Les points forts et les points faibles de la saison 1 des Nouvelles aventures de Sabrina

(image © Netflix)

Depuis le 26 octobre 2018, Netflix propose Les Nouvelles aventures de Sabrina (The Chilling Adventures of Sabrina), une nouvelle série inspirée par le comics éponyme publié par Archie Comics. Les producteurs étant ceux de la série Riverdale, on pouvait se faire du souci. Heureusement, si la série Les Nouvelles aventures de Sabrina n’est pas exempte de défauts, on est très loin d’une catastrophe.
■par Doop

 

 

À LIRE AUSSI : Pourquoi la saison 2 de Riverdale est-elle complètement ratée ?
Lorsque l’on parle de Sabrina la petite sorcière, on a toujours tendance à faire référence à la série télévisée des années 90. Mais il ne faut pas oublier que le personnage est à la base un personnage de comics qui a vu le jour en 1962 ! Création de l’éditeur Archie Comics, il semblait logique que Les Nouvelles aventures de Sabrina soit, tout comme Riverdale, produite par les mêmes personnes. Si la 1re série télévisée de Sabrina (comme les 1ers comics) abordait les aventures de la sorcière d’une manière pop et légère, ce n’est pas du tout le cas ici. Les Nouvelles aventures de Sabrina auraient plutôt tendance à se calquer sur le dernier comics en date scénarisée par Roberto Aguirre Sacasa. Rappelons que cet artiste produit et écrit aussi les histoires de cette nouvelle version télévisée. La série n’est plus non plus produite par la CW, mais directement par Netflix, ce qui donne à mon sens un petit peu plus de liberté concernant le ton de l’intrigue. Les Nouvelles aventures de Sabrina est clairement une série d’horreur pour adolescents. Au beau milieu d’histoires d’amour et d’affirmation post-pubères se mêlent cadavres, sorcelleries et scènes un peu gores. Lors de cette 1re saison de 10 épisodes, on ne rit pas beaucoup, voire pas du tout.

 

 

(image © Netflix)

 

À 16 ans… on est invincible

Dans quelques jours Sabrina Spellman va avoir 16 ans. Et si pour la plupart des gens c’est toujours une joie, cet anniversaire cause bien des soucis à cette petite sorcière. En effet elle va devoir choisir entre donner son âme à Satan et embrasser sa nouvelle vie de sorcière (en changeant d’école) ou renoncer à ses pouvoirs pour rester avec ses amis. Mais le diable n’a-t-il pas d’autres projets pour la petite sorcière ?

 

(image © Netflix)

 

Les histoires magiques de Sabrina

Il faut reconnaitre que les 3 premiers épisodes des Nouvelles aventures de Sabrina sont plutôt bons en ce qui concerne l’histoire de notre sorcière. On ne peut éviter certains écueils dans l’air du temps : le petit ami benêt, les amies qui s’affirment un peu trop lourdement, un discours féministe qui fait un petit peu forcé. Mais le passage et le choix de Sabrina entre sa vie humaine et sa vie de sorcière est plutôt bien vu. Autre bon point : les machinations des uns et des autres pour l’amener à signer le fameux livre de la Bête, qui confèrerait son esprit et sa liberté à Satan tout en lui donnant des pouvoirs incommensurables. D’ailleurs, l’intrigue générale des Aventures de Sabrina est vraiment bien tournée et fait relativement sens à la toute fin de la saison. Et elle avance réellement. Contrairement à pas mal de séries, il se passe beaucoup choses concernant la vie de Sabrina. On ne la retrouvera pas à la fin de la saison dans l’état où on l’a trouvée au début. Les effets visuels sont assez rares mais plutôt bien faits. C’est bien et cela donne envie de regarder la suite. L’actrice principale, Kiernan Shipka, nous propose une prestation correcte même si on a tendance au début à se dire qu’elle ressemble beaucoup à une sous Emma Watson. Heureusement pour elle, elle joue beaucoup mieux (ce qui n’est pas non plus très difficile), ce qui n’est pas le cas de tout le casting.

 

(image © Netflix)

 

Des épisodes trop longs et des acteurs pas toujours à la hauteur

À LIRE AUSSI : Riverdale présente Archie : enfin un reboot qui fonctionne ! [critique du tome 1]
Si les Nouvelles aventures de Sabrina sont clairement sympathiques, j’ai toutefois relevé 2 points faibles qui, je l’espère, pourront être améliorés par la suite. Le 1er point négatif est le jeu de certains acteurs. Si, comme je l’ai dit plus haut, l’héroïne principale s’en sort bien, ce n’est pas vraiment le cas de tout le monde et notamment de Michelle Gomez ou Miranda Otto. Elles ont tendance à surjouer et à se croire dans les Aventures de la famille Adams. C’est un peu amusant au départ mais par la suite cela devient très agaçant. Je ne parle même pas des 3 méchantes sorcières, qu’on croirait sorties tout droit du film Dangereuse Alliance (The Pact) des années 90. C’est dommage car cela fausse en permanence le ton de ces Nouvelles aventures de Sabrina. Mais ce qui m’a le plus gêné, c’est la longueur des épisodes (environ une heure chacun). Lorsque le suspense est assez prenant, ça marche. En revanche, lorsqu’on a affaire à des intrigues un petit peu bateau et qui ont déjà été vues et revues des dizaines de fois (les héros emprisonnés dans leurs rêves par un démon, le coup de la possession) la longueur des épisodes les rendent tout simplement insupportables. Pour le coup il y a un véritable ventre mou autour des épisodes 4,5 et 6 où il faut véritablement s’accrocher. Sincèrement, il aurait mieux valu couper ces derniers d’un bon quart d’heure car l’ennui est royalement présent. Je n’ai pas non plus compris l’utilisation systématique du flou artistique dans tous les épisodes de ces Nouvelles aventures de Sabrina. À un moment, j’ai cru que mon ordinateur avait une panne d’écran. En dépit de ces quelques défauts, les Aventures de Sabrina sont plutôt agréables à suivre et je serai présent pour une deuxième saison. Nous sommes en tout cas très très loin de l’accident industriel de Riverdale.




A propos Doop 266 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.