Les 11 RELOOKINGS de superhéros les plus FOIREUX !

L’Invisible

L’Invisible (image © Marvel Comics)

À LIRE AUSSI : Les 10 meilleures aventures des Quatre Fantastiques à découvrir ou à redécouvrir avant leur retour
Dans les années 90, le perso de Susan Richards, alias l’Invisible, évolue. Elle devient une femme forte, ce qui dans les comics de l’époque, signifie malheureusement qu’elle devient un personnage sexualisé. L’Invisible se voit alors affublé d’un des pires costumes de l’histoire des comics portée par une superhéroïne ! Certes, beaucoup d’héroïnes de comics portent un costume plus proche du maillot de bain qu’autre chose. Mais dans le cas de ce décolleté en forme de 4, c’est encore pire : il n’y a aucune raison pratique à porter un tel accoutrement ! À noter d’ailleurs qu’à cette occasion c’est la seule à changer de tenue. Un choix d’autant plus inadmissible que, depuis le run de John Byrne (notamment), le personnage s’était éloigné des clichés de la bimbo sans cervelle.

 

 

Tu l’as vue, ma grosse armure ?

(image © Marvel Comics)

Faisons un prix de gros, pour finir. Les années 90 sont une période marquée par la mode du grim and gritty, des personnages sombres, torturés et violents. Les superhéros devaient tous porter une veste de cuir à clou ou un flingue. Petit à petit, c’est devenu la surenchère, au point que certains scénaristes ont affublé leurs personnages de grosses armures. Ce qui permettait aussi, au passage, de booster un peu les pouvoirs de certains superhéros. Mais, esthétiquement, le résultat est loin d’être une réussite… Ainsi, pendant la saga Knightfall, Batman se retrouve engoncé dans une armure. De leur côté, Captain America et  Spider-Man connaissent une courte période de même genre avec un résultat esthétiquement… bien pire. ■

À LIRE AUSSI : 19 persos MARVEL qui vont DISPARAITRE du MCU !




A propos Stéphane Le Troëdec 311 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.