Tom Strong, tome 2 : Oubliez Watchmen, la lettre d’amour aux comics d’Alan Moore s’appelle Tom Strong ! [avis]

(image © DC Comics)

Avec le tome 2 de Tom Strong, Alan Moore continue à rendre hommage aux pulps des années 30, à leur ton léger et à leur humour incisif. Avec des invités de marque comme Michael Moorcock, Brian K. Vaughan ou Ed Brubaker !
■ par Stéphane Le Troëdec

 

 

Vous en avez marre des héros dépressifs ? Plongez dans l’univers délicieusement rétro de Tom Strong ! Alan Moore et ses invités vous embarquent dans un tourbillon d’aventures échevelées qui forme une véritable déclaration d’amour aux comics.

 

(image © DC Comics)

 

Tom Strong : l’anti-Watchmen ?

Pour le grand public, l’œuvre d’Alan Moore la plus connue et la plus influente restera probablement Watchmen. Malheureusement, après ce comics phare, le monde des comics n’a plus vraiment été le même : trop de noirceur, trop de violence. D’un certain côté, Tom Strong est un peu l’anti-Watchmen, une œuvre dans laquelle Alan Moore proclame son amour des comics sous toutes leurs formes. Dans Les Travaux Extraordinaires d’Alan Moore, il s’en expliquait dans une longue interview : « Avec mon travail pour ABC, j’avais envie de dire :  » Regardez, sortez de Watchmen, sortez des années 80 « . Tout ça n’a pas besoin d’être aussi déprimant, aussi triste et sombre jusqu’à la fin des temps. C’était juste un comics sanglant. C’était quand même pas une condamnation à de la prison. C’est la chose que j’ai la plus regrettée avec Watchmen : le fait que ce que je voyais comme une chose très intéressante en soit venue à devenir un moule auquel les superhéros devaient coller pour toujours. Oui, tous les superhéros doivent maintenant être malheureux et condamnés. Et si, en plus, ils sont psychotiques, c’est encore mieux. Ce n’était pas ce que Dave et moi avions l’intention de faire ».

 

(image © DC Comics)

 

Une continuité délicieuse

Ce qui frappe à la lecture de ces nouveaux épisodes de Tom Strong, c’est la construction méticuleuse d’un univers et d’une continuité. Dans le tome 1 de Tom Strong, Alan Moore pastichait différents univers, différents genres. Chaque épisode complet s’insérait dans une intrigue globale, les personnages n’étaient jamais statiques. Dans ce tome 2, cette sensation se renforce : Alan Moore s’appuie sur les épisodes du 1er tome pour peaufiner son univers. Ainsi, Tom Strong et son entourage proche prennent petit à petit comme un air des 4 Fantastiques. Une famille unie qui défend le monde et notre dimension, avec parfois des disputes, des dissensions, mais au final énormément d’amour. D’infimes petits détails du tome 1 sont ici ré-exploités, le tout formant une trame générale incroyablement riche, qui trouve son apogée dans le dernier épisode.

À LIRE AUSSI : De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…

 

(image © DC Comics)

 

Des invités de marque

Non, Alan Moore ne scénarise pas tous les épisodes du tome 2 de Tom Strong. Et c’est presque tant mieux. Parce qu’en invitant d’autres artistes à participer à la fête, il leur offre la possibilité d’enrichir l’univers de Tom Strong. Chacun amène sa patte, mais aussi son point de vue. Et quand on a parmi ses amis des auteurs comme Michael Moorcock, le gagnant, c’est le lecteur ! Car le « père » du Champion Éternel joue le jeu, intègre Tom Strong dans sa propre continuité. Et à côté, des scénaristes comme Brian K. Vaughan ou Ed Brubaker ne déméritent pas. Une politique d’invités qui fonctionne aussi côté dessin ! Jerry Ordway, John Paul Leon, Shawn McManus , Duncan Fregedo, Paul Gulacy… viennent enrichir la partie graphique, menée de main de maitre par un Chris Sprouse impérial. Une chose est sure : sans lui, Tom Strong n’aurait jamais été aussi bon.

À LIRE AUSSI : La Ballade de Halo Jones : 5 faits surprenants que vous ignorez sur le chef d’œuvre d’Alan Moore !

 

(image © DC Comics)

 

Et la suite ?

Une chose est sûre : on referme ce tome 2 de Tom Strong excité, heureux, ravi. Mais pas totalement repu ! Non, parce que justement les derniers épisodes de Tom Strong nous rappelle que le héros d’Alan Moore faisait partie d’un univers éditorial plus vaste. Chez ABC Comics, d’autres personnages mériteraient bien une réédition. Vous connaissez surement déjà les héros de Top Ten, déjà réédités. Je pense notamment à Promethea, par exemple, ou, soyons fou, à Jonni Future d’Arthur Adams ! Mais aussi la série Tom Strong’s Terrific Tales ou les 2 séries Terra Obscura ou même Tom Strong and the planet of peril ! Croisons les doigts pour que Tom Strong trouve son public avec cette réédition d’Urban Comics, et que l’éditeur poursuivra le travail de traduction de cet univers absolument fascinant. « Trop fort ! ». ■

À LIRE AUSSI : Tom Strong, tome 1 : pourquoi ce comics est LE chef d’œuvre oublié d’Alan Moore [avis]

(image © DC Comics, Urban Comics)

Tom Strong, tome 2 est un comics publié en France chez Urban Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 291 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.