Doctor Strange (Fresh Start), tome 1 : le Sorcier Suprême retrouvera-t-il ses pouvoirs… dans l’espace ?! [avis]

(image © Marvel Comics)

Le Dr Strange revient dans une nouvelle série au concept étonnant : après avoir visité les dimensions magiques, le voici propulsé dans l’espace ! Une nouvelle direction globalement réussie.
■ par Doop

 

(image © Marvel Comics)

 

La précédente série Dr Strange se consacrait essentiellement au Sorcier Suprême et à la magie, le confrontant à des ennemis démoniaques dans la saga Damnation. Le scénariste Mark Waid et le dessinateur Jesus Saiz décident donc de prendre un peu le contrepied de ce qui a été proposé jusque-là. Le concept de base est intriguant puisqu’en quelques jours, le bon Dr Strange perd tous les liens qu’il avait alors pu établir avec la magie ! Totalement sans ressources et sans aucun pouvoir, il décide d’aller voir son « frère de barbiche » de chez Marvel, à savoir Tony Stark. Ce dernier lui propose de parcourir l’espace à la recherche de nouvelles pratiques magiques qui pourraient le relancer. L’idée est plutôt bonne même si l’on peut douter du concept de départ. J’aurais peut-être eu plus tendance à me focaliser sur le problème plutôt que d’envoyer un de mes meilleurs amis dans l’espace sans protection. Surtout que Stephen Strange ne se rappelle pas ce qu’il s’est passé avant. Mais après tout, si cela permet de libérer la série des lourdes contraintes d’un univers partagé, pourquoi pas. Et puis, cela fait quand-même un petit moment que Mark Waid tourne autour du magicien. Il avait en effet orchestré une mini-série avec Emma Rios qui prévoyait une série régulière, malheureusement cela n’avait pas pu se réaliser. En plus, Mark Waid a prouvé lors de son run sur Fantastic Four qu’il avait une bonne maitrise de la magie avec le Dr Fatalis. La chose est donc réparée, même si le scénariste, que l’on pouvait considérer comme l’un des meilleurs il y a une quinzaine d’années, n’a pas tout réussi depuis quelques temps. Si son Daredevil et son Captain America sont de purs classiques, il a, à mon sens, été nettement moins inspiré sur Avengers ou Champions. Et si on est loin de ses travaux inspirés comme Empire ou Legion, Doctor Strange (Fresh Start) est plutôt bien écrit, avec une réelle approche du personnage.

 

(image © Marvel Comics)

 

Un docteur pas si sympa que ça

Ce que j’ai beaucoup apprécié ici, c’est que Mark Waid part de la définition même du personnage. Le Dr Strange n’est pas un héros : c’est simplement un égoïste qui a voulu au départ utiliser sa magie uniquement pour se soigner. Et là c’est pareil, ce qui peut parfois être un problème. Soyons lucide, le Dr Strange ici est très loin d’être un bon samaritain. Il ment, il utilise les gens pour arriver à ses fins, bref, durant tout l’album, il a un comportement qui est loin d’être irréprochable. Comme je le disais précédemment, c’est un problème car l’identification avec le lecteur en pâtit. En effet, comment se passionner pour les aventures d’une personne qui se comporte comme un sagouin avec tous les autres et dont la petite personne passe toujours en 1er ? Son duo avec l’archanologue extraterrestre Kanna fonctionne toutefois parfaitement bien et donne lieu à de très jolies scènes.

 

(image © Marvel Comics)

 

De bonnes idées… mais des contraintes parfois pénibles

Avec Doctor Strange (Fresh Start) Mark Waid arrive vraiment à nous donner des choses originales ou intéressantes. Si le concept de départ me semble moyen au niveau de la justification, j’ai bien aimé l’idée des artéfacts que Strange doit se fabriquer. C’est une très bonne idée et cela permet de donner un truc en plus au personnage. La fin, avec la protection de la Terre et le symbole du Dr est bien vue aussi, en tout cas elle permet de conclure cette 1re arche narrative sur un exploit épique. En revanche, je n’ai pas aimé du tout l’idée de remettre le Dr Strange au sein du Marvel Universe en nous refilant une aventure avec une Pierre d’infinité ! Sincèrement, il n’y avait pas besoin de ça. Mark Waid et Jesus Saiz nous proposent enfin un concept qui s’éloigne un peu des films et des concepts développés dans le Marvel Cinematic Universe, ce n’est pas pour se retrouver avec une Pierre d’infinité dès le 3e épisode. En dehors de ça, les aventures du Dr Strange dans l’espace se lisent agréablement, même si le dernier méchant et son complot auraient mérité d’être un peu plus développés. Ce qui m’a bien intrigué, c’est quand-même le cliffhanger de fin, vraiment qui justifie bien son nom et qui donne terriblement envie de lire la suite.

 

(image © Marvel Comics)

 

De superbes dessins mais des couleurs trop froides

Jesus Saiz est un excellent dessinateur, il n’y a absolument rien à dire là-dessus. Son trait est clair, sa narration est fluide. On comprend tout ce qui se passe, les personnages sont bien différenciés, bref, ce sont des planches vraiment réussies. J’ai vu dans les crédits que c’est aussi lui qui fait ses couleurs. Ce qui implique que, comme beaucoup de ses contemporains, Jesus Saiz doit utiliser une grosse part d’informatique dans ses dessins. Et c’est un peu dommage, car par rapport à ses travaux plus anciens, cela manque un peu de vie et de personnalité. Les couleurs rendent un peu l’ensemble froid et figé. Même si cela reste très joli et d’un très bon niveau, j’aurais à la limite préféré un encreur qui donne un peu plus d’énergie. ■

(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Doctor Strange (Fresh Start) tome 1 est un comics publié en France chez Panini Comics.




A propos Doop 266 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.