Riverdale présente Archie : enfin un reboot qui fonctionne ! [critique du tome 1]

Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

En 2015, Archie Comics avait créé la stupeur chez les fans en annonçant la relance de son titre phare par Mark Waid (Captain America, Flash) et Fiona Staples (Saga) et un reboot de la ligne. Pour les lecteurs qui ne connaissent pas bien ce personnage emblématique de la pop culture (quasiment jamais publié en France), c’est comme si l’on avait demandé à Grant Morrison et Frank Quitely de reprendre les aventures de Lucky Luke ! Glénat nous propose de découvrir les 1ers épisodes consacrés à Archie version 2000. Et c’est une réussite !
■ par Doop

 

Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

 

Archie, Riverdale : quelles différences ?

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas les personnages d’Archie que par la série télévisée Riverdale, vous risquez de ne pas du tout les reconnaitre, comme dans le titre Betty et Veronica. Pour expliquer : on peut largement faire un parallèle entre Archie Andrews et Richie Cunnigham de la série télé Happy Days. Le ton des comics est toujours très léger et les histoires, ainsi que les dessins, sont majoritairement destinés aux lecteurs de tous âges. Contrairement au feuilleton télé Riverdale, il n’y a pas d’histoires de drogue, de sexe où je ne sais quoi de glauque. La ligne est orientée tout public et fait une grande place à l’humour. Et cela fait 70 ans que ça dure !

 

Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

 

Donner un coup de jeune tout en préservant l’esprit

À LIRE AUSSI : 5 très bonnes raisons de commencer à lire LOCKE & KEY [critique du tome 1]
Le succès de la série télévisée Riverdale aidant, il fallait toutefois redonner un coup de jeune à ces adolescents toujours coincés dans l’Amérique des années 50. Et appeler Waid et Staples était une sacrée idée ! Dans une interview, Waid et Staples précisent bien que leur volonté d’origine était de ne pas du tout toucher à l’esprit tout public de cette série mais simplement d’approfondir les personnages et de redéfinir un peu l’univers. C’est quand même nettement plus difficile à écrire. Les stéréotypes sont donc toujours les mêmes. Archie est un petit gars incapable de se servir de ses mains, Betty est l’exemple de la fille de la campagne, passant son temps à réparer les voitures, Jughead est un petit chétif qui ne pense qu’à manger tandis que Véronica est la fille riche sympa. C’est d’ailleurs le seul personnage qui ressemble un peu à sa contrepartie télévisuelle.

 

Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

 

Un état d’esprit respecté

À LIRE AUSSI : Misty : des histoires fantastiques cultes so british
Et avec Riverdale présente Archie, le pari est réussi. Mark Waid a parfaitement conservé cet état d’esprit léger et drôle, sans tomber dans la farce ou dans le ridicule. L’histoire commence alors que Betty et Archie viennent de rompre, au grand dam de tous les étudiants de Riverdale (la fameuse affaire du rouge à lèvres dont on ne connaîtra les tenants et les aboutissants que quelques épisodes plus loin). Alors que Jughead et d’autres essayent de tout faire pour remettre les 2 tourtereaux ensemble, l’arrivée d’une nouvelle lycéenne, la sublime et très riche Veronica Lodge, va tout faire voler en éclats. Dans le 1er tome de Riverdale présente Archie, Waid est impeccable. Il introduit des éléments un peu plus modernes dans son style d’écriture (une narration non linéaire, un fil rouge à suivre sur plusieurs mois). Il nous dépeint parfaitement les tourments adolescents d’Archie sans que cela fasse ringard ou superficiel. Les personnages sont fouillés et ne s’éloignent pas du tout du matériel de base. C’est un respect total de l’œuvre qui mérite un coup de chapeau. On peut faire exactement le même compliment à Fiona Staples. La dessinatrice réussit le tour de force de modéliser tous les personnages sans toucher à leur côté naïf et désuet. Le style de Staples est d’ailleurs beaucoup plus rond et aérien que ce qu’elle nous propose dans Saga.

 

Riverdale présente Archie : enfin un reboot qui fonctionne ! [critique du tome 1]
Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

Riverdale présente Archie est un régal, mais…

À LIRE AUSSI : Le Comics Gate, qu’est-ce que c’est ?
Autant vous dire que les 3 premiers épisodes de Riverdale présente Archie sont un véritable bonheur pour ceux qui connaissent et apprécient l’univers comics d’Archie Andrews. Je parle des 3 premiers épisodes car Fiona Staples va rapidement laisser sa place à Annie Wu et Veronica Fish, dont le style est un peu moins travaillé à mon goût. C’est aussi le gros problème de cette maison d’édition, qui n’arrive pas à conserver ses artistes stars ou même respecter les délais. Si pour l’instant, Riverdale présente Archie en est environ à l’épisode 35 (avec toujours Mark Waid aux commandes), c’est la seule série du reboot qui est publiée chaque mois et c’est bien dommage (Afterlife with Archie, la série « zombie » de Riverdale a par exemple 2 ans de retard, tout comme Jughead ou encore Vampironica). Le dessin faiblit donc à partir de la moitié du volume, reste correct mais fait baisser un tout petit peu la qualité d’ensemble. Un excellent premier volume et un pari réussi. Reste désormais à savoir si Waid va pouvoir continuer sur cet élan dans la longueur ! ■

Riverdale présente Archie, tome 1 (image © Archie Comics)

Riverdale présente Archie, tome 1 est un comics écrit par Mark Waid et dessiné Fiona Staples, Veronica Fish et Annie Wu. Cet album est publié en France par les éditions Glénat Comics au prix de 12,50 €. Les épisodes originaux sont parus aux USA chez Archie Comics.




A propos Doop 153 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.