Valkyrie, tome 1 : Que vaut le nouveau comics « magique » de Jason Aaron et Al Ewing ?

Valkyrie tome 1 jane foster thor
(image © Marvel Comics)

Suite aux évènements de War of The Realms, Jane Foster a délaissé le marteau de Thor pour devenir la nouvelle Valkyrie. Tout en découvrant son nouveau rôle et l’étendue de ses pouvoirs, Jane Foster doit jongler entre manipulations démoniaques, ennemis plus terre à terre et son nouveau travail en tant qu’infirmière. Un récit plutôt agréable et dans l’air du temps, conté par Jason Aaron, Al Ewing et Cafu.
■ par Doop

 

Valkyrie T1
(Image : © Marvel Comics)

 

Une nouvelle redéfinition accessible du personnage

Jason Aaron en fait beaucoup chez Marvel, certains diront même trop. Parfois fantastique (Wolverine & The X-Men, Jane Foster), parfois moyen (Avengers), le scénariste est cette fois-ci épaulé par Al Ewing, qui réalise en ce moment l’une des meilleures versions de Hulk de ces dernières décennies et le dessinateur Cafu, souvent vu chez Valiant. Autant vous avouer tout de suite que je n’ai pas une grande affinité avec Jane Foster. Je sais que Jason Aaron est resté très longtemps sur Thor mais les relaunchs constants du titre m’ont fait perdre tout intérêt à une saga qui partait plutôt bien. Je n’ai pas suivi War of The Realms et j’abordais donc cette nouvelle série Jane Foster : Valkyrie avec une appréhension assez compréhensible. Allais-je rentrer facilement dans l’histoire ? La réponse est oui. En début de récit, il y a une page récapitulative qui permet de prendre le train en route et le reste de l’histoire est plutôt auto-contenu. Donc rassurez-vous, si vous ne suivez pas Thor et les récents évènements de Marvel Comics cela ne vous empêchera pas de comprendre. Comme on le disait plus haut, Jane Foster est devenue la nouvelle Valkyrie suite à l’éradication totale de cette caste de guerrières. Nouveaux pouvoirs qu’elle ne maîtrise pas forcément, nouvelle fonction, l’apprentissage est difficile, surtout quand on se fait attaquer dès les 1ères pages par le Tireur ou toute une tripotée de super-vilains. Jane Foster : Valkyrie est une série rafraîchissante. Jason Aaron et Al Ewing nous proposent une Jane Foster redéfinie, presque une page blanche, qui permet de bien rentrer dans l’histoire et surtout de mieux comprendre ce qu’elle vit. Pour une fois, on s’attache aussi un peu à la vie privée de l’héroïne même si le nombre de personnages secondaires est très peu élevé (globalement 1 amie et 2 collègues de travail). Le design du personnage est lui aussi plutôt réussi.

 

Valkyrie T1
(Image : © Marvel Comics)

À LIRE AUSSI :  La Mort de la Puissante Thor : la fin d’une saga digne d’une déesse 

(image © Marvel Comics)

De bonnes idées mais un manque global de direction

On comprend que Marvel Comics ait besoin de surfer sur la popularité de Jane Foster, personnage qui va prendre de l’importance avec la sortie de Thor 4 au cinéma.  Mais introduire un nouveau concept sans grande motivation est souvent casse-gueule. Je ne vois personnellement aucun lien à priori entre Jane Foster et les Valkyries, et on ne peut pas vraiment s’empêcher de penser que cette redéfinition est un peu artificielle. Mais en toute impartialité, cela fonctionne plutôt bien dans Jane Foster : Valkyrie. L’ambiance est bon enfant, il y a de l’humour, un cheval qui parle, des scènes d’action et même des personnages LGBT : on entre totalement dans le cahier des charges d’une série Marvel, ce qui n’est pas péjoratif. Jason Aaron et Al Ewing arrivent même à trouver des idées plutôt sympathiques, comme le pouvoir de Valkyrie qui permet à Jane de savoir qui est en danger de mort ou justement le cheval. Cela reste encore un peu superficiel, mais cela se lit bien. Ce qui m’a un peu gêné dans Jane Foster : Valkyrie, c’est que dans ces 5 épisodes, on sent que la série manque de direction, de fil conducteur. Les 2 scénaristes ne sont pas arrivés à trouver un fil rouge, une originalité à cette nouvelle superhéroïne qui devient de fait un personnage lambda. D’ailleurs, le lien entre les 5 épisodes proposés dans le tome 1 est assez tenu, avec une 3e partie complètement différente des autres et qui crée une coupure renforçant un peu le manque d’identité forte du personnage. On passe du Tireur à Dr Strange sans vraiment de grande transition et j’ai l’impression que Jane est ballotée d’une intrigue à l’autre un peu au hasard, même si ces dernières se rejoignent à la fin. Fin qui fait d’ailleurs référence au run de Kieron Gillen sur Journey Into Mystery et les aventures du petit Loki. On a donc un personnage sympathique, bien installé dans ses pouvoirs et ses fonctions, mais dont la série manque de cadre et a du mal à se détacher d’une série lambda. J’espère que les 2 scénaristes vont travailler sur ce point, car l’intérêt est encore trop superficiel.

 

Valkyrie T1
(Image : © Marvel Comics)

Une partie graphique qui vous emmène au 7e ciel

Ceux qui ont suivi les aventures de Toyo Harada dans l’univers Valiant connaissent déjà Cafu (qui avait aussi œuvré sur du DC Comics et Image). C’était déjà un bon dessinateur, au trait assez fin et avec un bon storytelling. Mais j’ai l’impression qu’avec Jane Foster : Valkyrie, le dessinateur s’est tout simplement surpassé. Les pages sont vraiment très bonnes, d’une clarté et d’une lisibilité exemplaires et surtout, sans exagération. Vous cherchez ce qu’est un bon dessinateur de comics ? N’allez pas plus loin, il se trouve dans les pages de Jane Foster : Valkyrie. Et il arrive à signer, ce qui est de plus en plus rare, presque tous les épisodes (il est en effet aidé au n°3 par une flopée d’autres artistes mais cela fait sens dans le contexte de l’histoire). Cette excellente prestation graphique permet de classer Jane Foster : Valkyrie dans la catégorie des bonnes petites séries, mais qui risquent de ne pas durer très longtemps si elles ne trouvent pas un ancrage fort dans l’univers Marvel. D’ailleurs, Marvel Comics vient d’annoncer qu’à partir de l’épisode n°10, la série ne sera plus disponible en singles, mais uniquement sur les plateformes numériques. L’unique édition papier se fera lors de la publication d’un recueil. Une série qui risque de s’arrêter très vite donc !  ■

Valkyrie tome 1 jane foster thor
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Valkyrie, tome 1 est publié en France par Panini Comics. Il contient les épisodes US Jane Foster : Valkyrie n°1 à 5.  

 

À LIRE AUSSI : Les Dignes : 10 personnages qui ont porté le marteau de Thor !

Digne Mjolnir marteau Thor
(image © Marvel Comics)




A propos Doop 302 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.