Nouvelle implosion chez DC Comics : une vague de licenciements sans précédent !  

(image © DC Comics)

Warner, propriétaire de DC Comics, est contraint de réduire de manière drastique son personnel. Et la compagnie de comics semble la plus durement touchée. Une nouvelle crise dont DC Comics va avoir du mal à se remettre. Et qui peut aussi faire craindre pour la place des comics à l’avenir.
■ par Doop

 

(image © DC Comics)

 

Crisis

Le rachat de Time Warner par le géant des télécommunications AT&T puis la crise liée à la COVID-19 risque d’avoir de lourdes conséquences pour les éditeurs de comics et nos super-héros favoris. Entrainant des pertes d’emploi aux États-Unis, tous les corps de métiers sont bien évidemment touchés et l’industrie du divertissement ne fait pas exception à la règle.  Le 7 août 2020, Warner Bros a annoncé une réduction de ses effectifs drastique, notamment sur ses chaînes de télévision et ses plateformes. En effet, avec le report de nombreux films et certains tournages complètement à l’arrêt, l’entreprise engrange des pertes considérables. Il n’a pas fallu longtemps pour que DC Comics soit touché, et selon certains c’est un véritable carnage ! Pas étonnant quand on sait que c’est une branche qui ne rapporte pas vraiment énormément d’argent. Après les problèmes de distribution qui pouvaient faire craindre le pire, c’est désormais le staff éditorial de DC qui est touché de plein fouet !

 

(image © DC Comics)

 

L’éditeur en chef : le 1er d’une longue liste !

Selon des sources concordantes, de nombreux éditeurs et responsables, certains en place depuis des années, ont été licenciés. C’est notamment le cas de l’éditeur en chef et vice-président de DC Comics Bob Harras. C’est notamment lui qui supervisait toutes les productions comics de la firme, ainsi que les titres Mad et le Black Label. Mais ce n’est pas le seul : la vice-présidente Bobbie Chase et éditrice historique de certains titres comme Batman, Nightwing, Teen Titans fait aussi partie de la liste. Pas de chance pour cette créative qui s’était déjà faite virer de chez Marvel à l’arrivée du tandem Joe Quesada/Bill Jemas au début des années 2000. C’était elle que l’on avait pu apercevoir dans les pages de la Miss Hulk de John Byrne par exemple. Elle s’occupait actuellement du développement des jeunes talents de chez DC. D’autres éditeurs très importants prennent eux aussi la porte : Brian Cunningham, l’éditeur entre autres de Doomsday Clock, Dark Multiverse, Legion of Super Heroes mais aussi Mark Doyle (Batman, Before Watchmen, DC Black Label) et Andy Khouri (Black Label, Green Arrow, Suicide Squad). Ce ne sont pas de jeunes éditeurs et l’importance de leurs titres, qui fonctionnaient plutôt bien, montre bien que ce sont déjà les éditeurs en place, confirmés et dont aux salaires les plus importants qui sont en 1ère ligne.
Pire encore : il semblerait que toute la ligne des DC Collectibles (c’est-à-dire les statues, les goodies) soit totalement abandonnée, ce qui état à craindre depuis le rachat de Warner par AT & T (l’un des plus gros groupes de téléphonie aux USA)…

 

(image © DC Comics)

 

Une réduction drastique qui ne présage rien de bon

Reste encore en place Jim Lee, nommé récemment éditeur mais dont le titre risque de changer lui aussi puisque son rôle administratif devrait lui aussi laisser la place à une responsabilité plus artistique. Pour le moment, aucun nom d’artiste n’a été cité, ce qui est logique puisque la plupart d’entre eux travaillent en freelance pour la compagnie. Deux promotions à noter toutefois (sous réserve de confirmation): l’éditrice et ancienne coloriste Marie Javins ainsi que la responsable des titre jeunesse Michele Wells.
Les noms des éditeurs licenciés ne présagent toutefois rien de bon : Doyle et Khouri avaient en charge le Black Label, qui fonctionnait particulièrement bien… J’ai bien peur que l’on se recentre sur les titres Batman et Justice League uniquement. Quoiqu’il en soit, moins il y a d’éditeurs, moins il y a de titres publiés. Il faut s’attendre à une réduction drastique des titres en magasin.
Si toutes les branches de Warner et de AT & T sont touchées, nul doute que c’est le secteur des comics qui subit le plus de dégâts. Cela pourrait confirmer les doutes que l’on pouvait émettre sur l’intérêt des compagnies mères de DC Comics concernant les illustrés. Il semble évident que désormais DC Comics n’est que la 5e roue du carrosse, et c’est assez inquiétant. À 2 semaines à peine d’un grand show virtuel (le DC Fandome), on se demande quelles vont être les conséquences à court terme et surtout qui sera là pour l’animer. L’équipe de Top Comics est bien évidemment de tout cœur avec les éditeurs et le staff de DC Comics, qui vit des heures bien délicates… ■

 

LIRE AUSSI : Panique chez les distributeurs de comics après le divorce entre DC Comics et Diamond ! [En Vert Et Contre Tous n°43]

DC Comics Diamond
(image © DC Comics, Marvel Comics)

 

Sources :

https://www.hollywoodreporter.com/heat-vision/dc-comics-dc-universe-hit-by-major-layoffs-1306743

comicsbeat.com

 




A propos Doop 330 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.