X-Force et X-Statix : pourquoi ces séries mutantes déjantées énervent les fans ! (1re partie)

(image © Marvel Comics)

 

La fin de X-Force et le début de X-Statix

Pourquoi un changement de nom ? Il semble que la réaction des lecteurs de Marvel est un peu trop virulente par rapport au changement de direction de la série. Bill Jemas et Joe Quesada décident de changer son nom. Et puis un relaunch ne ferait pas de mal à une série aussi atypique. Comme d’habitude, Peter Milligan et Mike Allred intègrent cette notion à leur intrigue. Le dernier épisode de X-Force est dessiné par un autre grand artiste des comics, Duncan Fegredo, qui avait déjà réalisé le comics Enigma. Ce dernier épisode permet de faire le point sur l’état de l’équipe avant son relaunch en X-Statix. On y apprend notamment que Phat et Vivisector, qui se faisaient passer pour gays uniquement pour faire remonter leur popularité sont réellement « passés à l’action ». La différence de ton entre les 2 personnages est d’ailleurs assez comique. Tout un débat autour de la mort de U-Go Girl est mis en place, certains souhaitant uniquement se faire de la publicité sur son dos pour booster les ventes de figurines. On voit aussi un Guy Smith désabusé, qui va toutefois resserrer les liens avec le sugar daddy de l’équipe, le milliardaire Spike Freeman. Les évènements et les relations entre les personnages sont tendus. Peter Milligan ne peut que remettre un peu les choses à plat. X-Force est mort, les lecteurs historiques qui n’ont toujours pas digéré cette nouvelle direction vont pouvoir se rassurer un peu. Mais les aventures de Guy et compagnie ne sont pourtant pas terminées. Fort d’un succès critique important, à défaut d’un succès commercial, la série X-Force est relancée le mois suivant sous le nom d’X-Statix. Le début d’une autre histoire sur laquelle nous reviendront très bientôt (à suivre…) ! ■




A propos Stéphane Le Troëdec 280 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.