X-Men n°1 : Wolverine et Cyclope de nouveau réunis dans un redémarrage très sombre qui marque la fin d’une époque

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

Nouveau départ pour les X-Men ! Avant l’arrivée très attendue de Jonathan Hickman, Matthew Rosenberg imagine un monde où il ne reste plus que Cyclope, Wolverine et une petite poignée de mutants survivants. Un redémarrage noir mais réussi et surtout accessible aux lecteurs qui ont lâché la lecture des mutants depuis quelques temps…
■ par Stéphane Le Troëdec

 

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

 

Avec ce 1er numéro du nouveau magazine X-Men, c’est une grande partie de l’univers mutant de Marvel qui connait un nouveau redémarrage, avec Matt Rosenberg au scénario. Et qui n’a pas la partie facile ! En effet, magie des plannings de publications, Panini annonce déjà le redémarrage suivant en avril 2020, orchestré brillamment par Jonathan Hickman et énorme succès aux USA. Côté français, Matt Rosenberg a donc une fenêtre de 3 mois pour redynamiser les X-Men. Et à la lecture de ce 1er numéro avec 3 épisodes, on se dit qu’on en aurait peut-être pris pour un peu plus longtemps…

 

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

 

Plus de X-Men

Les X-Men ont disparu. Ne reste plus que 2 héros historiques de l’équipe : Wolverine et Cyclope. N’ayant pas d’autre alternative, les 2 hommes décident de mettre de côté leurs différents et de s’allier pour vivre leur chant du cygne. Car en l’état, les X-Men n’ont plus longtemps à vivre. Alors tant qu’à partir, autant le faire avec panache, et emporter quelques-uns de leurs adversaires les plus dangereux…

 

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

 

En attendant Jonathan Hickman ?

On l’a dit : les tout nouveaux X-Men de Jonathan Hickman vont débarquer en avril 2020, « écrasant » donc les travaux de Matt Rosenberg. La question est donc rapidement de savoir si le travail du scénariste est suffisamment intéressant pour justifier l’achat du softcover X-Men avant l’arrivée de Jonathan Hickman. Au vu des épisodes proposés ici, la réponse est oui. Vraiment, Matt Rosenberg trouve une voie intéressante. Noire, mais intéressante, dans la mesure qu’on a rarement vu les X-Men aussi mal. C’est bien simple : ils sont morts !

 

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

 

À LIRE AUSSI : Powers of X n°1 : les nouveaux X-Men de Jonathan Hickman sont-ils plus ambitieux que prévu ?

Jonathan Hickman
Powers of X 1

 

Noir, c’est noir…

Le coup de la mort des X-Men, on nous l’a fait 3 milliards de fois. À la fin des années 80, Chris Claremont fait disparaitre une partie des X-Men à partir d’Uncanny X-Men n°227 ; c’est la fameuse période « australienne » où le monde entier, et même leurs anciens équipiers, les croient morts. Sauf qu’ici la donne est différente. Matt Rosenberg nous montre Cyclope et Wolverine comme les quasi seuls rescapés. L’ambiance est noire, désespérée, avec comme point d’orgues la mise en scène du suicide d’une jeune mutante et quasiment un mort par épisode. Comme si on initiait un compte-à-rebours. Les rares mutants survivants vivent cachés, se terrent. Le changement de ton est saisissant, surtout si vous n’avez pas lu les X-Men depuis quelques temps. On comprend donc que pour Matt Rosenberg il va s’agir de raconter la reconstruction du groupe. Équipe qui va devoir se reformer bon gré mal gré si je puis dire, vu la relation très tendue (c’est un euphémisme) ces dernières années entre ses 2 leaders naturels…

 

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

 

La fin du schisme

Wolverine et Cyclope se retrouvent donc seuls, dans un 1er temps du moins. Depuis la saga Schisme, les 2 personnages représentent 2 façons de voir la mutanité et sont donc devenus 2 leaders de branches opposés des X-Men. Sauf qu’aujourd’hui… il n’y a tout simplement plus de factions. De fait, et comme ils sont a priori les derniers rescapés, les voici obligés de faire alliance s’ils veulent survivre. Mine de rien, Matt Rosenberg vient donc clore toute cette période lancée par Schisme. Le retour des vieux costumes des années 90 est donc très symbolique. De plus, le changement opéré sur Scott Summers me plait beaucoup. C’est un personnage qui a été particulièrement abimé ces dernières années par son comportement fanatique, et le retrouver ici en simple leader naturel mais « sans personne à diriger » m’a séduit. Sa manière de redonner un sens au X-Men en les envoyant dans un ultime chant du cygne, aussi. Au point qu’on referme ce X-Men n°1 en se disant qu’au rythme où vont les choses, on aurait bien suivi cette nouvelle version au-delà du mois de mars… ■

X-Men 1 softcover panini
(image © Marvel Comics)

X-Men n°1 est un comics publié en France chez Panini Comics. Il contient Uncanny X-Men (2019) 11 à 13.

 

À LIRE AUSSI : House of X et Powers of X : quel bilan tirer de la relance des X-Men par Jonathan Hickman ?

House of X Powers of X Jonathan Hickman
(image © Marvel Comics)




A propos Stéphane Le Troëdec 388 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.