Tom Strong, tome 1 : pourquoi ce comics est LE chef d’œuvre oublié d’Alan Moore [avis]

(image © DC Comics)

En créant Tom Strong avec le dessinateur Chris Sprouse, Alan Moore imaginait son chef d’œuvre absolu. Devant Watchmen ? Oui, devant Watchmen ! La réédition de Tom Strong chez Urban Comics devrait permettre de faire connaitre cette série trop sous-estimée qu’il convient de réhabiliter urgemment.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

tom strong
Tom Strong (image © DC Comics)

 

Alan Moore, le magicien noir des comics

Alan Moore, c’est un peu le « magicien noir » de l’industrie des comics. On le connait pour ses travaux les plus sombres comme Killing Joke, Swamp Thing, V pour Vendetta et bien entendu Watchmen. De très bons comics, évidemment, mais aussi des comics torturés et morbides, qui laissent finalement peu de place à la lumière et à l’espoir. Des œuvres qui font sans aucun doute d’Alan Moore un des scénaristes les plus intéressants de l’histoire des comics. Paradoxe absolu : ses œuvres pessimistes ayant particulièrement plus au public, son plus beau travail, Tom Strong, est généralement le moins connu. Car si Alan Moore a bien écrit un chef d’œuvre des comics, il n’a jamais rien imaginé de plus vibrant, de plus palpitant et de plus brillant que les aventures de Tom Strong !

 

tom strong
(image © DC Comics)

 

Tom Strong est une lettre d’amour aux comics

Tom Strong est drôle, amusant, lumineux et bourré d’une énergie incroyablement positive. Créée par Alan Moore et le dessinateur Chris Sprouse, Tom Strong raconte l’histoire des comics et plus généralement de la pop culture littéraire, en mélangeant les héros des pulps à la Doc Savage et les super-héros plus modernes des comics. Tom Strong est une série presque lisible à tout âge et on la lit avec un énorme sourire. Alan Moore nous rappelle que les comics peuvent nous distraire et nous inspirer de la bienveillance envers les autres. Curieux message pour un scénariste qui s’est souvent intéressé à la face sombre de l’être humain et du super-héros.

 

tom strong
(image © DC Comics)

 

Un multivers immense

À LIRE AUSSI : De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
L’univers de Tom Strong est vaste. Surtout parce qu’Alan Moore et Chris Sprouse racontent les aventures de la famille Strong comme si elle existait depuis toujours. Dès les toutes 1res pages, vous avez l’impression de plonger dans une série qui existe depuis de nombreuses décennies. Une saga dont Alan Moore et Chris Sprouse seraient les artistes du moment, mais qui serait aussi vieille que les 80 ans d’aventures de Superman. Chaque épisode construit un univers aux nombreuses dimensions. Les supervilains surgissent en évoquant leur passif avec Tom Strong. D’anciens alliés refont surface et des Tom Strong de dimensions alternatives viennent demander de l’aider au héros et à sa famille. Avec Supreme, Tom Strong est le comics le plus ambitieux d’Alan Moore et pourtant, on a toujours cette impression d’immense contrôle. Chris Sprouse et Alan Moore peaufinent les aventures de leur héros avec passion, avec affection presque. Et vous doutez encore qu’Alan Moore apprécie réellement les comics ?

 

tom strong
(image © DC Comics)

 

Tom Strong, c’est Chris Sprouse

Chris Sprouse est sans contestation possible le principal atout dans la réussite de Tom Strong. Le dessinateur y est au sommet de son art. Tant sur le plan de la narration que de l’imagination, il fait de Tom Strong un des comics les plus plaisant à lire. Fait rare de nos jours : Chris Sprouse reste le dessinateur principal sur l’ensemble de la série et n’est pas remplacé, excepté lorsque d’autres artistes – Arthur Adams, Dave Gibbons ou Howard Chaykin, parmi d’autres du même calibre, excusez du peu – sont invités le temps d’un épisode spécial. L’univers de Tom Strong EST celui de Chris Sprouse.

 

tom strong
(image © DC Comics)

 

Pourquoi oublie-t-on souvent Tom Strong ?

À LIRE AUSSI : The Terrifics : un début catastrophique [critique des épisodes 1 à 4]
Alors, question : pourquoi cette série est-elle si souvent oubliée lorsqu’on évoque les travaux d’Alan Moore ? Peut-être parce que l’univers de la série ne colle pas à l’image qu’on se fait généralement du « sorcier de Northampton ». On l’imaginerait facilement comme un homme solitaire et aigri par l’industrie du comic-book. On se souvient surtout de Watchmen, déconstruction du genre superhéroïque, titre qui a fait basculer le genre dans un âge sombre. Difficile peut-être d’imaginer que cet homme aime les comics, mais cette série en apporte la preuve indéniable. Avec Chris Sprouse, Alan Moore a imaginé une des séries modernes les plus amusantes et les plus réussies qui soit. Un album absolument indispensable. ■




A propos Stéphane Le Troëdec 207 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.