Magic Order : la nouvelle création de Mark Millar et Olivier Coipel pour Netflix

Magic Order : la nouvelle création de Mark Millar et Olivier Coipel pour Netflix

 Magic Order est la première série de Mark Millar développée pour Netflix depuis le rachat de Millarworld. Ou quand les Soprano rencontre Zatanna. Des débuts prometteurs pour un hit en puissance.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Il y a très longtemps, les monstres régnaient sur le monde. Jusqu’à ce qu’un groupe de magiciens les renvoient dans les Ombres. Depuis, chaque famille de sorciers veille sur l’humanité, de génération en génération. Les magiciens se sont spécialisés dans différents types de magie : illusionnisme, mentalisme, nécromancie, escapologie… Pour mieux combattre les monstres, ils vivent cachés. Jusqu’au jour où un mage de la famille Moonstone est retrouvé assassiné. Et de toute évidence, un autre magicien est dans le coup. La situation voudrait que la famille réagisse, seulement les relations entre ses membres est tendue…

Tours de magies

À LIRE AUSSI : Face à face avec les démons de la finance [Black Monday Murders, la critique]
Mark Millar aime manifestement jongler avec les genres. Après les super-héros (Civil War, Kick-Ass), l’espionnage (Kingsman), la science-fiction (Chrononauts), le space opera (Empress) et la fantasy (Reborn). Avec Magic Order, le scénariste ajoute une nouvelle corde à son arc : le thriller occulte dans le monde de la magie. Il y a d’un côté tout le decorum de la magie foraine, de la prestidigitation, avec les lapins qui sortent des chapeaux. Et puis, Millar nous raconte l’envers du décor, la « vraie » magie, plus noire. Si vous pensez à Zatanna (ou à la limite à Constantine) plus qu’au Dr Strange, vous n’avez pas tout à fait tort (et oubliez Harry Potter, on en est loin). Le traitement de l’intrigue est ici bien différent. Deux tons avec lesquels Olivier Coipel peut déployer toute l’étendue de son talent. Le ton est donné d’entrée de jeu, avec un meurtre sanglant (et impliquant un enfant) puis un numéro de prestidigitation sur scène.

 

 

Magic Order : monde occulte et famille dysfonctionnelle

À LIRE AUSSI : Le vaudou chez Bliss comics, c’est Shadowman ! [critique de l’intégrale]
Dans ce numéro 1 de Magic Order, Mark Millar caresse l’idée d’un monde caché, dissimulé aux yeux des non-initiés. La Terre a ses gardiens, qui la protège contre les monstres des Ombres. On pense parfois à Matrix ou Inception, par exemple. Et pas seulement à cause du scénario, mais aussi par certains visuels très réussis de Coipel, certaines transformations de la réalité. Évidemment, on pense là aussi évidemment à Doctor Strange. Encore que Magic Order met en scène une famille de magiciens. Une famille par ailleurs compliquée car dysfonctionnelle. Il y a un passif, des non-dits, des secrets qui n’ont pas encore été digéré par certains membres du clan. Un peu comme dans les Sopranos, le patriarche des Moonstone va devoir s’employer à rassembler les siens pour les protéger d’une menace pour l’instant mystérieuse. Ce caractère dysfonctionnel va manifestement être un moteur de Magic Order.

 

 

Un contenu Netflix exclusif pour les lecteurs de comics

Magic Order est la première série développée par Mark Millar suite au rachat du Millarworld par Netflix. Avec une série de comics papier prévue en 6 épisodes, nul doute que l’adaptation arrivera bientôt sur la célèbre plateforme de streaming. Netflix a déjà annoncé du contenu exclusif pour les lecteurs via les Facebook AR codes des couvertures comme des artworks ou des charadesigns signé Olivier Coipel. Magic Order est déjà un succès puisque la série la plus vendue du Millarworld. ■

À NE PAS MANQUER : 5 sagas cosmiques indés à lire après Avengers : Infinity War !

 

 




A propos Stéphane Le Troëdec 343 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.