La Vision et la Sorcière Rouge : le COMICS qui a (vraiment) inspiré WandaVision (épisode 1) !

WandaVision comics
(image © Disney+, Marvel Studios)

Afin d’honorer la fin de la série WandaVision, la rédaction de Top Comics se propose de vous faire découvrir ou redécouvrir l’une de ses plus grosses influences : la maxi-série Vision and Scarlet Witch de 1985. Un épisode par jour jusqu’à la fin prévue de la série.
par Doop

 

WandaVision
(image © Marvel Studios)

 

Sommaire

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 1 (bougez pas, vous y êtes, scrollez vers le bas)

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 2

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 3

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 4

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 5

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 6

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 7

Vision et la Sorcière Rouge, épisode 8

 

Le contexte

Nous voici en 1985. Une 1ère minisérie Vision et la Sorcière Rouge (Bill Mantlo/Rick Leonardi) a établi 3 ans plus tôt que les jumeaux Maximoff étaient les enfants de Magneto. Consciente de ses origines, Wanda peut désormais avancer dans sa vie de femme, tout comme son mari, Vision. Ce dernier vient pourtant d’essayer de contrôler le monde entier dans les pages de Avengers (Roger Stern/Bob Hall), manipulé par le super-ordinateur ISAAC. Alors que la nouvelle série régulière Les Vengeurs de la Cote Ouest fait son apparition dans les stands, son scénariste Steve Englehart prend également la direction d’une toute nouvelle maxi-série : La Vision et la Sorcière Rouge. Son but : écarter les deux héros de l’univers Marvel pour leur faire vivre des aventures magiques et familiales dans une petite bourgade de province. Dans ses interviews, il nous promet une série qui va plus s’intéresser à la famille qu’aux super vilains et annonce aussi que le format (12 épisodes) n’a pas été choisi au hasard. Que cette série La Vision et la Sorcière Rouge va conduire à un bouleversement de taille dans la vie de nos 2 héros. Il nous annonce aussi qu’il est enthousiasmé par le travail de son dessinateur Richard Howell. Je cite Steve Englehart : ll y a toujours un moment où le lecteur « découvre » Barry Smith, Frank Miller, Howard Chaykin, Alan Moore ou bien d’autres. Et je pense que cette année ils vont découvrir Richard Howell. Cela semble prometteur ! Pour bien nous situer dans le temps, 1985 c’est l’époque où Marvel publie Secret Wars II, où John Byrne termine son run sur Alpha Flight pour prendre la destinée de Hulk en mains et où Chris Claremont nous propose le procès et la rédemption de Magneto. Chez la concurrence, une crise fait rage, celle qui amène à la mort de Supergirl et de Flash. Nous sommes quelques mois avant l’apparition dans les kiosques de Watchmen et de Dark Knight Returns, Alan Moore écrit Swamp Thing et Bill SIenkiewicz travaille sur les Nouveaux Mutants.

 

Les auteurs

Steve Englehart est un scénariste assez irrégulier des années 70. Sa carrière démarre lorsqu’après quelques remplacements, il lance la série Defenders avec Sal Buscema. Il va ensuite prendre rapidement du galon et écrire pour Avengers, Doctor Strange et Captain America. Il avoue à l’époque prendre beaucoup de drogues, ce qui ne l’empêche pas d’écrire des comics assez politisés et poussant parfois le bouchon assez loin. Sa relecture de l’histoire des Etats-Unis dans Doctor Strange ou la démission de Captain America, c’est lui ! Après une brouille avec l’éditeur Gerry Conway, il passe chez DC où il va produire avec Marshall Rogers des épisodes incontournables de Batman, redonnant à ce dernier un côté « pulp » perdu depuis des années mais aussi des épisodes assez controversés de Green Lantern ou du Green Lantern Corps. Il plaque tout pour écrire des romans et ne revient chez Marvel que quelques années plus tard en participant à la ligne Epic, puis pour prendre en main le destin du Silver Surfer et des Fantastic Four, ainsi que des Vengeurs de la Côte Ouest. Si son travail dans les années 70 est excellent, son retour sera un peu plus mitigé. Parfait sur Silver Surfer, la mayonnaise ne prend pas vraiment sur ses Fantastic Four ni même sur ses Vengeurs de la Côte Ouest, plombés par des intrigues assez molles et un sens du soap-opéra un peu trop daté.
Richard Howell a quant à lui débuté en tant qu’éditeur de magazines indépendants avant de passer chez Marvel puis réaliser pour le compte de DC Comics des épisodes du All Star Squadron et de la nouvelle version de Hawkman à partir de 1986.

 

Vision et la Sorcière Rouge_Wandavision
(image : © Marvel Comics)

 

Tout commence par un bras d’honneur !

Nous voici dans les locaux du Projet Pegasus. À l’intérieur, la Vision est avec Peter Gyrich et Ray Sikorsky, les agents du gouvernement responsables des Avengers, qui sont en train de l’examiner. Quelques temps plus tôt, Vision, possédé par le super-ordinateur ISAAC, avait voulu prendre le contrôle de l’humanité. Vision précise qu’il va bien mais doit toutefois encaisser des remarques désobligeantes de la part de Gyrich. Vision raconte ses origines : que son corps est celui de la Torche Humaine des années 40, reprogrammé par Ultron avec les ondes cérébrales de Simon Williams (Wonder Man) pour en faire une arme contre les Avengers. Il continue de dérouler le fil de ses origines en assurant qu’après avoir trahi le robot, il a rejoint l’équipe et s’est marié avec la Sorcière Rouge. Il affirme que toute l’expérience vécue quand il a été possédé par ISAAC l’a conforté dans son idée qu’il est avant tout un être humain ! Fatiguée d’attendre, Wanda franchit les différentes sécurités du projet pour aller chercher son mari. Alors que la discussion avec Gyrich s’envenime, Wanda prend une décision radicale : elle démissionne des Avengers, rejointe immédiatement par Vision, faisant au passage un bras d’honneur aux agents !

 

LIRE AUSSI : Marvel : le guide chronologique de tous les comics la Sorcière Rouge et Vision !

guide comics sorciere rouge vision
(image © Marvel Comics, Panini Comics France)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos Doop 371 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*