Justice League – Doom War, Épilogue : la confrontation ultime de Lex Luthor contre le Batman qui Rit, avant « Death Metal » !

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

Dans le comics Doom War, Lex Luthor a affronté les membres de la Justice League pour préparer l’avènement de Perpetua. De son côté, le Batman qui Rit, tout droit échappé de Batman Metal, a réussi à infecter une poignée de super-héros. Immanquablement, ces deux super-vilaines allaient devoir s’affronter. Voici donc l’épilogue de Doom War, qui prépare le terrain pour la prochaine saga : Death Metal. Attention, cet article contient des spoilers si vous n’avez pas encore lu Doom War.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Le point sur la situation après Doom War

Depuis Batman : Métal, Scott Snyder a commencé à tisser un fil rouge qui traverse une bonne partie de l’univers DC Comics. Il a démarré ce travail dans Batman : Metal avant de le poursuivre dans les comics Justice League : New Justice, Le Batman qui Rit ou Batman : Le Multivers Noir. Grosso modo, 2 menaces ont pesé sur les superhéros DC en même temps. D’un côté, Lex Luthor, qui a travaillé au retour de l’entité cosmique Perpetua. À la fin dramatique de Doom War, Luthor et Perpetua balaient la Justice League. De son côté, le Batman qui Rit, un Batman « ultime » et sadique venu d’une autre dimension, est arrivé sur Terre et a commencé à infecter plusieurs personnages ou super-héros comme Supergirl, Blue Beetle ou le commissaire Gordon. On sentait bien alors que Luthor et le Batman qui Rit allaient « fatalement » finir par se croiser. Cette rencontre, c’est l’épilogue de Doom War qui va vous la raconter !

 

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Le Multivers en danger

Perpetua et son lieutenant Lex Luthor se sont débarrassés des héros de la Ligue de Justice et entendent reconstruire un Multivers où le Mal sera l’ordre naturel des choses. Et pour cela il lui faut des alliés. C’est ainsi que Luthor convoque la Justice League de Terre-3 afin de recruter des troupes pour éradiquer toute notion de justice dans le Multivers. Tout ce petit monde a-t-il pour autant le champ libre ? Pas tout à fait ! Car Perpetua a bien compris que le Batman qui Rit ourdissait son plan, dans l’ombre. Elle confie donc à Luthor et son armée d’alphas la mission d’éliminer l’anomalie que représente à ses yeux ce Batman venu du Multivers Noir. Sauf que ce dernier a anticipé le plan de Perpetua et envoie Supergirl, Shazam, Blue Beetle, Donna Troy et Hawkman, ses nouveaux sbires infectés et maléfiques, détruire Lex Luthor. Ce dernier aura-t-il les ressources pour vaincre le Batman qui Rit ?

 

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Deux épilogues en un

Cet épilogue de Doom War réunit les 4 épisodes de la série Year of the Vilains : Hell Arisen, plus le 6e épisode de Batman & Superman, ce qui en fait aussi, indirectement, l’épilogue de l’album français Batman qui Rit : Les Infectés  (à noter qu’Urban Comics a supprimé les 2 dernières pages de cet épisode n°6 qui n’ont pas de lien avec Doom War). Par conséquence, difficile d’envisager la lecture de ce Doom War – Épilogue comme une histoire complète. Surtout si vous n’avez pas suivi l’une ou l’autre des menaces qui planent sur l’univers DC Comics. En effet, ces épisodes constituent soit la conclusion d’une arche narrative, soit un trait d’union dans une énorme saga commencée dans Batman : Métal et qui se terminera dans Death Metal.

 

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Le choc de 2 titans

Pour autant, si vous suivez l’énorme saga de Scott Snyder, difficile d’imaginer que vous pouvez passer à côté de cet Épilogue à Doom War. En effet, Hell Arisen, c’est un combat titanesque entre 2 superbes supervilains DC Comics, dans tous les sens du terme. Comme l’intrigue est assez ramassée et plutôt courte, l’ensemble donne le sentiment de bien avancer, tout en s’offrant des moments épiques comme par exemple Lex Luthor contre les héros infectés par le Batman qui Rit, le Joker qui revient jouer un dernier tour – et décidément omniprésent puisqu’il livre aussi une guerre à Gotham dans Joker War – ou le retour sur le devant de la scène d’une entité cosmique dont on taira le nom et dont je me demandais quand on allait la retrouver (je trouvais que l’absence de celle-ci était un des défauts de Doom War). Mieux, cet épilogue voit carrément 2 groupes s’affronter mano a mano : les « Infectés » du Batman qui Rit et un groupe réunit par Luthor, réunion qui ne manque pas de charme.

 

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Un vainqueur et un perdant

James Tynion IV est décidément un scénariste très prolifique et très à l’aise dans le sillon tracé par Scott Snyder. Il plie ces 4 épisodes d’Hell Arisen avec efficacité, et on sent qu’il aime autant Luthor que le Batman qui Rit. Mieux encore, plutôt que botter en touche et renvoyer les 2 supervilains sur un match nul, James Tynion IV décide au final d’un vainqueur, un choix qui évidemment aura d’énormes conséquences dans Death Metal. Disons, pour ne rien déflorer, que les dernières pages d’Hell Arisen sont épiques et très prenantes. Son travail est soutenu par les dessins réussis quoiqu’un peu trop « propres » de Steve Epting et Javier Fernandez : peut-être qu’un dessinateur au style plus « craspec » aurait plus convenu à cette histoire. Quoiqu’il en soit, difficile de bouder son plaisir… avant de repartir pour une grosse saga : Death Metal ! ■

comics épilogue doom war
(image © Urban Comics, DC Comics)

Justice League – Doom War, Épilogue est un comics publié en France chez Urban Comics. Il contient : Year of the villains : Hell Arisen n°1-4 et Batman Superman n°6.




A propos Stéphane Le Troëdec 475 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.