Les 10 Jokers méconnus que même les fans ignorent (probablement) !

Jeremiah Arkham, le Joker aliéné

10 jokers de DC Comics
(image © DC Comics)

Le directeur de l’asile de Gotham, Jeremiah Arkham, n’est paradoxalement pas l’homme le plus sain d’esprit de la ville. Déjà, avant Flashpoint, il est devenu le nouveau Black Mask après avoir basculé dans la folie. Dans la continuité actuelle, il est toujours directeur de l’asile d’Arkham lorsque le bâtiment est détruit. Après la catastrophe, la mairie relocalise l’institution dans le manoir des Wayne, abandonné depuis la faillite de son occupant. Cependant, ils ignorent que parmi les employés se trouve le véritable Joker sous l’identité d’Eric Border. Pendant un an, celui-ci prépare une dernière confrontation avec Batman. Dans Batman : Mascarade, le Joker libère une version de sa toxine transmise par l’air à travers la ville. Au sein du manoir d’Arkham, Stone, un garde, voit le Joker répandre son gaz. La plupart des personnels et des patients est infectée. Les personnes contaminées se mettent en chasse de ceux qui sont immunisés, notamment Stone et les supervilains à la biologie modifiée comme Bane ou Poison Ivy. Encerclé, Stone tente le tout pour le tout et met KO le Joker d’un coup de poing. Le Joker tombe au sol et perd sa perruque : il s’avère être Jeremiah Arkham, qui finit dans une cellule de son propre asile.
Arkham Manor : Endgame

 

 

Norman Rortrig, L’Homme qui rit

10 jokers de DC Comics
(image © DC Comics)

L’Homme qui rit, Norman Rortrig, n’a pas eu de chance dans sa vie. Sa mère meurt en le mettant au monde. Son père, qui vouait un amour éperdu à son épouse, en perd la raison. Il promet alors un grand avenir à son fils. Il collectionnait des œuvres avec sa femme, et décide d’utiliser son propre fils comme canevas. Sans imagination, le père de Norman Rotrig s’inspire directement d’un roman de Victor Hugo, L’Homme qui rit, qui a inspiré la création du Joker. En effet, il tranche les lèvres de son enfant. Norman Rotrig a dès lors pour objectif de montrer à son père l’absurdité de toute chose. Il crée un gang avec d’autres criminels fous et lance une attaque d’ouverture sur le Louvre, tuant ou hypnotisant les visiteurs et le personnel du musée. Batman, Robin et Nightrunner l’arrêtent, et il révèle sa motivation. Il retransmet en effet les atrocités qu’il commet à son père, qu’il a réduit en morceaux maintenus en vie pour le torturer pour l’éternité.
Batman and Robin 26

 

À LIRE AUSSI : Joker : Renaissance – Une plongée dans le cerveau détraqué du pire ennemi de Batman

joker renaissance
(image © DC Comics)

 

Jarvis Poker, le Joker anglais

10 jokers de DC Comics
(image © DC Comics)

L’Angleterre a sa propre communauté de héros et de supervilains, parfois originaux, souvent copiés sur ceux des États-Unis. Par exemple Batman et Robin ont des homologues en la personne de Knight et Squire. Il existe également un Joker britannique, Jarvis Poker. Celui-ci est un fan du style du Joker, beaucoup moins de ses crimes. Maquillé et costumé comme son modèle, Jarvis Poker est dans le pire des cas inoffensif, voire simplement héroïque. Un comic-strip le montre même protégeant les dames âgées d’un escroc ! Cependant, il apprend qu’il souffre d’une maladie incurable qui le tuera sous peu. Il se lance alors dans une vague de crimes qui lui servent de chant du cygne. Paradoxalement, ces vols ou braquage sans victimes deviennent des mèmes sur Internet et lui valent la sympathie du public. C’est alors que le véritable Joker le prend en otage et commence à massacrer vilains et héros britannique. En fin de compte, Jarvis Poker se sacrifie alors pour piéger le supervilain américain.
Knight and Squire 5 et 6

 

À LIRE AUSSI : Les 9 rôles les plus marquants de Joaquin Phoenix, le Joker de Todd Phillips

joaquin phoenix
(image © Columbia Pictures, Warner Bros Picture, The Weinstein Company)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos JB 156 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.