Legion of Super Heroes : un comics qui contient tous les défauts de Brian Bendis

legion of super heroes bendis
(image © Urban Comics, DC Comics)

Après des années d’attente, la légion revient. Avec une équipe artistique prometteuse puisqu’il s’agit de Brian Bendis et Ryan Sook. Le scénariste allait-il poursuivre sa bonne période ou retomber dans ses travers ? Malheureusement, Legion of Super Heroes est très mauvais et met en évidence tous les défauts du scénariste.
■ par Doop

 

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

 

Un retour attendu

Ce retour de la Légion était quand-même attendu comme le messie. Il faut dire que depuis un bon moment et après de nombreuses incarnations différentes, le destin de la Legion des Superhéros battait de l’aile. Après de fantastiques épisodes signés Jim Shooter, Paul Levitz, Keith Giffen et Dan Abnett et Andy Lanning, on n’avait pas vraiment eu droit à des choses formidables, que ce soit le retour de Mark Waid ou celui raté de Paul Levitz. Après de très nombreuses années où le sort de la Légion a été mis entre parenthèses et son retour esquissé dans de nombreuses séries, voici enfin les débuts de cette nouvelle légion. Et l’on pouvait attendre de bonnes choses. Car le scénario est signé Brian Bendis, qui livre depuis son arrivée chez DC Comics une très bonne prestation sur les titres Superman. Et que le dessin est confié au très appliqué Ryan Sook, dont le style a quelque peu changé depuis ses débuts mais qui est toujours d’une rare efficacité. Ce gros pavé de plus de 200 pages contient non seulement les épisodes 1 à 6 de la nouvelle série mais aussi les 2 épisodes introductifs appelés Legion of Superheroes : Millenium qui sont censés nous donner un avant-goût de la série principale, avec du Jim Lee, du Andrea Sorrentino ou encore du Nicola Scott aux dessins. Ce tome était donc très attendu. Et dès les 1res pages de Legion of Super Heroes, on comprend que cela va être raté.

 

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

 

Une introduction qui passe à côté

Je préfère vous le préciser avant toute chose, je suis très loin d’être un inconditionnel de Brian Bendis, surtout depuis sa relance des titres Avengers pour Marvel. Clairement, je fais partie de ceux qui pensent que le scénariste, qui peut être prodigieux sur des héros solitaires, a énormément de mal à livrer de bonnes histoires sur des équipes de superhéros. Et alors qu’il réalise un travail sympathique sur Superman, dans ces épisodes de la Legion des Superhéros, on retrouve malheureusement tous les défauts et les tics d’écriture agaçants chez lui. Et tout d’abord celui de la décompression, qui se voit de manière flagrante dans les 2 épisodes introductifs Millenium. En effet, lors de ces 40 pages, on assiste au voyage à travers le temps de Rose (la psychopathe schizophrène Rose/Épine) qui interagit avec toutes les périodes qui ont marqué la temporalité de l’univers DC. Cela n’a strictement aucun intérêt, puisqu’à aucun moment on ne parle de la Legion. De plus, le personnage de Rose n’est tout simplement pas assez développé. Pire ! On apprend ce qui lui arrive sans aucune transition non pas à la fin des 2 numéros, mais simplement au début du 1er épisode de la série. J’ai eu l’impression de rater des pages. Ce qui signifie donc que ces 40 pages n’ont aucune utilité dans la compréhension de la future série. Cela ne raconte vraiment rien mais c’est en tout cas très joli à regarder puisque chaque séquence est réalisée par un dessinateur différent plutôt bon. Ce qui n’empêche pas ces pages de Legion of Super Heroes d’être, comme le disait ma grand-mère, un « attrape couillons ».

 

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

 

Une histoire qui s’étale et des choix pas judicieux

Une fois ces 2 épisodes introductifs passés, on espère que Legion of Super Heroes va gagner en qualité. Et malheureusement, en toute honnêteté, c’est très mauvais. Tout d’abord parce que Brian Bendis ancre sa série clairement dans le monde actuel de DC Comics. En proposant tout d’abord Superboy (Jon Kent) comme élément introductif de l’équipe. Alors certes, Superboy est lié de manière historique avec la Légion des superhéros mais était-il vraiment judicieux de mette en avant ce personnage qu’on connait et qui prend toute la lumière alors qu’il y a 30 légionnaires complétement inconnus et pas développés ?  D’ailleurs, la plupart d’entre eux ne servent à rien. Je suis parfaitement d’accord qu’il est très difficile de définir un casting aussi imposant en seulement 8 épisodes et c’est justement là qu’on attendait Bendis. Mais il se rate lamentablement. Il rallonge la sauce de Legion of Super Heroes mais sans jamais nous donner des informations sur les légionnaires. On a donc droit à des vannes « à la Bendis », sur les toilettes, sur les envies de vomir, sur un couple… bref…tout ce que je déteste chez ce scénariste. Brian Bendis n’est jamais aussi mauvais que quand il essaye de faire de l’humour. Et c’est le cas ici. Le point le plus catastrophique du livre : le moment où Superboy décide d’aller chercher Robin ! Mais que vient faire Damian Wayne dans cette histoire : absolument rien ! Il arrive, fait 2 ou 3 vannes, sert de relief comique qui a envie de vomir et … repart sans jamais avoir eu la moindre incidence sur l’histoire ! Mais absolument aucune. Du coup, Brian Bendis a totalement massacré un épisode pour rien. Il n’écrit pas une série Légion of Super Heroes, il écrit une série Superboy. (suite de l’article page suivante)

 

LIRE AUSSI : DC Comics : les 15 équipes de supervilains les plus puissantes !

équipes supervilains DC Comics
(mage © DC Comics)
La suite de la critique ... c'est juste après ! 




A propos Doop 330 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.