Legion of Super Heroes : un comics qui contient tous les défauts de Brian Bendis

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

 

Des dessins parfois incompréhensibles

Avec Legion of Super Heroes, on pouvait se dire qu’au moins on serait en de bonnes mains avec les planches de Ryan Sook. Sauf que voilà, si le dessinateur est assez à l’aise lors de scènes assez statiques, il y a quand même de gros gros problèmes. Le 1er, c’est le design. Je ne sais pas si c’est Ryan Sook qui a lui-même crée les costumes de cette légion, mais la plupart sont très moches.  On reconnait certes les figures historiques du groupe mais lorsque Ryan Sook essaye de s’éloigner un peu des costumes classiques, il passe à côté. Exemple flagrant : le nouveau look de Dawnstar, qui troque ses ailes de plume contre des artéfacts numériques. Ce ne marche pas. Mais ce n’est pas le plus gros problème : Ryan Sook connaît énormément de difficultés dès qu’il doit raconter quelque chose d’un peu différent. Comme les scènes d’action. Elles sont totalement incompréhensibles ! Sincèrement, lors du 1er combat entre la Légion et les « méchants », pas du tout développés, je n’ai rien compris. Ryan Sook alourdit et complexifie sa narration sans qu’il y en ait besoin, et cela gâche vraiment la plupart des planches. C’est dommage parce que j’aime généralement beaucoup les dessins de Ryan Sook. Ses épisodes de X-Factor, sa mini-série Arkham Asylum avec Dan Slott étaient de très haut niveau. Là c’est très décevant. Si Legion of Super Heroes est loin d’être moche, il ne faut pas exagérer, c’est tout simplement illisible la moitié du temps. Dommage. Après, les scènes de groupe sont plutôt réussies, mais c’est très peu.

 

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

 

Un ersatz d’intrigue pour un titre globalement très décevant

L’intrigue de Legion of Super Heroes est assez faible. Ultra Boy vole un artéfact très puissant et très précieux : le trident d’Aquaman ! Et le voici sur Terre, enfin, le nouvelle terre, pour rejoindre ses amis de la légion avec ledit objet, pourchassé par des démons très méchants. On n’en saura évidemment pas plus puisque les méchants de l’histoire ne sont pas du tout développés. Il n’y a aucune motivation, je ne sais même pas pourquoi ils pourchassent le trident. Mais bon. Tout cela arrive au moment où la légion a décidé d’aller chercher Superboy dans le passé pour fêter un jour important de la création de l’équipe. Mais il semble que Jon Kent ait un rôle plus important que celui de simple invité. On commencera à le découvrir en même temps que Jon via des flashbacks nous racontant, au passage, la création de la légion selon le désir de la présidente des planètes unies R J Brande. La construction en flashback n’est pas très judicieuse, cela ne fait pas grand sens dans le cadre de l’histoire et il aurait peut-être mieux valu la raconter dans un réel épisode 0 plutôt que les 2 Millenium qui ne servent à rien. Pour résumer, nous avons donc un titre très faible, sans grand intérêt, avec une intrigue qui avance très peu et des personnages lambda pas vraiment définis. Et des méchants sans intérêt. Si l’on rajoute à cela des dessins qui ne sont pas à la hauteur des attentes, vous comprendrez que Legion of Super Heroes est une réelle déception. Brian M. Bendis ne sait réellement pas écrire des séries d’équipe. Pas certain du tout que j’aie envie de lire le 2e volume.

Legion of Super Heroes
(Image : © DC Comics)

Legion of Super Heroes Tome 1 est un comics publié en Octobre 2020 par Urban Comics .

 

LIRE AUSSI : Les 7 CYBORGS de DC Comics parmi les plus PUISSANTS !

cyborg DC Comics
(image © DC Comics)

 




A propos Doop 322 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.