Captain Marvel : le débat de la rédac’ de Top Comics

La transposition des comics à l’écran (suite)

Captain Marvel Carol Danvers casque
(image © Marvel Studios)

SLT : Le film parvient assez bien je trouve à capter différentes époques et les différentes versions du personnage. On y trouve l’ambiance paranoïa/années 60 avec ces fameux Skrulls. Il y a une petite touche L’Invasion des Profanateurs de Sépultures qui n’est pas désagréable, je trouve. Le film reprend évidemment le côté space opera. Et puis aussi l’ambiance «  base militaire » du run de DeConnick, même si c’est à toute petite dose.
BW : Le film est une somme de la franchise Captain Marvel, elle-même plutôt ancienne mais finalement pas si riche. Le long-métrage a l’intelligence de « taper » dans tous les recoins, en jouant sur les Krees, l’éducation militaire, le statut de tête brulée, le gout de l’aventure… c’est malin, et pertinent. J’ai l’impression que le film a voulu « tout dire », y aller à fond dès le début ; comme certains films le faisaient, quand le succès d’un film de superhéros n’était pas assuré. Je pense au Spider-Man de Sam Raimi ou au X-Men de Bryan Singer, qui lançait « tout » dès le 1er film ; c’est pareil ici, « tout » est dit sur le personnage. Et c’est agréable, car il y a malgré tout de la place pour l’après.
DOOP : Oui, sur ce point-là c’est pas trop mal trouvé, mais je pense quand même que tous les points sont très mal exploités. Hala n’a aucune définition formelle, comme le passé militaire de Carol. On ne l’a jamais vue en tête brulée… Et sincèrement, le coup du sang bleu n’était pas utile !

Hala kree
Hala, la planète des krees (image © Marvel Studios)

SLT : Hala souffre un peu du même problème que le Wakanda dans Black Panther. On en parle, mais on ne voit pas (beaucoup) ! Cela dit, est-ce que cela avait un intérêt dans cette histoire-là de montrer Hala dans le détail et le fonctionnement de la société kree ? Je ne crois pas, puisqu’on y va finalement que très très peu. Je pense que cela aurait allongé inutilement le film. Par contre, je signe tout de suite pour une suite sur Hala ! Quant au sang bleu, c’est un marqueur visuel fort, qui permet au spectateur de comprendre qui est Kree et qui ne l’est pas. Fury explique qu’il est un terrien car il a le sang rouge. D’ailleurs, si on regarde bien, petite incohérence : dans la 1re vision de Carol montrée dans le film, juste après le crash, on la voit avec du sang bleu sous le nez. Or, à ce moment précis, ça n’est pas possible, elle n’a pas reçu sa transfusion. On mettra ça sur le compte de la vision ! Après, Doop, comme le dit Benjamin, ça fait feu de tout bois, et on ne peut vraiment pas tout faire rentrer dans 2h00 de film.
DOOP : Ben justement, j’ai pas trouvé que ça faisait feu de tout bois. Le 1er quart d’heure avec l’entrainement et l’invasion de la planète est chiantissime…
SLT : J’ai eu cette sensation au 1er visionnage. La scène de l’entrainement au combat permet de rapidement poser Yon-Rogg et Vers. Elle aura surtout son importance à la fin, puisque le duel final (quasi westernien, d’ailleurs) en est le remake inversé d’une certaine façon. Ce qui me gêne dans la scène d’exfiltration, moi, c’est le manque de richesse dans le décor. De la poussière, des ruines, beaucoup d’obscurité. Mais je ne m’y suis pas ennuyé, contrairement à toi. Il y a la Starforce en action, on montre le fonctionnement des métamorphoses skrulls, c’est-à-dire qu’on pose un principe récurrent dans le film « l’autre est-il celui qu’il a l’air d’être ? ».
BW : Le début a pour objectif de choquer et surprendre. La bande annonce et les précédents films nous laissaient imaginer une héroïne terrienne… Et non, on commence sur Hala. Un monde très peu vu, car c’est à hauteur de Vers : elle est soldate d’un empire en guerre, qui compte les jours depuis la dernière attaque. On ne visite pas, on ne vit pas dans ces conditions ; chaque mouvement doit viser à la survie et à la mission. Pour moi, Vers s’imagine avoir du sang bleu car ses souvenirs sont fragmentés et parce que la transfusion de Jude Law lui en a donné. Son esprit tente de tout coller ensemble. Quand elle se souvient vraiment, elle voit que le sang est rouge… Et que Mar-Vell n’était pas debout.
JB : Dans l’idée, c’est assez proche de la 1re série Mrs Marvel, où les personnalités de Carol et de son avatar héroïque, guerrière kree, sont séparées.
BW : C’est en effet bien vu.

