Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee [avis]

(image © Talents Éditions)

2018 fut une année de deuil pour le monde des comics puisque c’est celle de la disparition de Stan Lee qui a indéniablement marqué l’histoire de la bande dessinée et de la culture pop’. La vie de Stan Lee est une vraie success story comme les États-Unis les aiment tant. Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee lèvent le voile sur l’histoire de cet homme hors du commun.
■ par Sonia

 

(image © Talents Éditions)

 

La vie d’un génie des comics vue… par lui-même

Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee est l’adaptation de Excelsior, the Amazing Life of Stan Lee, les mémoires de Stan Lee par Peter David et l’illustratrice Colleen Doran. C’est donc Stan Lee en personne qui nous parle à travers les pages de ce récit écrit à la 1re personne. Peter David reprend d’ailleurs le ton emphatique et l’humour parfois un peu lourd de Stan. L’avantage d’un tel ouvrage est qu’il nous offre donc des éléments précis de l’enfance et de la vie privée de celui qui est, pour plusieurs générations, l’incarnation de Marvel. Ainsi, l’histoire débute avec la naissance de celui qui est encore Stanley Martin Lieber, un fils d’immigré juif roumain. Même s’il cherche à faire de lui un personnage sympathique, il ne nous cache rien des déboires familiaux lorsque son père peine à trouver un travail pendant la Grande Dépression et ne cache pas les disputes incessantes de ses parents ou ses difficultés personnelles lorsqu’il enchaînait les petits boulots. Ce récit est celui de la lente et inattendue ascension de ce monstre sacré qui, de simple commis de bureau dans le bureau de son parent Martin Goodman, est devenu le rédacteur en chef de Timely Comics, l’ancêtre de Marvel. À travers Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee on sent bien combien l’artiste est lui-même encore surpris et émerveillé de son parcours hors du commun. Il a parfois tendance à embellir son histoire en s’attribuant le beau rôle et les réussites faisant parfois passer les autres pour de simples spectateurs d’une histoire qu’il aurait forgé de ses mains.

 

(image © Talents Éditions)

 

Une forme de mea culpa ?

À LIRE AUSSI : Quand Stan Lee crée les plus célèbres superhéros DC Comics !
Le ton de Stan Lee adapté par un Peter David est très fidèle au texte d’origine et reste à sa gloire. Ce choix peut parfois agacer quand on connaît le dessous des cartes. On sent la volonté de Stan Lee de réparer quelques injustices. En évoquant son parcours, il balaie aussi des décennies d’histoire des comics. On le voit rendre hommage à Jack Kirby ou Steve Ditko avec ferveur alors qu’on sait bien que les relations qu’il entretenait avec eux n’ont pas toujours été au beau fixe. Stan Lee salue aussi le travail de toutes les équipes qui ont pu l’accompagner chez Marvel. Il évoque notamment Joe Maneely, un artiste trop tôt disparu, créateur du Black Knight mais il n’oublie pas non plus Flo Steinberg, inoubliable secrétaire chez Marvel ou encore son propre frère Larry Lieber, longtemps resté dans son ombre bien qu’il ait contribué à de nombreux scénarios. Enfin et surtout, Stan Lee adresse un véritable message d’amour à celle qui l’a accompagné, encouragé et supporté pendant presque 70 ans : Joan, son épouse. La manière dont Stan Lee la met au centre de ses mémoires est profondément touchante tout comme l’évocation de la perte d’une de ses 2 filles. Si Stan Lee peut parfois agacer, cet autoportrait en fait aussi un être profondément humain qui cherche sans doute un peu tard à rendre un peu de lumière aux artistes et créateurs qu’il a côtoyés et parfois éclipsés.

 

(image © Talents Éditions)

 

Stan Lee ou 80 ans d’histoire des comics

À LIRE AUSSI : Les origines du conflit entre Steve Ditko et Stan Lee
Au-delà de la biographie de Stan Lee qui permet d’en savoir un peu plus sur l’homme et ses proches, ces mémoires sont aussi celles de l’industrie des comics. Bien sûr, les comics ont existé avant Stan Lee et continueront après sa mort. Avec Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee, il nous offre sa vision des grands moments que les comics ont pu connaître, de l’Âge d’or des super-héros à l’établissement du comic code en passant par la naissance des plus grands super-héros de Marvel. Stan Lee raconte aussi ses techniques pour se rapprocher des fans de comics ou les multiples rachats dont Marvel a fait les frais. Il n’oublie pas non plus de dire qu’il a bravé le comic code en publiant une aventure de Spider-Man dans laquelle il est question de drogue, ce qui était rigoureusement interdit. Bien sûr, il passe sous silence la plupart de ses échecs personnels pour mieux mettre en avant ses rencontres avec les stars comme Paul Mc Cartney ou les Présidents américains successifs. Stan Lee se gargarise avec naïveté de sa réussite personnelle mais comment pourrait-on le lui reprocher au vu de sa réussite exceptionnelle à laquelle il a travaillé sans relâche tout au long de son existence. ?

 

(image © Talents Éditions)

 

Un parcours d’exception joliment mis en images

Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee portent bien leur nom puisqu’ils sont le reflet d’une existence qui, quoi qu’on pense du personnage, restera un parcours d’exception. On peut saluer le travail de Peter David qui a su transposer en comics ce récit autobiographique en restituant le ton de Stan Lee avec une grande justesse. Il faut aussi mentionner les illustrations de Colleen Doran. En effet, cette dernière sait, à partir d’un style réaliste, s’adapter selon les phases du récit pour rendre son trait parfois plus cartoony lorsque Stan Lee raconte une anecdote humoristique ou plus épique lorsqu’il s’agit de rendre hommage à Jack Kirby ou Steve Ditko soutenant avec un rythme soutenu un scénario qui va à cent à l’heure. On peut donc saluer l’initiative de Talent Editions qui nous propose ce titre quelques mois après la disparition de l’artiste. Inutile de chercher une quelconque objectivité dans ce récit qui nous donne la vision de Stan Lee mais comment bouder son plaisir de parcourir presque un siècle d’histoire à travers les yeux d’un des géants des comics ? ■

À LIRE AUSSI : Stan Lee : de Captain America aux 4 Fantastiques, la création de Marvel Comics

(image © Talents Éditions)

Les mémoires incroyables de la vie fantastique de Stan Lee est un comics publié en France chez Talent Éditions.




A propos Sonia Dollinger 17 Articles
Sonia est tombée amoureuse de Jean Grey à l'âge de six ans et lit des comics depuis bientôt quarante ans. Créatrice du blog Comics have the Power, elle participe également au collectif LesComics.fr et au podcast les GG Comics. Son gros problème est qu'elle ne sait pas choisir et qu'elle lit tous les titres qui lui passent sous la main en gardant une affection particulière pour tout ce qui touche aux X-Men.