Black Magick, crimes et sorcellerie

Black Magick tome 1 chez Glénat Comics

Rowan Black est non seulement inspecteur dans la police de Portsmouth (USA) mais surtout membre d’une confrérie de sorcières qui réside dans la ville depuis des siècles. Son face à face avec un preneur d’otages va être l’élément déclencheur de tout un tas d’événements qui vont mettre en péril l’existence de sa sororité.
■ Par Doop

 

 

En toute honnêteté et si Black Magick livre pour l’instant une bonne histoire, le lecteur n’est pas non plus complètement surpris. On retrouve ici tout ce que l’on peut attendre d’une série sur les sorcières, et cela manque un peu d’originalité. Comme on pouvait s’y attendre, ce premier tome prend son temps, en installant les différents protagonistes et le décor, propice à une intrigue, on l’espère, au long cours. Le scénario est bien écrit et assez réaliste (c’est aussi l’un des points forts de l’auteur) mais l’on aurait aimé que les choses avancent un peu plus et que l’héroïne soit plus développée. Les dessins sont en revanche magnifiques !

 

Le point fort de Black Magick : les dessins

À LIRE AUSSI : Magic Order : la nouvelle création de Mark Millar et Olivier Coipel pour Netflix
En effet, ce qui rend Black Magick intéressant, ce sont les dessins de Nicola Scott, qui retrouve un excellent niveau après une prestation assez fade à mon goût sur la JSA new 52. Le manque de couleurs (uniquement des tons sépia) renforce véritablement son trait et permet à l’artiste de nous livrer son meilleur travail à ce jour. C’est une réussite graphique totale.

 

Black Magick Rowen Black

 

Greg Rucka dans sa zone de confort

À LIRE AUSSI : Le vaudou chez Bliss comics, c’est Shadowman ! [critique de l’intégrale]
Black Magick
est un projet qui germait depuis plusieurs années dans la tête du scénariste et écrivain Greg Rucka ( les romans d’Atticus Kodiak, Wonder Woman, l’excellent Gotham Central et plus récemment Lazarus ) et qui joue énormément sur ses marottes, à savoir une héroïne au fort caractère et des intrigues policières réalistes, le seul élément nouveau étant l’apparition de la sorcellerie, domaine pour lequel Rucka s’est apparemment beaucoup renseigné. Ce qui est intéressant, c’est que le scénariste développe non seulement une intrigue autour des sorcières mais passe aussi beaucoup de temps sur sa ville (créée de toutes pièces et son histoire secrète au moyen de petits textes situés à la fin de chaque épisode). Comble du perfectionnisme, il ira même jusqu’à en écrire un guide touristique de la ville, malheureusement non publié en VF !

 

Black Magick tome 1 chez Glénat Comics

 

À LIRE AUSSI : Aleister & Adolf : blitzkrieg et magie noire !
Bref, si l’on peut trouver ce premier tome un peu conformiste niveau histoire, on sent que les bases sont désormais bien posées. J’attends toutefois de Rucka qu’il aille plus loin dans l’originalité. Et quels dessins de Nicola Scott ! Vous pouvez tenter l’aventure sans souci mais attention : vous n’aurez aucune réponse à la fin de ce premier tome. Peut-être en saurons nous plus dans le tome 2 ?

 

Black Magick tome 1

Black Magick, tome 1 est un comics de 127 pages écrit par Greg Rucka et dessiné par Nicola Scott. Cet album est publié en France par Glénat au prix de 15,95 €. Les épisodes originaux (Black Magick #1-4) sont parus aux USA chez Image Comics. La traduction de ces épisodes est signée Philippe Touboul.




A propos Doop 136 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.