques d’été de Tokyo, 1964 : Teen Titans n°4

(image © DC Comics)

Les Teen Titans originels sont formés par les sidekicks respectifs des héros DC. Kid Flash, Robin, Aqualad… Et Wonder Girl, que les auteurs avaient pris pour un personnage à part entière alors qu’il s’agissait d’une jeune incarnation de Wonder Woman. Un sidekick manque à l’appel : Speedy, jeune acolyte de Green Arrow. Teen Titans n°4 montre comment il rejoint l’équipe. Davey Bradley a disparu après avoir été sélectionné comme sprinteur de l’équipe olympique américaine. Son père demande aux Titans de le retrouver. Il s’avère que Davey Bradley a cédé à la pression et a fugué. Pour sa part, Speedy est l’invité d’honneur pour les Jeux. Il doit enflammer d’une flèche le sigle des Jeux Olympiques. Cependant, Speedy s’est fait assommer par un inconnu. À son réveil, il découvre la bague de son agresseur, un homme de l’organisation DIABLO. Cela lui met la puce à l’oreille et Speedy réalise que la flèche qui doit allumer la flamme a été remplacée par une flèche explosive. Les Teen Titans se rendent à Tokyo pour empêcher toute autre tentative d’attentat. Davey Bradley les y accompagne. Après avoir empêché plusieurs sabotages de DIABLO, les Titans sont capturés et attachés aux anneaux olympiques. Pour la répétition de la cérémonie d’ouverture, Speedy s’apprête à enflammer les cercles les yeux bandés, sans savoir qu’il va ainsi tuer les jeunes héros. Davey Bradley s’élance pour détourner le tir tout en étant poursuivi par des agents de DIABLO. Il regagne ainsi confiance pour rejoindre l’équipe olympique.

 

 

Jeux olympiques d’hiver de Lake Placid, 1980 : Marvel Treasury n°25

(image © Marvel Comics)

À de rares exceptions, Spider-Man est assez casanier et reste à New York. Lorsque s’ouvrent les Jeux olympiques de Lake Placid, Peter Parker n’a pas à aller loin pour rejoindre les dortoirs du village olympique réservés à la presse. Grâce à son sens d’araignée, il est le seul à remarquer une tentative d’enlèvement. Il voit en effet 3 créatures tenter d’enlever une patineuse soviétique. S’il déjoue leur tentative, Maria Karsov, la patineuse, se trouve prise au cœur d’un prisme et disparaît sous terre, à la surprise de Spider-Man mais aussi de ses ravisseurs initiaux. D’autres athlètes disparaissent dans des circonstances similaires : le joueur de hockey canadien Robby Kyle, le champion français de bobsleigh Claude Lebron, et le skieur américain Brad Rossi. Spider-Man tente de remonter la piste et trouve l’Homme Taupe. Celui-ci lui explique que sa rivale, Kala, est responsable de ses disparitions et a également recruté Hulk. En effet, afin d’éviter une guerre, Kala et l’Homme Taupe se sont accordés pour organiser leurs propres jeux olympiques. Ils détournent pour cela le Village olympique qu’ils élèvent à des dizaines de mètres en altitude. Les champions de l’Homme Taupe font alors face aux athlètes capturés et armés par Kala, pendant que Spider-Man tente de neutraliser Hulk. Les jeux d’été de Moscou devaient également entraîner un comics, mais le boycott de ces Olympiades par les Etats-Unis va forcer Marvel Comics à modifier cette idée, ce qui donnera Le Tournoi des Champions.

 

 

Jeux olympiques d’été de Los Angeles, 1984 : Jon Sable, Freelance n°17 et 18

(image © First Comics)

Création de Mike Grell, Jon Sable est un mercenaire. Dans Jon Sable, Freelance n°14, le héros éponyme aide la compagne de Mischa, un danseur de ballet russe, à franchir elle aussi le rideau de fer. Au début de Jon Sable, Freelance n°17, le danseur est assassiné. Le seul souvenir qu’il laisse à sa veuve, Anastasia, est une peluche également nommée Mischa, la mascotte des Jeux Olympiques de Moscou qu’ont boycotté les Etats-Unis. Anastasia refuse de changer d’identité ou de faire profil bas. Elle-même danseuse, elle compte bien rejoindre sa troupe qui doit se produire à Los Angeles, où vont bientôt s’ouvrir les Jeux olympiques d’été de 1984. Jon Sable lui sert de garde du corps. Durant le trajet en train, le mercenaire est grièvement blessé et chute de son wagon. Il parvient à rejoindre Los Angeles avec les autorités avant l’arrivée du train. Cependant, il ne trouve que la peluche Mischa dans le wagon. Jon Sable réalise que la peluche cache un micropoint qui dévoile les plans d’un attentat sur les Jeux olympiques. En arrivant sur les lieux, Sable aperçoit des agents soviétiques en train de décharger des roquettes dans un bâtiment annexe. Il découvre qu’Anastasia faisait partie de ce complot, visant à tuer le porteur de la flamme olympique et à faire porter le chapeau des terroristes du Moyen-Orient, afin d’affaiblir l’image des Etats-Unis. Anastasia prend le dessus et s’enfuit dans le véhicule des soviétiques. Cependant, Jon Sable tire sur cette voiture qui commence à prendre feu. Anastasia, sur le point de mourir, déclenche le lance-roquette à distance. Mais la roquette était guidée par la chaleur pour toucher la flamme olympique. Elle se détourne donc vers la voiture d’Anastasia et ne provoque que la mort de l’agent soviétique.

 

 

Jeux olympiques de Sydney, 2000 : Young Justice n°23 à 25

(image © DC Comics)

Cissie King-Jones est une archère qui a un temps rejoint Young Justice en tant qu’Arrowette. Elle quitte cependant l’équipe après avoir failli assassiner un homme. Arrowette reste pourtant en bons termes avec ses anciens coéquipiers. Aussi, lorsqu’elle rejoint l’équipe de tir à l’arc des Jeux olympiques de Sydney, Wonder Girl, Robin, Impulse et Superboy s’arrangent pour l’y suivre et la soutenir. La mère de Cissie, Bonnie, accompagne cette dernière. Bonnie a poussé sa fille à suivre sa voie de sportive et de justicière. Bonnie a tendance à vivre les succès de sa fille par procuration, ce qui nuit à leurs relations. Arrivés à Sydney, les membres de Young Justice découvrent avec consternation que la République de Zandia, une nation peuplée de criminels, participe aux Jeux olympiques avec comme athlètes des supervilains. L’un des leurs blesse une équipière de Cissie et fait porter le chapeau à Bonnie. Young Justice démasque la véritable coupable, la supervilaine Hazard. Cissie doit enfin faire face aux représentants de la République de Zandia durant les compétitions de tir à l’arc : Tigress, Merlyn et son protégé, Turk. Cissie surclasse Tigress et Turk mais n’est pas de taille face à Merlyn. Mais la mère de Tigress, Huntress, tente d’abattre Cissie depuis les tribunes. Bonnie, elle-même ancienne athlète, parvient à détourner son tir qui touche Merlyn. Cissie King-Jones obtient ainsi la médaille d’or. Une position qu’elle utilisera pour empêcher le renvoi de Wonder Girl de son école.

 

LIRE AUSSI : Tous Bleus ! Les super-héros (et super-vilains) aux couleurs de l’Équipe de France de football
Tous Bleus ! Les super-héros (et super-vilains) aux couleurs de l’Équipe de France de football




A propos JB 194 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*