Wanda, la Sorcière Rouge : James Robinson et une flopée d’artistes amènent une Wanda en quête de rédemption sur la Route des sorcières !

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Avec Wanda, la Sorcière Rouge, James Robinson et une flopée d’artistes entendent redorer le blason de Wanda Maximoff. C’est parti pour un tour du monde dans l’univers magique de la sorcellerie, dans un bel et épais album particulièrement réussi.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Pour la sortie de WandaVision sur Disney+, Panini Comics a la bonne idée de rééditer dans la collection Marvel Deluxe l’intégralité de la mini-série Scarlet Witch de 2016. Wanda, la Sorcière Rouge est l’occasion pour nous de retrouver une Wanda Maximoff héroïne de sa propre série en solo…

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

La Magie de la Terre est en danger

Depuis quelques temps, Wanda Maximoff s’est séparée des Avengers. La Sorcière Rouge a trouvé refuge dans un luxueux appartement de Manhattan, avec pour seule compagnie le fantôme de la magicienne Agatha Harkness, son ancien mentor. Sauf que Wanda ressent que quelque chose ne va pas. Les chats de Manhattan sont tous en train de mourir mystérieusement. La magie de la Terre est perturbée, mais par qui ou par quoi ? Mystère. Désireuse d’en découvrir plus, Wanda décide de mener une enquête sur un meurtre terrible lié manifestement à la sorcellerie. C’est le 1er pas d’une aventure qui va la mener à travers le monde, sur « la route des sorcières ». Un chemin qui pourrait bien la faire lever (à nouveau) le voile sur ses origines

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Un voyage dans les styles graphiques

En feuilletant ce comics Wanda, la Sorcière Rouge, ce qui frappe immédiatement aux yeux, c’est le nombre d’artistes et les différents styles graphiques des épisodes. En effet, Wanda, la Sorcière Rouge est construit comme une compilation d’aventures se déroulant aux 4 coins du monde, unies par un fil rouge général. Si chaque aventure est illustrée à chaque fois par un dessinateur différent, l’épisode qui ouvre et celui qui ferme cette mini-série sont l’œuvre de Vanesa Del Rey. Il semble que Marvel Comics ait fait le choix d’inviter des styles très variés, chacun s’occupant d’une « étape » dans le tout du monde magique qu’entreprend Wanda. On y croise donc aussi bien Javier Pulido (pour l’étape espagnole), Joelle Jones (le temps d’un savoureux règlement compte avec Vif-Argent à Manhattan), Steve Dillon (pour l’Irlande) que Marguerite Sauvage (pour l’étape parisienne). On ne citera pas tout le monde (vous les trouverez toutefois en fin d’article), mais sachez que cette diversité de styles fait partie du plaisir de lecture : on change d’univers graphique d’un épisode à l’autre avec ce que ça implique, c’est-à-dire des segments qu’on préférera forcément à d’autres.

 

LIRE AUSSI : Notre dossier consacré à Vision et la Sorcière Rouge de 1985

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Wanda en quête de rédemption

Avec Wanda, la Sorcière Rouge, le scénariste James Robinson tente manifestement de remettre Wanda en état de marche, le personnage ayant été considérablement malmené depuis plusieurs décennies, enchaînant pétage de plombs sur crises de folie (il faut croire que chez Marvel qu’une femme ne pouvait supporter un pouvoir trop intense sans sombrer…). James Robinson écrit donc une Wanda qui veut se racheter de ses erreurs, qui doit faire la paix avec elle-même. La « route des sorcières » est une métaphore sur le cheminement intérieur du personnage. Et cette route va forcément conduire Wanda à revisiter ses origines. Pas simple si on pense aux nombreuses réécritures de ses origines, à savoir l’identité de ses parents, d’autant plus que la dernière avait eu lieu peu de temps auparavant, via Rick Remender dans la série Uncanny Avengers de 2015 en 5 épisodes. James Robinson s’en tire très bien, préférant ne pas se focaliser sur l’identité des parents, mais bien sur les sentiments de Wanda et le développement d’une mère qui aurait elle-aussi porté le titre de « Sorcière Rouge », comme si Wanda était la dernière d’une lignée de magicienne. Bref, dans Wanda, la Sorcière Rouge, vous ne trouverez pas une remise à plat complète du personnage, mais une très belle histoire d’un personnage en proie aux doutes, aux peurs et qui décide de se relever, de se battre pour retrouver sa dignité. Le tout rythmé par des enquêtes exotiques et « couleurs locales ».

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Un casting de personnages méconnus ou oubliés

On l’a dit, dans Wanda, la Sorcière Rouge, l’héroïne résout des enquêtes liées à la sorcellerie et surtout le mystère entourant la Magie de la Terre. C’est l’occasion pour James Robinson de réactiver bon nombre de menaces liées à la magie dans l’univers Marvel. Au fil des pages, on retrouve donc avec plaisir des personnages un peu voire complétement oubliés comme Agatha Harkness, Declan Dane alias le Sorcier Émeraude, Faucon Pèlerin un des quelques superhéros français de Marvel, Alice Gulliver apparue aussi dans la série Dr Strange, ou le Maître de manège dans un rôle inattendu.

 

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Une belle réédition en Marvel Deluxe

Panini Comics avait déjà publié Wanda, la Sorcière Rouge en 3 tomes dans la collection 100% Marvel. Cette réédition en un seul album permet de découvrir ce récit complet d’une seule traite. Cela souligne le fil rouge de James Robinson et sa cohérence. De plus, le chapitrage est parfait : chaque épisode est précédé de la couverture de la version originale, signée David Aja. Enfin, à noter que le papier glacé me semble un peu plus épais que d’autres Marvel Deluxe, ce qui accentue l’impression de qualité du façonnage de l’ouvrage. Il se termine par un court cahier de couvertures alternatives et la biographie des artistes. Si vous avez envie d’approfondir le personnage de Wanda Maximoff, et si la disparité des styles graphiques ne vous fait pas peur (feuilletez quand même, parce que c’est très varié), vous tenez avec Wanda, la Sorcière Rouge un comics intéressant et réussi. ■

wanda sorcière rouge panini comics route des sorcières
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Wanda, la Sorcière Rouge est un comics publié en France chez Panini Comics. Il contient : Scarlet Witch (2016) 1-15.

 

LIRE AUSSI : Wanda Maximoff : 10 persos qui ont été la Sorcière Rouge de Marvel Comics !

sorcière rouge comics wanda maximoff
(image © Marvel Comics, Marvel Studios)




A propos Stéphane Le Troëdec 506 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*