9 moments complètement dingues dans la vie de Batman !

Avec un super-héros sombre comme Batman, et ses adversaires tout aussi torturés, il y a forcément des scènes étranges et bizarres. Disons-le tout net : Batman est un peu cinglé (quelque part) et cela déteint sur son entourage. Et ses aventures sont à son image. Mais parfois, il y a des scènes totalement délirantes qu’on n’aurait jamais cru lire un jour. Voici 9 moments complètements fous dans la carrière de Batman…
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Des moments incroyables, il y en a eu plein dans la carrière de Batman. On pourrait faire un site entièrement consacré à ça. Aujourd’hui, on va s’intéresser aux instants les plus frappés, les plus curieux de sa longue carrière de justicier. Pour tout dire, j’ai même dû mettre de côté les Bat-tétons ou l’apparition de Scooby-Doo. Quand même. Mais y a du dossier tout de même, rassurez-vous. La preuve…

 

 

Batman en costume arc-en-ciel

Batman dans son costume arc-en-ciel

Batman a souvent changé de costume au cours de sa carrière. Non seulement pour une question esthétique mais parfois pour une question pratique. On ne compte plus les tenues spéciales (faut-il vous rappeler ses innombrables armures ?).
En 1957, dans Detective Comics n°241, une jeune fille manque de se faire écraser par le véhicule d’une bande de voleurs. Dick Grayson la sauve in extremis mais se casse le bras. Quelqu’un de suffisamment perspicace pourrait donc faire le lien entre Dick et son alter ego Robin ! Batman décide donc de porter une nouvelle tenue d’une couleur différente à chaque apparition du dynamic duo. L’idée étant d’attirer l’attention sur Batman et personne ne remarque le bras cassé de Robin ! Sur la piste des voleurs, Batman change donc de costume à chaque scène, passant du rouge au vert en passant par le jaune et le bleu. Faut-il parler du costume blanc avec une cible ou du costume multicolore dit arc-en-ciel ? Non, mieux vaut oublier…

 

Batman laisse mourir KGBeast pour sauver Ronald Reagan

Batman laisse mourir KGBeast

D’accord, à la fin de Batman n°420 (1988), on ne voit pas Batman tuer KGBeast. Mais résumons : il abandonne le criminel russe dans une cave, sans eau, sans nourriture, et sans possibilité de s’échapper… Cette histoire se déroule dans la saga Ten Nights Of The Beast ! signée Jim Starlin et Jim Aparo. L’Union Soviétique envoie l’assassin KGBeast tuer les grands pontes impliqués dans le programme américain de défense appelé « Guerre des Étoiles ». Et donc parmi eux Ronald Reagan. Cette aventure prend une tournure très sérieuse, Batman et KGBeast se rendant coup pour coup et les dialogues devenant de plus en plus graves. Le combat final se déroule dans les égouts. Batman préfère ruser et enferme le criminel avant de l’abandonner.
Plus tard, les scénaristes récupèreront le personnage de KGBeast en nous expliquant que les forces de l’ordre sont venues le libérer de cette cave. Pourtant en 1988, à la fin de l’épisode, un agent demande à Batman ce qu’il est advenu de son ennemi, et Batman lui répond : « vous n’avez plus à vous en faire pour lui » … Radical !

 

 

Robin trop sensible aux charmes de Batgirl

Robin très sensible aux charmes de Batgirl

Ce n’est un secret pour personne : Robin et Batgirl se sont aimés. Dans Nightwing Annual n°2 (2007), les deux amoureux évoquent différentes périodes de leur histoire. Le scénariste Marc Andreyko et le dessinateur Joe Bennett reviennent sur une anecdote pour le moins… croustillante ! Robin et Batgirl sont fait prisonniers par Patchwork qui enferme les deux tourtereaux dans un container. La proximité avec Batgirl rend Robin tout chose. Au point que l’héroïne lui fait remarquer : « j’espère que c’est ta ceinture que je sens contre ma cuisse ». Juste après, le jeune homme tente de se changer les idées en se répétant « ne pas y penser, ne pas y penser… »
Et lorsque Batman finit par les libérer, Robin a toute les peines du monde à cacher son « émotion » sous sa cape…




A propos La rédac' de Top Comics 25 Articles
La rédaction de Top Comics est composée de : Sonia Dollinger, Michel Dragnir Velon, Doop, Perry Jameson et Stéphane Le Troëdec.