Black Magick, tome 2 : flic ou sorcière ? [critique]

(image © Image Comics)

Après un 1er tome de Black Magick plutôt réussi, Greg Rucka et Nicola Scott nous proposent la suite des aventures de Rowan Black, policière de jour et sorcière la nuit. Ce 2e tome est la directe continuité du premier, de bonne facture sans être totalement renversant.
■par Doop

 

Une illustration qui réunit les principaux ingrédients de Black Magick : sorcellerie et enquête policière (image © Image Comics)

 

À LIRE AUSSI : Black Magick, crimes et sorcellerie
Le 1er épisode de ce tome 2 de Black Magik dévoile les origines de notre héroïne et son baptême magique, le temps d’un flashback réussi. Puis on revient ensuite dans le présent et on reprend le fil de l’histoire de Rowan Black où on l’avait laissée, partagée entre sa vie de flic et ses obligations de sorcière. Rowan comprend rapidement que ses ennemis ne sont peut-être pas ceux auxquels elle pense. Elle se retrouve confrontée non seulement à une société secrète qui veut brûler toutes les sorcières mais aussi à des ennemis d’origine magique qui veulent s’emparer de son pouvoir. Alors qu’elle est une nouvelle fois soumise « à la question » par ses partenaires policiers au cours d’une arrestation qui se termine mal, Rowan doit aussi jongler avec ses sentiments. Notamment en ce qui concerne son coéquipier, qui attend son 1er enfant et qui se doute que quelque chose ne tourne pas rond. C’est peut-être l’aspect le moins développé de Black Magick.

 

Rowan Black, sorcière ET inspectrice (image © Image Comics)

 

Des personnages forts mais qui manquent de développement

À LIRE AUSSI : Spécial HALLOWEEN ! Les 19 meilleures sorcières qui mettent de la magie dans vos comics !
L’histoire proposée par Black Magik est toujours aussi forte et intrigante
. Greg Rucka a vraisemblablement bossé son sujet en ce qui concerne la magie. Malgré tout, il a quand même un petit peu de mal à sortir des clichés. C’est dommage car finalement Rowan, femme forte d’une trentaine d’années, est typiquement le genre de personnage que le scénariste adore écrire. Et pourtant, on a réellement du mal à s’identifier et à prendre à cœur les histoires qui gravitent autour de notre héroïne. Pour le coup j’ai trouvé toute l’intrigue autour de ses sentiments avec son collègue trop faciles et vraiment trop gentillettes. De même, j’ai peur que la trame principale de Black Magik (LA sorcière super puissante que certains veulent brûler et d’autres contrôler) ne soit trop basique à mon goût. Après, nous avons quand même droit à de bons moments, comme la relation qui est en train de se nouer entre l’amie sorcière de Rowan et un agent de la société secrète. Même s’il reste peut-être un peu classique, Greg Rucka demeure un excellent scénariste qui sait parfaitement raconter des histoires. Au pire, j’aurais vraiment préféré que Black Magick soit une histoire policière avec une touche magique plutôt que l’inverse.

 

Dans le tome 2 de Black Magick, les adversaires se révèlent ! (image © Image Comics)

 

Des dessins toujours aussi enchanteurs

À LIRE AUSSI : Les points forts et les points faibles de la saison 1 des Nouvelles aventures de Sabrina
Comme dans le 1er tome de Black Magick, le scénario de Greg Rucka reste confortable et sans grande surprise. Par contre, les dessins de Nicola Scott, tout en tons sépia, sont véritablement le point fort de la série. La dessinatrice arrive à donner corps à ses personnages, à bien les camper dans des postures ou des attitudes personnelles. Mais Nicola Scott a aussi un sens tout particulier des designs. Il suffit de regarder le look de la méchante sorcière et de ses acolytes en fin de volume pour tomber sous le charme et être conquis. Si l’on voulait être un tout petit peu méchant, on pourrait dire que cela reste parfois un peu trop statique. Black Magik reste une série agréable à lire, on ne s’ennuie pas mais il va falloir que Greg Rucka développe par la suite un tout petit peu d’originalité. Et puis, quels dessins ! ■

(image © Glénat Comics)

Black Magick, tome 2 est un comics de 160 pages écrit par Greg Rucka et dessiné par Nicola Scott. Cet album est publié en France par Glénat au prix de 17,50 €. Les épisodes originaux  sont parus aux USA chez Image Comics.

 




A propos Doop 120 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.