Le vaudou chez Bliss comics, c’est Shadowman ! [critique de l’intégrale]

Shadowman Intégral tome 1 critique

Les comics qui abordent la tradition vaudou ne sont pas légion et ceux qui le font brillamment encore moins. Valiant et Bliss comics, son éditeur français, offrent une excellente vision de cette sorcellerie tellement exotique avec l’intégrale de Shadowman.
■ par Dragnir

Shadowman Intégral tome 1 critique

De l’héritage vaudou

Jack Boniface est un jeune homme troublé par un passé constellé de lacunes. Il revient à la nouvelle Orléans pour en savoir davantage sur ses parents qui ont été portés disparus après des évènements pour le moins obscurs. Ils pourraient être impliqués dans des affaires de vols et de meurtres. Face au désespoir d’avoir eu des criminels supposés pour géniteurs, il jette le seul objet qui lui reste d’eux : une amulette. Grossière erreur car à peine s’en est-il séparé, que des officiers de police possédés par un démon le prennent à partie et tentent de le tuer. Cependant, cette agression a un effet tout à fait inattendu : le pouvoir détenu jadis par le père de Jack s’éveille en lui. Il devient le nouveau Shadowman. Un héritage, une malédiction qui va l’entrainer dans un univers terrifiant ; celui du vaudou et de la magie noire…

 

Shadowman Intégral tome 1 critique

 

De l’horreur originale

À LIRE AUSSI : Aleister & Adolf : blitzkrieg et magie noire ! 
Traiter de la magie en comics peut vite être casse gueule tant il est simple de tomber dans les lieux communs, pire dans la simplicité. Or, le scénariste Justin Jordan s’aventure sur le terrain peu exploré dans les comics qu’est le vaudou, et il le fait avec brio. Il parvient à transmettre une ambiance horrifique oppressante à souhait. Une atmosphère qui dispose de ses propres codes. On est vite fasciné par ce monde des morts et les créatures tellement étranges qui l’habitent. Les rituels magiques s’avèrent effrayants ; les lanceurs de sorts doivent payer le prix de la puissance qu’ils utilisent. Par le côté « héritage mystique » le pouvoir du Shadowman fait quelque peu penser à celui du Fantôme du Bengale. Mais le personnage se démarque clairement par son côté très sombre et torturé. Pas aussi simpliste qu’il ne semble de prime abord, Shadowman se révèle doté d’une richesse profonde. On souhaite finalement en savoir toujours davantage sur lui et son univers.

 

Shadowman Intégral tome 1 critique

 

Un trait horriblement efficace

À LIRE AUSSI : Black Magick, crimes et sorcellerie 
Et pour ne rien gâcher, Patrick Zircher illustre le récit avec une maestria certaine en nous gratifiant de clairs-obscurs somptueux. Dans ses représentations du Baron Samedi ou encore de Maître Darque, Patrick Zircher arrive à insuffler une touche d’art traditionnel avec un trait on ne peut plus moderne et d’un dynamisme époustouflant. Les décors, et notamment ceux des mondes mystiques, sont d’une richesse incroyable et installent un environnement sans pareil.
Quant au travail d’édition, comme à son habitude, Bliss comics offre une prestation au rapport qualité-prix imbattable avec 608 pages pour 45 euros. En plus, l’album est blindé de suppléments comme on les aime. Du travail d’orfèvre. C’est donc un gros coup de cœur pour ce mystique pas comme les autres qui vous tiendra en haleine ; mieux , qui va vous ensorceler ! ■

 

Shadowman Intégral tome 1 critique

 

Shadowman Intégral tome 1 critique

Shadowman, l’intégrale est un comics de 608 pages écrit par Justin Jordan, Patrick Zircher, et Peter Milligan. Cet album a été dessiné par Patrick Zircher, Roberto De la Torre, Valentine De Landro. L’intégrale est publiée en France par Valiant Comics au prix de 45,00 €. Les épisodes originaux (Shadowman #0, #1-16, #13X, Shadowman : End Times #1-3, Punk Mambo #0) sont parus aux USA chez Valiant.




A propos Dragnir 45 Articles
Dragnir , c'est 120 kilos d'amour des comics ! Lecteur depuis plus de 40 ans, il est désormais muni d'un cal au pouce de plus de 9 cm a force de tourner les pages des comics indépendants voire underground US ou UK dont il s'est fait une spécialité.