Mike Mignola plonge Joe Golem dans une New York engloutie sous les eaux [Joe Golem tome 1, la critique]

Joe Golem Détective de l'Occulte tome 1 critique

Dans Joe Golem, Mike Mignola, un des grands des comics d’aventures horrifiques, rend hommage à H.P. Lovecraft, un des plus grands maîtres de l’horreur… Une série passionnante et angoissante à souhait !
■ par Dragnir

 


LA PISTE AUX ÉTOILES

Scénario : ★★★☆☆

Dessin : ★★★☆☆

Feeling : ★★★★☆


 

Joe Golem Détective de l'Occulte tome 1 critique

 

Cauchemar et créature marine

Nous sommes en 1950. Il y a quarante ans, New York a subi un cataclysme. Depuis les rues de la Grosse Pomme restent submergées et transforment la ville en une Venise décrépite. Ici la misère de la Grande Dépression est toujours présente. À l’insalubrité vient s’ajouter la présence de créatures mystérieuses qui sont bien plus que des légendes urbaines. C’est le monde de Joe Golem, détective privé de son état. Le bon Joe souffre de cauchemars qui lui paraissent parfaitement réels. Un étrange vieillard tente de l’aider en lui administrant un remède de son cru. Mais quelles sont les véritables intentions du vénérable docteur ? Et quel est donc cet créature marine humanoïde qui enlève les enfants qui ont le malheur de s’aventurer dans les canaux new-yorkais ? Autant de questions auxquelles le détective devra répondre en se confrontant à l’horreur qui rôde

 

Joe Golem Détective de l'Occulte tome 1 critique

 

Des hommages à HP Lovecraft et Mary Shelley

À LIRE AUSSI : Êtes-vous prêt pour InSEXts, le comics gore, érotique et militant ?
Il est évident que Mike Mignola rend un hommage perpétuel au grand H.P Lovecraft avec son Hellboy. Les références bien que multiples sont parfaitement intégrées dans ce qu’il faut bien appeler le Mignolaverse. Mais avec Joe Golem c’est clairement ce héros et son univers qui auraient pu être écrit par le père de Cthulhu de par son esprit torturé et l’ambiance si particulière qui en résulte. Dans Joe Golem, Mike Mignola et le romancier Christopher Golden décident de s’attaquer aussi au mythe du Golem. C’est avec originalité qu’ils traitent du sujet en se penchant sur l’humanité possible d’une créature faite d’argile et de magie. Les cauchemars du héros permettent d’entrevoir son passé et tout comme lui nous restons dans le doute de ce qu’il fut vraiment. Joe Golem est une créature de Frankenstein amnésique qui s’ignore. Oui, il y a aussi des morceaux de Mary Shelley dans Joe Golem ! Alors trop de références ou d’inspirations différentes ? Et bien non, car c’est là le talent de Mignola : il équilibre le tout avec maestria pour en faire autre chose que du fan service. Il donne sa version et elle est bien bonne.

 

Joe Golem Détective de l'Occulte tome 1 critique

 

Un univers graphique génial

À LIRE AUSSI : Aliens Xénologie : des nouvelles à base de xenomorphes
Patric Reynolds est à la manœuvre coté dessin et son style réaliste aux traits rigoureux compose une ambiance intemporelle et inquiétante. Ses techniques de clair-obscur sont parfaitement maitrisées et il arrive par ce procédé à nous offrir un décor qui mêle à la fois la révolution industrielle et la Grande Dépression. Dans les profondeurs des avenues, on trouve encore les carcasses des véhicules que l’eau a submergées. Sur des barques de fortune, on croise des orphelins en quête de la piètre pitance promis par un vol de portefeuille. Au-delà de l’horreur des viles créatures qui hantent cette cité en perdition, c’est la misère sociale et les contingences d’une vie de douleur que l’artiste parvient à dépeindre avec un talent certain.
C’est donc un bon départ pour Joe Golem qui, une fois le livre refermé, nous donne envie d’y retourner pour répondre à toutes ces questions laissées en suspens. Vivement la suite. ■

Joe Golem Détective de l'Occulte tome 1 critique

Joe Golem – Détective de l’occulte, tome 1 est un comics de 144 pages écrit par Mike Mignola et Christopher Golden et dessiné par Patric Reynolds. Cet album est publié en France par Delcourt au prix de 15,95 €. Les épisodes originaux (Joe Golem #1-5) sont parus aux USA chez Dark Horse.

FOCUS

Venom a le permis de tuer (Venom : License to Kill)

par Doop dans Comics 0

Venom est devenu un agent secret du gouvernement. Dans cette aventure très inspirée par James Bond 007, Eddie Brock doit infiltrer une base subaquatique afin de contrecarrer les plans d’un scientifique fou qui menace d’exterminer [...]




A propos Dragnir 40 Articles
Dragnir , c'est 120 kilos d'amour des comics ! Lecteur depuis plus de 40 ans, il est désormais muni d'un cal au pouce de plus de 9 cm a force de tourner les pages des comics indépendants voire underground US ou UK dont il s'est fait une spécialité.