De la diversité dans les comics ? [En Vert Et Contre Tous n°29]

Actuellement, la plupart des comics ne sont pas honnêtes

(image © Marvel Comics)

Tout est fait pour surfer sur des modes ou faire du buzz. Pour plaire ou pour s’adapter au cinéma (mais j’en ai déjà parlé toujours dans mon précédent billet). Vous pensez sincèrement que si Marvel met en avant Black Panther, c’est pour proposer une certaine diversité (tiens, on y revient) ? Non, c’est juste parce qu’un film sort et qu’il a marché. Le film n’aurait eu aucun succès, je peux vous garantir que personne n’aurait parlé de T’Challa et qu’on aurait vite fait de trouver un nouveau super-héros afro-américain à mettre sur le devant de la scène histoire de montrer que chez Marvel, on aime tout le monde. D’ailleurs, les histoires de Don McGregor des années 70, où T’Challa est confronté au Ku Klux Klan (et dessinées par Bill Graham, un dessinateur noir totalement oublié dont personne n’a parlé) sont nettement plus politiques et réalistes que les bouses qui nous ont été infligées pendant 5 ou 6 ans par Reginald Hudlin, grand défenseur de la cause… quand elle rapporte de l’argent. C’est ce cynisme actuel chez les grands éditeurs que je ne supporte pas. Il est désormais difficile d’apporter un point de vue, une idée originale qui sort du cadre dans les grandes franchises, où il ne faut surtout choquer personne. Comment DC Comics peut se revendiquer féministe avec Wonder Woman et nous offrir la version d’Harley Quinn la plus sexuée et la plus honteuse possible au même moment ? Tout simplement parce que les 2 vendent ! Ce n’est pas plus compliqué. Et ce n’est pas honnête.

 

 

Mourir pour ses idées

(image © Marvel Comics)

Quand Steve Gerber fait une critique hautement politique de la société des années 70 (et réussit à tenir plus de 2 ans), c’est avec Howard The Duck ! Pas très réaliste quand-même. De fait, le réalisme, on s’en moque ; le sens du merveilleux, on s’en moque aussi. Ce qui compte c’est d’être honnête. Il existe encore des comics de qualité, qui apportent un point de vue différent même parmi les revues Marvel ou DC actuelles. Ouvrez donc un comics Immortal Hulk ou le Silver Surfer de Dan Slott et Mike Allred où les auteurs nous proposent des concepts nouveaux et à contre-courant des tendances actuelles. Lisez le Superman de Peter J. Tomasi et Patrick Gleason, qui vous mettra de bonne humeur ! C’est sûr que c’est beaucoup plus honnête qu’un Doomsday Clock où qu’une revue mettant en lumière les vieilles aventures Charlton de 1960 avec Blue Beetle et The Question et qui se voient estampillées d’une nouvelle mention : Road To Watchmen. Ça c’est du cynisme à l’état pur ! Steve Gerber est mort avec ses idées, Alan Moore mourra avec ses idées. C’est surtout ça qui compte. Si mon billet d’humeur vous a plu, retrouvez mes autres coups de cœur et coups de gueule dans la rubrique dédiées de Top Comics !




A propos Doop 337 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.