Green Lantern – Terre-Un : Des origines modernisées qui lorgnent vers la saga Alien !

Green Lantern Terre-Un
(image © DC Comics)

Avec Green Lantern – Terre-Un, Gabriel Hardman et Corinna Bechko redonnent un petit coup de peps aux origines du policier de l’espace de l’Univers DC. Un album qu’on peut facilement glisser entre les mains d’un lecteur néophyte, mais que les vieux de la vielle feraient bien de lire. Explications.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Green Lantern Terre-Un Hal Jordan
(image © DC Comics)

 

Comme un petit gout d’Alien

Plusieurs éléments rappellent la célèbre saga où, dans l’espace personne ne vous entend crier, pas même les xénomorphes. Premier point commun : le début de l’intrigue. Dans Green Lantern – Terre-Un, Hal Jordan est un astronaute minier. Attiré sur un astéroïde par un appel de détresse d’un mystérieux vaisseau. C’est grosso modo le début d’Alien le 8e passager, mineur astronaute manipulés par une corporation inclus. À partir de là, les récits divergent : Hal Jordan se retrouve propriétaire d’un anneau vert de pouvoir ! De plus, on retrouve le talentueux Gabriel Hardman aux postes de co-scénariste et de dessinateur. Et figurez-vous qu’on lui doit notamment un certain comics Aliens. Enfin, la couverture annonce cette filiation officieuse en reprenant la même teinte verte de l’affiche d’Alien 3. Quand on vous disait qu’il y avait des points communs…

 

Green Lantern Terre-Un anneau Hal Jordan
(image © DC Comics)

 

À LIRE AUSSI : Hal Jordan : Green Lantern, tome 1 – Retour aux sources pour le shérif de l’espace

hal jordan green lantern grant morrison
(image © DC Comics)

Des origines très hard science

Cela dit, Green Lantern – Terre-Un propose rapidement un récit bien distinct d’Alien. Rappelons que le label de comics « Terre-Un » consiste à proposer une origin story modernisée d’un superhéros célèbre. Ici, c’est le célèbre porteur de l’anneau de la Lanterne Verte qui s’y colle. Et le résultat est on ne peut plus réussi. Green Lantern – Terre-Un atteint son objectif. Il s’agit bien d’un récit autonome, qu’un lecteur néophyte peut facilement prendre en main. L’origin story de Green Lantern est revue, plus moderne, plus hard science, un futur crédible de notre univers, tout comme l’était Alien : décidément on ne cesse d’y revenir.

 

Green Lantern Terre-Un Sentinelle Kilowog
(image © DC Comics)

 

À LIRE AUSSI : Green Lantern Rebirth tome 4 : le combat des frères ennemis

green lantern rebirth tome 4 avis
(image © DC Comics)

 

Respectueux, juste ce qu’il faut

De son côté, le lecteur expérimenté s’amusera à observer les trouvailles des auteurs pour conserver l’environnement général des Green Lantern, tout en le modifiant suffisamment pour le moderniser. À ce petit jeu, Gabriel Hardman et Corinna Bechko s’emploient à garder certains éléments et plusieurs personnages caractéristiques des Green Lantern. Si bien qu’une fois Green Lantern – Terre-Un terminé, on ne peut qu’apprécier le voyage, intergalactique forcément, qu’on nous a proposé. Il y a de l’action, l’ensemble est fluide et relevé. Et ce Terre-Un se termine avec un petit arrière-gout de revenez-y. S’il devait y avoir une suite, j’en serai à coup sûr ! ■

Green Lantern Terre-Un couverture
(image © DC Comics, Urban Comics)

Green Lantern – Terre-Un est un comics publié en France par Urban Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 442 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.