Batman : Death Metal, tome 1 : un peu d’espoir dans le délire post-apo et hard-rock de Scott Snyder et Greg Capullo !

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

Batman : Death Metal est l’aboutissement d’une saga entamée avec Batman : Metal. En mode hard-rock, Scott Snyder et Greg Capullo poussent le son à fond, jusqu’à l’absurde parfois, quitte à crever les tympans. Avec pour résultat un 1er tome qui revisite l’univers DC en une version post-apo et qui surtout place Batman au cœur de tout. Une métaphore sur l’état actuel de l’éditeur ?
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Les superhéros de la Ligue de Justice ont été vaincus par Perpetua. Avec ses nouveaux acolytes, le Batman qui Rit et ses Chevaliers Noirs, la déesse cosmique a remodelé la Terre en une version noire et post-apocalyptique. La surface de notre planète a été totalement remodelée. Wonder Woman et Aquaman ont survécu mais ont fini par abdiquer et se sont soumis au Batman qui Rit, dans l’espoir de renverser la situation. Seul un Batman (celui que nous connaissons ?) est entré en résistance et espère encore renverser Perpetua et le Batman qui Rit. Mais tout espoir n’est pas totalement perdu : le retour de Wally West pourrait bien changer la donne. En effet, ce Flash vient de récupérer les pouvoirs surpuissants du Dr Manhattan. Reste maintenant à trouver d’autres alliés…

 

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

LIRE AUSSI : Le Batman qui rit : les versions démentes et torturées du Chevalier Noir dans un récit complet signé Scott Snyder

 

Un nouveau décor

Le tome 1 de Batman : Death Metal commence par poser le décor de ce nouvel univers DC Comics. Car ici, tout a changé après une épopée entamée il y a quelques années dans Batman : Metal, prolongée dans New Justice et Le Batman qui Rit, puis Le Multivers Noir voire Doomsday Clock et achevée (ouf !) il y a quelques mois dans Doom War – Épilogue. Il faut bien 2 épisodes à Scott Snyder pour nous présenter cet environnement particulièrement sombre et désespéré : Death Metal 1, qui ouvre l’album, puis plus loin dans le sommaire, Dark Knights Death Metal Guidebook 1, qui pourrait d’ailleurs servir d’introduction et que vous pouvez lire en 1er sans problème. L’univers DC subit d’énormes changements, puisque la réalité elle-même a été réécrite : du coup, nous sommes plongés dans ce monde sombre, parfois au point d’en devenir grotesque, et où Batman est au cœur de tout. Par moment, j’ai beaucoup pensé au Secret Wars de Jonathan Hickman dans l’idée d’un monde composite avec des ambiances originale très marquées. Sauf qu’ici, donc Batman est omniprésent. Pas sans raison, comme on va le voir plus loin. Death Metal s’ouvre donc de manière abrupte sur un monde « neuf » et il faut un peu de temps pour qu’on s’y plonge et qu’on comprenne ce qui s’y passe. Surtout parce que Scott Snyder ne semble guère enclin à donner des explications (vive les ellipses, de toute manière les numéros spéciaux comblent les vides et sont heureusement publiés dans la VF) et parce que lui et Greg Capullo semblent prendre un malin plaisir à multiplier les versions alternatives des héros, au point qu’on peut se demander parfois si on ne serait pas dans un nouveau What if ? à la sauce DC Comics.

 

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Une métaphore du rôle de Batman chez DC Comics

Death Metal tome 1 peut se lire comme un gros event bourrin, par la force des choses, les puissances déployées sont véritablement énaaaaurmes. Et ça fonctionne bien comme ça, pour peu qu’on passe sur ses défauts, on va y venir. On peut aussi y voir un autre sens de lecture, une métaphore imaginée par Scott Snyder pour parler de la place de Batman chez DC Comics. C’est bien simple : le Chevalier Noir, à travers ses innombrables versions alternatives, est au cœur de tout. Pour preuve : même les nouveaux continents prennent la forme générale… d’une chauve-souris. Et dans des formes pour le moins surprenantes ou absurdes : T-Rex, intelligence artificielle embarquée, monstre marin, chauve-souris mutante géante, etc. La pillule sera difficile à avaler, d’autant plus que Scott Snyder et Greg Capullo semblent prendre plaisir à imaginer tout un catalogue de Batmen ad nauseam. Le message est pourtant clair : le Batman qui Rit a fini par envahir tout l’espace géographique comme Batman a envahi une bonne partie du catalogue DC au point d’étouffer les autres personnages iconiques de l’éditeur. De ce point de vue, la lecture de ce 1er tome de Death Metal est savoureuse.

 

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

C’est qui le plus fort ? Scott Snyder !

Si l’intention de Scott Snyder est limpide, la réalisation est hélas, plus laborieuse. OK, le scénariste n’hésite pas à manipuler des enjeux véritablement énormes et n’oublie pas de rappeler dès que possible les « totems » cosmiques de DC, des Monitor à la Force véloce en passant par Dr Manhattan et le smiley de Watchmen. On a bien compris que Scott Snyder veut à la fois rendre hommage et s’approprier les joyaux de la couronne. Sauf que là, il manque de finesse (tout est traité au pas de course) et d’humilité. Ainsi il n’hésite pas une seconde a auto-proclamer ses créations récentes, le Batman qui Rit et Perpetua en tête, plus forts que tout le monde.

 

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

De l’espoir, malgré tout

Si le 1er épisode de Death Metal joue énormément sur le côté désespéré de la situation, la suite permet de rééquilibrer les choses. Dès l’épisode n°2, Scott Snyder ramène un peu d’espoir, via un line up dont on n’attendait pas forcément certains membres dans une ambiance aussi morose. Dans le délire métalleux, absurde mais (pourquoi pas ?) jouissif, il y a l’émergence d’une sortie de crise. Des héros qui se retrouvent, qui rêvent à nouveau d’un monde meilleur et qui se souviennent de qui ils ont été. Là, ce 1er tome de Death Metal trouve quelque chose d’intéressant à raconter, des camaraderies qui renaissent, et des ambiances de veillées d’armes qui font plaisir. De quoi donne de l’espoir pour le tome 2 de Death Metal. ■

Batman Death Metal
(image © DC Comics, Urban Comics)

Batman : Death Metal tome 1 est un comics publié en France par Urban Comics. Il contient Dark Knights : Death Metal 1-3 + Dark Knights : Death Metal Guidebook 1 + Dark Knights : Legends of the Dark Knights 1.

 

LIRE AUSSI : Qui sont les 7 Chevaliers Noirs dans Batman Metal ?
Qui sont les 7 Chevaliers Noirs dans Batman Metal ? [la critique du tome 2]




A propos Stéphane Le Troëdec 550 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*