Watchmen, édition limitée commentée : redécouvrir l’œuvre culte de Dave Gibbons et Alan Moore autrement

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics)

Vous connaissez Watchmen sur le bout des doigts ? Watchmen, édition limitée commentée va vous apporter de nouveaux éléments d’interprétations ! Et pour les lecteurs néophytes, ce livre propose une base solide de documentation sur le contexte de Watchmen. Avec en prime, une version noir et blanc somptueuse !
■ par Stéphane Le Troëdec

 

 

On ne s’y attendait pas vraiment et on est tout surpris : Watchmen, édition limitée commentée en impose. L’ouvrage se présente sous la forme d’un gros et grand livre au papier épais. Le format carré de 30 cm × 30 cm, on n’a pas l’habitude, nous autres lecteurs de comics. En fait, la raison de ce format particulier est toute simple : Watchmen, édition limitée commentée reprend évidemment le comics avec en plus, une marge de 10 cm pour accueillir les commentaires de Leslie S. Klinger.

 

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics)

 

Pourquoi commenter Watchmen ?

Watchmen de Dave Gibbons et Alan Moore est devenue une œuvre culte. Qu’on apprécie ou pas ; oui, il y a des lecteurs qui n’aiment pas Watchmen, et plus qu’on ne l’imagine. Pour ma part, pendant de nombreuses années, j’ai vraiment apprécié Watchmen. Mais depuis une dizaine d’années, j’avoue que les relectures successives me laissent sur ma faim. Si je reste toujours admiratif des techniques employées par les auteurs, la noirceur « facile » de Watchmen m’agace petit à petit, au point que je lui préfère maintenant un bon vieux Tom Strong. Toutefois, il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à Watchmen, c’est d’être une jolie critique d’une époque, la fin des années 70 et le début des années 80. Watchmen n’est pas qu’un « simple » comics de superhéros, mais une vision de la société américaine et plus globalement de notre monde occidental. Sauf qu’avec le temps, le contexte de l’époque a mué. Au point que, pour un lecteur néophyte, difficile aujourd’hui de saisir certaines références de Watchmen. C’est là que le travail de Leslie S. Klinger est précieux : recontextualiser.

 

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics)

 

Des annotations pertinentes

Si la 1re impression de Watchmen, édition limitée commentée est bonne, la seconde l’est moins. En feuilletant ce livre, on ne peut tout d’abord qu’être un peu déçu par la faible quantité de commentaires ! Ne vous attendez pas à des marges remplies d’annotations. Les marges de certaines pages sont carrément vides. D’autres très très peu remplies. Et pour être tout à fait honnête, par moment, les commentaires soulignent des éléments que tout lecteur un tant soit peu attentif aura déjà remarqué. Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit… Le boulot de Leslie S. Klinger est intéressant car il vient régulièrement éclairer certains éléments de Watchmen sans pour autant nous noyer sous les notes. L’auteur s’intéresse vraiment au contexte historique, économique et culturel qui trouve directement un écho dans le comics. Leslie S. Klinger traque ainsi les détails, les petites références cachées ou obscures et les met en pleine lumière. Et Leslie S. Klinger ne s’intéresse pas qu’au travail d’Alan Moore. Il décortique aussi certaines astuces et trouvailles graphiques de Dave Gibbons, soulignant régulièrement l’intelligence de la mise en page.

 

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics)

 

Ce que n’est pas Watchmen, édition limitée commentée

À LIRE AUSSI : Tom Strong, tome 2 : Oubliez Watchmen, la lettre d’amour aux comics d’Alan Moore s’appelle Tom Strong
Par contre, dans Watchmen, édition limitée commentée, ne vous attendez pas à trouver quoi que ce soit sur le conflit entre Alan Moore et l’éditeur DC Comics. Cet aspect des coulisses n’est jamais abordé dans le livre. De plus, Leslie S. Klinger ne propose finalement que très peu d’interprétation de l’œuvre. On sent bien qu’il se cantonne au contexte, ce qui donne parfois l’impression d’une lecture un peu sèche. Je pense que l’ouvrage aurait gagné à s’aventurer un peu plus sur le terrain de l’interprétation, de l’allégorie, plutôt que d’empiler par moment des références culturelles, politiques ou historiques intéressantes, certes, mais un peu indigestes telles qu’elles sont présentées. Mon conseil : Watchmen, édition limitée commentée se déguste en picorant les commentaires. Croyez-moi, ça passe beaucoup mieux qu’une lecture d’un seul trait !

 

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics)

 

À LIRE AUSSI : Alan Moore présente Swamp Thing, tome 1 : les racines de Vertigo

swamp thing
(image © DC Comics)

Une édition noir et blanc inédite de qualité

Mieux vaut avoir en tête l’histoire de Watchmen lorsque vous lirez les commentaires. Et ça tombe bien, parce que ce que je n’avais pas vu venir avec cette édition limitée commentée, c’est qu’il s’agit aussi d’une édition inédite en pur noir et blanc. Dave Gibbons est un adepte de la ligne claire, et ce passage au noir et blanc sans aucun dégradé fonctionne parfaitement. On peut ainsi s’attarder sur son dessin et son encrage. Franchement, j’ai redécouvert le dessin de Gibbons avec cet ouvrage. Et sans dénigrer les couleurs originelles de John Higgins, j’en viens à préférer cette édition en noir et blanc. ■

Watchmen Alan Moore commentée
(image © DC Comics, Urban Comics)

Watchmen, édition limitée commentée est un comics publié en France chez Urban Comics.

 

À LIRE AUSSI  : La suite de Watchmen est-elle à la hauteur ? [la critique de Doomsday Clock #1-4]
La suite de Watchmen vaut-elle le cour ? critique de Doomsday Clock 1 à 4




A propos Stéphane Le Troëdec 441 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.