11 représentations du sida dans les comics

(image © Marvel Comics)

Le grand public a été sensibilisé à l’existence du VIH (virus de l’immunodéficience humaine) à partir des années 80. Mais il a longtemps peiné à se détacher des stéréotypes initialement associés au sida (maladie « gay » et mortalité à court terme). La représentation du sida dans les comics permet de comprendre l’évolution des mentalités. À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, voici 11 exemples de représentations du VIH dans les comics.
■ par JB

 

 

Hors sujet : Karen Page

(image © Marvel Comics)

Dans le run Sous l’aile du diable imaginé par Kevin Smith, Karen Page fait son entrée en scène en se jetant en larmes dans les bras de Matt Murdock. Elle lui révèle alors qu’elle a été diagnostiquée positive au VIH. Il s’avérera que son médecin n’était autre que Mysterio. En effet, ce supervilain a orchestré une conspiration complexe afin de convaincre Daredevil que l’enfant qu’il protège est l’Antéchrist. Ce diagnostic est donc fabriqué de toutes pièces. Karen Page mourra des mains de Bullseye dans une scène à laquelle la saison 3 de Daredevil rendra hommage.
À lire en VF dans Daredevil – Sous l’Aile du Diable, collection Marvel Deluxe (éditions Panini Comics)

 

 

Les mutants victimes du Virus Legacy

(image © Marvel Comics)

À l’issue du crossover Le Chant du Bourreau, Stryfe relâche un virus ciblant spécifiquement les mutants. Si les mutants de Marvel sont souvent compris comme une allégorie de la communauté gay, le virus Legacy est une métaphore voilée du sida (déchéance physique et peau marquée dans les stades avancés). Le problème, c’est qu’il est véritablement une maladie ciblant (initialement) les mutants, perpétuant l’erreur de compréhension du VIH comme maladie propre aux homosexuels. Le mode de propagation est flou et ce fil narratif est généralement relégué au second plan. Les victimes les plus marquantes de ce virus sont Illyana (la sœur de Colossus) et Jason Wyngarde, dit le Cerveau, l’homme qui a corrompu Jean Grey lors de la Saga du Phénix Noir.
À lire en VF à partir de l’intégrale X-Men 1993 (1) (éditions Panini Comics)

 

 

Charles Harrington (DP7)

(image © DC Comics)

Le New Universe est un monde Marvel se voulant plus réaliste que les univers DC ou Marvel traditionnel (gestion en temps réel des histoires et thématiques plus matures). DP7 (pour « Displaced Paranormals Seven ») raconte les aventures d’un groupe d’êtres paranormaux en fuite dont l’un des membres est une femme au foyer ayant des pouvoirs de guérison. Au court de la série, son époux abusif, Charles Harrington, se montre plus attentionné et accueille à nouveau sa femme au sein de sa famille. Elle découvre cependant que son mari ne l’accepte que parce qu’il a été diagnostiqué séropositif et que ses pouvoirs lui donnent une chance de guérir du sida. La maladie n’est ici que l’occasion d’un abus supplémentaire pour ce personnage méprisable.
Inédit en VF

Lisez la suite page suivante




A propos JB 36 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.