De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…

Lors de son dernier event nommé Doomsday Clock (DC), la compagnie aux mêmes initiales nous propose l’impensable, à savoir la fusion de l’univers DC classique avec celui de Watchmen, le comics ultime d’Alan Moore. C’est un nouveau verrou qui vient de sauter. Et une nouvelle pierre à l’édifice déjà conséquent des mauvaises relations entre la compagnie et l’auteur.
■ par Doop

 

En 1986 et 1987 ; DC Comics publie Watchmen. Écrit par Alan Moore et dessiné par Dave Gibbons, Watchmen rencontre un immense succès populaire et critique. La mini-série obtient de nombreux prix dont le prix Hugo (une première pour une bande dessinée), le prix Eisner ou le prix du meilleur album étranger à Angoulême. Le journal Time classe le comics parmi les 100 meilleurs romans en langue anglaise publiés depuis 1923. Un plébiscite. Seulement, après la publication de Watchmen, le torchon brûle entre Alan Moore et DC Comics.

 

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
L’équipe des Watchmen dans la mini-série plébiscitée par le public et la critique

 

Les origines du conflit : les droits de Watchmen

À LIRE AUSSI : La suite de Watchmen est-elle à la hauteur ? [la critique de Doomsday Clock #1-4]
Pour faire simple, lors de l’écriture de Watchmen, l’éditeur DC Comics promet que les droits du comics reviendront à Alan Moore et Dave Gibbons une fois que l’histoire ne sera plus publiée. Or, depuis maintenant 30 ans et après le succès phénoménal de la série, DC Comics n’a jamais arrêté de rééditer Watchmen. La raison est simple : l’éditeur ne veut absolument pas abandonner à Moore et Gibbons la manne providentielle que constitue le titre ! C’est d’ailleurs pour cette raison (parmi d’autres) qu’Alan Moore refusera que son nom apparaisse au générique du film de Zack Snyder.

 

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
L’adaptation cinématographique globalement fidèle de Watchmen est réalisée par Zack Snyder

 

Les digues s’effritent

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
Swamp Thing dans l’event Brightest Day, une nouvelle étape dans le conflit entre Alan Moore et DC Comics

Durant une bonne vingtaine d’années, aucun éditeur chez DC Comics n’ose toucher à la vache sacrée. Tout porte à croire que ces derniers refusent de s’attirer les foudres des fans d’Alan Moore ainsi que des auteurs qui pourraient potentiellement travailler pour eux. Mais les lignes sont souvent faites pour être franchies. Au fil des années, DC commence à réutiliser le travail et certains concepts d’Alan Moore avant de les modifier de manière drastique !
On avait déjà pu sentir quelques frémissements lorsque Geoff Johns (tiens, tiens…) réutilise le personnage de Mogo, une création d’Alan Moore dans une vieille backup de la série Green Lantern. OK, pour le coup, on reste vraisemblablement dans le simple cadre de l’hommage. Mais l’idée fait son chemin…
C’est bien évidemment l’adaptation cinématographique de Watchmen, le film de Zack Snyder de 2009, qui va mettre à mal le principe qui veut qu’on ne touche pas à Watchmen ni à Alan Moore. Depuis, les changements de continuité et les retouches se font au détriment de l’auteur britannique.
Dans la maxi-série Brightest Day (datée de 2010) le même Geoff Johns (tiens, tiens…) détruit en une page le principe de base défini par Alan Moore pour le personnage de Swamp Thing, invalidant de fait les histoires de la série qui a rendu l’auteur célèbre aux États-Unis.

 

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
La promo avait prévenu : « c’est le commencement »

 

Before Watchmen

En 2012, DC Comics annonce la publication de Before Watchmen. Cette ligne de comics doit revenir sur la jeunesse des personnages principaux de la série. Une initiative qui met évidemment le feu aux poudres ! Alan Moore trouve le procédé « honteux » et prie pour que la ligne « ne voie pas le jour ». Si DC publie au total une trentaine d’épisodes, le succès ne sera pas au rendez-vous. Cette publicité défavorable va donner un peu de répit à l’œuvre de celui qu’on surnomme parfois le « sorcier de Northampton ». Il faut dire que DC est bien occupé à rebooter son univers avec son New 52…

 

De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
Dans Batman Rebirth, Batman découvre un bien étrange badge bien connu des lecteurs de comics…

 

Doomsday Clock

Quatre ans plus tard, l’effondrement du New 52 et surtout la déroute totale des titres qui ont suivi vont relancer l’intérêt de DC pour l’œuvre originale. Afin d’appâter le chaland et les lecteurs nostalgiques de l’ancien univers, DC Rebirth repose sur une révélation majeure : Dr Manhattan est à l’origine de l’univers DC classique ! À partir de là, une suite à Watchmen semble évidente et inéluctable. Le Badge continue à jouer sur cette idée. Puis enfin Doomsday Clock, toujours en cours de publication, tient sa promesse : réunir Batman et Ozymandias ou Superman et le Dr Manhattan. Une escarmouche de plus dans le conflit entre Alan Moore et DC Comics… ■




A propos Doop 208 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.