(image © Marvel Studios)

DOOP : Et puis, tiens, puisqu’on en parle. Pourquoi « Vers » ? Je sais bien, mais quel est l’intérêt de cette idée ? Au pire, un autre nom. Mais la tu sens tout de suite que ça fait cheap.
BW : C’est subjectif, là. C’est un indice sur la suite, ça fait Kree… Ça crée du trouble et du mystère. Et ça a du sens avec le collier brisé.
DOOP : Ça fait Kree ? Par rapport à Mar Vell, Yon Rogg, etc. ? Le collier brisé n’a aucun intérêt. Ça ne change rien à l’histoire. Tu aurais pu prendre le temps consacré à ce truc-là pour développer un peu le reste. Et tant qu’à faire, si tu l’avais appelée Phyla, là tu pouvais jouer avec l’idée de la fille de Mar-Vell. Et ça ne crée pas de mystère, sérieux. Quand tu as vu Vers, tu n’as pas pensé à Carol DanVERS ?
BW : Si. Et surtout à « pourquoi c’est pas ça » ? « Pourquoi elle est là, à ne pas avoir de lien avec la terre ? ». Ça participe au trouble initial.
DOOP : Trouble que j’ai pas du tout ressenti. Mais ça, c’est le grand défaut du film. La réalisation plate…
BW : Je n’ai pas cet avis. La réalisation fait le job. De toute façon, chercher une réalisation étonnante dans le MCU me semble surprenant. Ce n’est pas et ça n’a jamais été ni le moteur, ni le projet de Marvel Studios.
DOOP : Oui, mais mettre un peu d’émotion, c’est bien aussi. Captain America : Civil War, Avengers : Infinity War m’ont mis les poils. …Là, c’est l’encéphalogramme plat. Et désolé, mais je trouve qu’il y a un peu d’inventivité dans Thor : Ragnarok, dans Avengers, dans Les Gardiens de la galaxie. Pas ici.


BW : Le personnage et la narration ont plus compté, ici. À titre personnel, le cheminement d’un personnage manipulé et rabaissé qui prend son indépendance en refusant de devoir prouver à autrui sa valeur, ça m’a donné les poils. C’est subjectif. On juge moins le film que le ressenti, là. Tous les films ne parlent pas à tout le monde.
DOOP : Mais d’où manipulée ? Elle est manipulée 5 minutes maximum. Je n’ai jamais vu le moindre indice dans le film où elle doit « prouver sa valeur ». Factuellement, tu ne le vois pas. Du coup, c’est du ressenti aussi.
BW : Euh… Elle est manipulée par les Krees jusqu’au flashback explicatif. Complètement. Et elle est constamment rabaissée par Jude Law, jugulée car elle n’est pas assez bonne ; même l’Intelligence Suprême doute de l’envoyer en mission. Les flashbacks terriens sont moins directs, mais tout dit que son père ou l’école ou l’armée ne lui ont pas donné une place, elle l’a arraché. Pour une fois que le MCU ne martèle pas un message, on ne va pas critiquer un peu de doigté !
DOOP : Je n’ai pas du tout vu ça.
SLT : D’un point de vue technique, je suis assez d’accord avec Doop. Le film réussit beaucoup de chose mais n’arrive pas à nous éblouir par la réalisation. Si la 1re partie peut faire illusion, les 2/3 du film reste à un niveau assez fonctionnel. Champ, contrechamp… Ça manque de panache et de nerf, pour moi. Maintenant, on ne va pas faire comme si on attendait un film très abouti à ce niveau, c’est à mon sens le principal défaut des films Marvel Studios depuis le début. Même quand tu mets des réalisateurs de la trempe de Kenneth Branagh ou Ryan Coogler, ça ne décolle pas vraiment d’un point de vue artistique.
DOOP : Oui, mais ça, c’est pas un argument. C’est pas parce que une grande partie des films Marvel ont une réalisation plate (et j’ai quand même pas mal de contre exemples) que ça justifie la mollesse de celui-là.
► À LIRE AUSSI : Captain Marvel contre Thanos : Qui est le plus fort ?

 

Lire la suite du débat en page suivante !




A propos La rédac' de Top Comics 18 Articles
La rédaction de Top Comics est composée de : Doop, JB, Ben Wawe, Fletcher Arrowsmith, Mad Monkey, Christophe Colin, Marc Cagnon et Stéphane Le Troëdec.